Samsung prend un nouveau départ, à la suite de l'échec du Galaxy Note 7, avec un Galaxy S8 qui marque par son design super séduisant, moins par ses progrès techniques.

Samsung a officialisé ce matin à New York, dans le cadre d’un événement d’envergure internationale, le nouveau fleuron de sa gamme de smartphones, qui est aussi le nouvel étalon du marché. Le Galaxy S8 a la lourde tâche de succéder aux Galaxy S7 et Galaxy S7 edge, références du segment des smartphones haut de gamme, mais aussi au Galaxy Note 7, échec retentissant, avec la déclinaison Galaxy S8+.

Le Samsung Galaxy S8 est d’entrée la nouvelle star du marché, avec son design ravageur et sa fiche technique sans aspérités mais néanmoins à la pointe.

Écran infini

Sur le plan esthétique, cette pièce présentée par Samsung comme de l’art moderne (sic) inaugure un nouveau design « Infinity Display », inspiré selon Jean-Daniel Ayme, vice président européen de la division mobile de Samsung Electronics, des piscines à débordement, appelées infinity pools en anglais.

Et il faut bien reconnaitre que pour une fois, ce beau discours marketing a un fond de vérité. J’avais beau savoir à quoi m’attendre, je suis tombé sous le charme dès que j’ai saisi le Galaxy S8. Avec ses bords incurvés, son format 18,5:9 très allongé, ses coins arrondis, son ratio de surface utile record et enfin les couleurs éclatantes qui lui valent le label Mobile HDR Premium, l’écran Super AMOLED impressionne.

Pour résumer, le Galaxy S8 loge un écran géant de 5,8 pouces dans un corps à peine plus grand que celui d’un Galaxy S7, dont l’écran mesure 5,1 pouces, ou que celui d’un iPhone 7 4,7 pouces.

À la pointe de la technologie

Sur le plan technique, le Galaxy S8 ne révolutionne pas le genre, mais il n’est pas moins à la pointe de la technologie. Il étrenne effectivement une nouvelle génération de processeurs mobiles, à la fois les plus puissants et les plus efficients jamais commercialisés.

Il s’agit aux États-Unis du tout dernier Qualcomm Snapdragon 835, (dont FrAndroid a déjà testé les performances), et en Europe du tout jeune Samsung Exynos 8895, son concurrent direct. Ces puces comportent, entre autres, une connectivité Gigabit en 4G LTE comme en Wi-Fi, et elles sont ici associées à 4 Go de mémoire vive.

Samsung tire profit du gain de performance pour proposer une nouvelle fonction DeX, pour Desktop Experience, qui permet de poser son téléphone sur une station d’accueil pour le transformer en ordinateur de bureau, avec clavier, souris et moniteur, sur lequel s’affiche une version adaptée d’Android 7.x Nougat, avec des applications fenêtrées, et même du cloud computing, pour accéder à un ordinateur exécutant Windows.

En parlant de nouvelles fonctions, citons l’arrivée de Bixby, un assistant virtuel de dernière génération, concurrent de Google Assistant ou d’Amazon Alexa. Sa particularité est qu’il fonctionne à la voix, mais aussi par le biais de l’appareil photo et de l’écran. On peut par exemple lui demander d’identifier une bouteille de vin, une œuvre d’art ou un monument, ou encore d’envoyer une sélection de photos de son dernier week-end à Londres.

Appareil photo et batterie : un manque d’audace

Samsung manque d’audace en revanche sur le plan de la photo. Le Galaxy S8 hérite effectivement du capteur de 12 mégapixels et de l’objectif stabilisé f/1,7 de son prédécesseur. Certes, le Galaxy S7 demeure l’un des smartphones les plus doués en photo et en vidéo (il filme en Ultra HD), mais on aurait aimé un second capteur complémentaire, avec un seconde focale portrait (comme sur l’iPhone 7 Plus) ou ultra grand angle (comme sur le LG G6).

Le constructeur reste sage aussi en matière de batterie, à la suite de l’affaire des Galaxy Note 7 explosifs. Le Galaxy S8 s’en tient ainsi à une capacité de 3000 mAh, comme son prédécesseur, tandis que le Galaxy S8+ régresse de 100 mAh, par rapport aux Galaxy S7 edge et Galaxy Note 7, à 3500 mAh. Ces batteries seront en outre moins à l’étroit, puisque l’épaisseur des S8 est en hausse, passant de respectivement 7,9 et 7,7 à 8,0 et 8,1 mm. Grâce au nouveau procédé de fabrication en 10 nm FinFET que les processeurs étrennent, on peut néanmoins s’attendre à une autonomie en hausse.

Les Samsung Galaxy S8 et S8+ seront mis en vente le 21 avril pour respectivement 799 euros et 899 euros. Le prix a augmenté de 100 euros par rapport aux S7 et S7 edge, mais Samsung peut se le permettre, son nouveau fleuron étant le seul de sa catégorie, puisque son plus grand rival, le LG G6, exploite un processeur de la précédente génération. Ces tarifs exclusifs contribuent en plus à faire des Galaxy S8 des bijoux de technologie, rivaux du prochain iPhone 10e anniversaire.

Article écrit par Romain Heuillard, rédacteur en chef de FrAndroid.

Partager sur les réseaux sociaux