Samsung a obtenu l'accord du gouvernement sud-coréen pour entamer une série de tests sur des voitures autonomes. Le constructeur peut à présent tester des véhicules Hyundai, équipés par ses soins, sur les routes du pays.

Samsung ne construit peut-être pas ses propres voitures autonomes, à l’instar de TeslaVolkswagen ou de Nissan, mais la multinationale sud-coréenne compte bien prendre part au marché de la conduite autonome. Si les ambitions de l’entreprise ne sont pas nouvelles en la matière, Samsung vient de franchir une étape importante pour concrétiser ses projets.

Comme le mentionne The Korea Herald, le gouvernement de la Corée du Sud a donné le 1er mai 2017 son accord à Samsung pour réaliser une série de tests en conduite autonome. Accordée par le ministère des terres, de l’infrastructure et des transports (le MOLIT), cette approbation doit permettre à Samsung de faire ses tests sur les routes sud-coréennes, avec son véhicule autonome toujours en cours d’élaboration.

samsung
CC g0d4ather

Si la société ne construit pas elle-même ses voitures autonomes, elle travaille néanmoins à l’élaboration de plusieurs technologies haut de gamme pour améliorer la conduite dans des conditions météorologiques difficiles — comme Apple. Ainsi, Samsung prévoit de développer des capteurs et des modules informatiques fonctionnant à l’aide de l’intelligence artificielle et de technologies d’apprentissage.

Un véhicule Hyundai personnalisé

Depuis février 2016, le MOLIT a délivré vingt approbations portant sur des essais de voitures autonomes sur les routes du pays. Le premier véhicule autonome a avoir obtenu le sésame est une voiture de Hyundai ; c’est également le cas du véhicule qui s’apprête à être testé par Samsung. Si le constructeur a semble-t-il personnalisé la voiture avec ses propres technologies, peu de détails ont été communiqués sur la forme que celles-ci prendront, note Engadget, qui établit un parallèle avec la Lexus équipée par Apple au mois d’avril 2017.

Le gouvernement sud-coréen a également indiqué à The Korea Herald qu’il souhaitait assouplir la régulation autour des voitures autonomes afin de booster la croissance de son industrie. Ainsi, le MOLIT a réduit le nombre de passagers obligatoires à bord des voitures autonomes de deux à une personne. Les véhicules sans volant ni pédales sont désormais également acceptés.

Reste maintenant à savoir comment Samsung compte se démarquer de ses concurrents sur le marché de l’auto-conduite, qui propose déjà une variété de niveaux d’autonomie de ses véhicules.

Partager sur les réseaux sociaux