C’est donc le 14 novembre prochain que paraîtra Rocket League sur Switch, venant garnir un calendrier déjà bien fourni.

En novembre, les nombreux possesseurs de la Switch ne vont plus savoir où donner de la tête. Alors qu’ils pourront prochainement tuer leur vie sociale avec Skyrim (le 17), se défouler avec DOOM (le 10) et/ou résoudre des enquêtes avec L.A. Noire (le 14), ils auront aussi la possibilité de (re)découvrir le phénomène Rocket League. Les hostilités débuteront le 14 novembre sur la console hybride.

L’évidence

Depuis son lancement en 2015, Rocket League, qui mélange du football avec un gameplay de jeu de course, n’a cessé d’attirer toujours plus de monde. Au point que sa communauté dépasse maintenant les 30 millions de joueurs, ce qui pousse le studio Psyonix à capitaliser dessus pour lancer une scène eSport plus casual.

Rocket League a naturellement sa place sur la console, phénomène également, de Nintendo. Il pourra même être emmené partout afin de faire quelques matches on the go. Sur Switch, il ne perdra rien et aura droit à tous les modes et DLC ajoutés ces derniers mois. Il bénéficiera aussi d’options de personnalisation supplémentaires, dans le sillage de skins aux couleurs des licences de la firme nippone (des voitures Mario, Luigi ou encore Metroid). Pour les obtenir, il suffira de remplir des défis.

Pour terminer, le portage Switch sera compatible avec le Cross-Play, signifiant que les joueurs croiseront volontiers leurs homologues évoluant sur Xbox One ou PC, mais pas PS4, Sony se montrant toujours très réticent à l’unité. C’est un argument de plus justifiant son existence.

Partager sur les réseaux sociaux