SpaceX doit mettre en orbite un satellite le 30 mars. Particularité de la mission : la société utilisera pour la première fois un étage de sa fusée Falcon 9 qui a déjà servi pour une précédente mission.

On l’espérait pour fin février. Finalement, la réutilisation du premier étage de la fusée Falcon 9 aura lieu fin mars. Dans un message publié lundi, SpaceX a fait savoir que la mission qui consistera à mettre sur orbite le satellite SES-10 avec un lanceur utilisé en partie lors d’une précédente mission surviendra le 30 mars.

La fenêtre de tir a pu être confirmée une fois que la mise à feu statique du réacteur a permis de vérifier que tout était fonctionnel. Il s’agit d’une étape cruciale : rappelons que c’est au cours d’une vérification de ce genre qu’une fusée Falcon 9 avait explosé sur son pas de tir alors qu’elle avait à son bord un satellite.

Une première vérification de ce genre a été faite  fin janvier avec un test d’allumage du réacteur sur son banc d’essais localisé à McGregor, au Texas. À cette occasion, on a pu découvrir que c’est le premier étage de la fusée ayant servi lors de la mission CRS-8 qui consistait à ravitailler la station spatiale internationale le 8 avril 2016, qui devait être réutilisé.

La mission du 30 mars consistera à mettre sur orbite le satellite SES-10, dont le lancement est programmé pour le premier trimestre 2017. Son rôle sera de couvrir l’Amérique latine et de remplacer les satellites vieillissants AMC-3 et AMC-4, qui ont été respectivement mis en orbite le 4 septembre 1997 et le 13 novembre 1999.

SpaceX
CC rblood

En août dernier, SpaceX et l’opérateur de satellites SES ont conclu un accord qui autorise le premier à utiliser une fusée Falcon 9 doté d’un premier étage ayant déjà servi pour acheminer le satellite du second dans l’espace.

Pour SpaceX, la réutilisation de certaines parties de sa fusée sert une stratégie pour le long terme. En baissant le coût de ses lancements, l’entreprise peut afficher des tarifs de plus en plus compétitifs et ainsi attirer à lui une clientèle toujours plus nombreuse

que des premiers étages réutilisables lui permettront de réduire encore plus ses coûts et sa grille tarifaire. C’est pour cette raison que la firme dépense beaucoup d’énergie pour développer un savoir-faire pour récupérer sans encombre certaines parties des fusées qu’elle envoie dans l’espace. Et pour l’heure, le plan de SpaceX fonctionne.

Partager sur les réseaux sociaux