Avant l'arrivée effective de la 5G commerciale en France, le régulateur des télécoms, les opérateurs et les industriels vont poursuivre leurs expérimentations. La mise en place d'une dizaine de sites pilotes est attendue pour 2018 et 2019.

Les expérimentations menées en France sur la 5G ne datent pas d’hier. En la matière, des entreprises comme Orange et Bouygues Telecom ont obtenu ces dernières années les autorisations nécessaires de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes pour tester les services mobiles de cinquième génération, qui commenceront à arriver vers 2020.

Une accélération des expérimentations doit toutefois avoir lieu cette année. En effet, dans le cadre d’un entretien accordé au site Usine Nouvelle, Sébastien Soriano, le président du régulateur des télécoms, a expliqué que des sites pilotes dédiés à la 5G  vont être mis en place à partir de 2018 mais aussi en 2019. Un appel à candidatures est lancé auprès des industriels.

S-Soriano
Sébastien Soriano, patron de l’Arcep.

« Nous comptons lancer des pilotes grandeur nature, y compris sur les aspects de commercialisation. Nous avons identifié une dizaine de métropoles où des fréquences sont disponibles dans la bande de 3,5 GHz. Nous nous adressons à tous les acteurs », a fait savoir le patron de l’Arcep, à commencer, évidemment, par les opérateurs de téléphonie mobile. Mais pas uniquement.

L’été dernier, l’Autorité des télécoms avait annoncé la réorganisation à venir de la bande de fréquences 3,5 GHz, qui accueillera les services mobiles de cinquième génération. À ce moment-là, le régulateur avait déclaré avoir identifié « une sous-bande de 80 MHz (3600 3680 MHz) » qui peut servir à « réaliser des pilotes 5G » aux entreprises qui en feraient la demande.

5g

Le régulateur ajoutait alors avoir identifié six villes (Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Nantes, Saint-Étienne) pour effectuer ces expérimentations.

Sur le plan politique, le calendrier de la 5G a également évolué.

En décembre, les ministres européens en charge du numérique ont validé une feuille de route au sujet du déploiement de la 5G sur le Vieux Continent. En 2018, il est question de l’adoption du Code européen des communications électroniques par le Parlement et le Conseil et d’une clarification de Bruxelles sur les procédures de libération du spectre au profit de la 5G.

Au niveau français, le gouvernement a ouvert une consultation publique jusqu’à la mi-février. Son rôle est de permettre à l’exécutif d’établir une « feuille de route » et une « stratégie nationale » sur l’ultra haut débit mobile. En ligne de mire figurent la mise en place de conditions favorables à son déploiement, l’expérimentation de nouveaux usages et le soutien envers une offre de technologies et de services.

À lire sur Numerama : 5G  : tout savoir sur le réseau mobile du futur

Partager sur les réseaux sociaux