Nissan a conclu un accord avec Mobileye, qui propose un service de cartographie taillé pour la conduite autonome. Un partenariat qui pourrait concerner à terme Renault et Mitsubishi, deux constructeurs alliés de la société japonaise.

C’est un joli coup que vient de faire Mobileye. La firme israélienne, qui a pendant très longtemps équipé les voitures de Tesla pour les rendre autonomes, vient de signer un contrat avec Nissan « pour générer, partager et utiliser des données obtenues via la vision par ordinateur » afin d’établir une cartographie communautaire et anonymisée qui servira au développement des voitures autonomes.

Avec ce partenariat, Mobileye porte donc à quatre le nombre d’accords trouvés avec l’industrie automobile. Début 2016, la compagnie — depuis acquise par Intel pour un montant de 15 milliards de dollars — avait annoncé pendant le CES s’être entendue avec Volskwagen et General Motors. Un peu plus d’un an après, c’est avec BMW que la filiale du fondeur américain s’est affichée.

En l’espèce, Nissan rejoint la « Road Experience Management » (REM), une plateforme qui sert à récolter et mettre en commun des informations cartographiques et de circulation routière, en quasi-temps réel. Il faut dire que le constructeur japonais avait été convaincu par REM, celui-ci ayant été testé sur la voie publique en 2016 lors d’une démonstration de voiture autonome dans les rues de Londres.

« Les cartes seront utilisées en tant que source de localisation, d’anticipation et de redondance afin d’aboutir à terme à des véhicules autonomes sûrs et fiables », lit-on dans le communiqué de Mobileye, qui reste toutefois silencieux sur un point : les partenaires de Nissan. Car il ne faut pas oublier qu’à travers Nissan existe une alliance qui implique non seulement Mitsubishi mais aussi… le Français Renault.

Partager sur les réseaux sociaux