Le cap est fixé : en 2025, les grandes villes de l'Union européenne et les principaux axes de transport bénéficieront d'une couverture en 5G. Mais dès 2020, au moins une grande ville de chaque État membre devra être couverte par l'ultra haut débit mobile.

Le plan de bataille pour la 5G en France et dans toute l’Union européenne suit son cours. Après l’approbation, en décembre 2017, d’une feuille de route définissant le calendrier général du déploiement de l’ultra haut débit mobile sur le Vieux Continent, les initiatives se multiplient pour préparer le terrain. C’est tout particulièrement le cas en France, où les dossiers s’enchaînent.

Et en la matière, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes est en première ligne. Elle a par exemple lancé, le 26 octobre, une nouvelle consultation publique cette année, tout en autorisant les opérateurs à effectuer des expérimentations sur la 5G dans plusieurs villes françaises : Bordeaux, Douai, Lille, Lyon et Villeurbanne, mais aussi Marseille, Nantes et Toulouse.

5g

Le calendrier général de la 5G

2018

  • Début du déploiement de l’infrastructure 5G, jusqu’en 2025 au moins.
  • Consultation publique sur l’attribution des bandes de fréquence.
  • Adoption du Code européen des communications électroniques par le Parlement et le Conseil.
  • Clarification par Bruxelles des règles pour les aides d’État  sur les compensations éventuelles destinées aux utilisateurs actuels des fréquences prévues pour la 5G, afin d’avoir une disponibilité rapide du spectre.

2019

  • Harmonisation technique des fréquences 3,5 GHz et 26 GHz, en vue d’une libération rapide des bandes et d’une introduction coordonnée de la 5G.
  • Ouverture de sites pilotes 5G « grandeur nature ».
  • Lancement en France de l’appel à candidatures pour attribuer les fréquences.

2020

  • Transposition dans la loi du Code européen des communications électroniques.
  • Attribution de la bande 700 MHz dans la plupart des États membres.
  • Ouverture des premiers services 5G.
  • La 5G est proposée dans au moins une ville par État membre.

2022

  • Disponibilité de la bande 700 MHz dans tous les États membres.

2025

  • la 5G est proposée dans les grandes villes et le long des grands axes de transport.
  • Début de la « société du gigabit ».
5g
CC K?rlis Dambr?ns

L’Arcep consulte et supervise

La 5G doit permettre de bénéficier de débits allant au-delà de la barre des 10 Gbit/s. Ainsi, même un film en haute définition sera téléchargé dans des délais très courts. Cette norme délivrera aussi un temps de latence extrêmement bas et aura un effet limité sur l’autonomie des appareils, permettant de préserver la batterie des terminaux bien plus longtemps qu’à l’heure actuelle.

Cette norme est une «  génération de rupture [qui] permettra un saut de performance », observe le régulateur des télécoms. Aussi n’est-il pas surprenant de le voir multiplier les consultations publiques : avant celle d’octobre, on en compte trois : une en janvier 2017 sur de nouvelles fréquences, une en mai 2018 sur les ondes millimétriques et une sur la bande L (1,5 GHz).

Elle a également produit en mars 2017 un rapport sur les enjeux de la 5G présenté cet été la feuille de route 5G concernant la France ainsi que le programme de travail qui l’attend. Depuis la rentrée, elle a aussi installé un comité prospectif sur les réseaux du futur, en septembre, qui a commencé à travailler un mois plus tard. Plusieurs autres travaux sur la 5G sont prévus d’ici la fin de l’année.

Construire la société numérique

« Une société numérique ne peut se faire sans réseaux 5G  », déclarait en décembre 2017 la ministre estonienne Urve Palo, lors de l’adoption de la feuille de route. Son gouvernement présidait alors l’Union. « Les citoyens ont besoin de ces réseaux 5G, mais aussi les appareils qui nécessitent un accès internet fiable et à haut débit, pour traiter un volume toujours croissant de données ».

Le cadre adopté entre les pays membres fixe donc « les principales activités à mener et le calendrier de leur mise en œuvre », en particulier sur le plan réglementaire, ainsi qu’un « plan pour harmoniser l’utilisation technique et les finalités des fréquences 5G et [leur] attribution ». Cela étant, cette feuille de route n’interdit évidemment pas aux opérateurs d’aller plus vite s’ils le peuvent.

Certains opérateurs ainsi que les équipementiers font en effet entendre une petite musique selon laquelle un lancement commercial peut survenir entre 2019 et 2022, en fonction toutefois d’un grand nombre de paramètres. Du côté du grand public, il faudra avant tout acquérir un terminal compatible pour pouvoir profiter des promesses de l’ultra haut débit mobile.

Article publié initialement le 6 décembre 2017

Partager sur les réseaux sociaux