Le syndicat des éditeurs de logiciels de loisir prodigue aux parents ses conseils pour un jeu vidéo « responsable », alors que va s'ouvrir dans les prochains jours l'édition 2017 de l'E3, le principal salon dédié au jeu vidéo.

C’est ce qui s’appelle avoir le sens du timing. Alors que va se dérouler du 13 au 17 juin à Los Angeles Electronic Entertainment Expo (E3), qui est le principal rendez-vous de l’année pour l’industrie vidéoludique, le syndicat des éditeurs de logiciels de loisir a profité de l’occasion pour glisser quelques bons conseils aux parents dont les enfants s’adonnent aux jeux vidéo.

Le syndicat rappelle ainsi l’existence et l’utilité de la signalétique PEGI (Pan European Game Information) qui figure sur les boîtes de jeu ou sur les pages d’achat lorsque le jeu est disponible en téléchargement, sans support particulier. Ce système qui consiste à afficher un certain nombre de pictogrammes permet aux parents de savoir en quelques secondes si tel ou tel jeu convient à leur bambin.

Ces pictogrammes ont deux rôles : d’abord indiquer l’âge minimum à partir duquel un jeune peut jouer à un jeu sans être heurté par son contenu — c’est évidemment donné à titre indicatif ; aux parents ensuite de faire preuve de jugeote selon la maturité et la sensibilité de leur enfant –, ensuite dire quels sont les contenus que l’on trouvera en jouant au titre.

Concernant l’âge, les seuils définis par la signalétique PEGI sont les suivants : 3, 7, 12, 16 et 18 ans. Quant aux contenus, ils peuvent être violents, effrayants, sexuels, impliquant des jeux de hasard, discriminants, grossiers et représentant de la drogue. Ce que ne juge pas PEGI, ce sont les aptitudes requises pour réussir à avancer dans un jeu vidéo ou la difficulté générale.

En clair, ne vous laissez pas avoir par les suppliques de votre rejeton qui vous assure qu’un jeu comme Death Stranding ne pose aucun souci, surtout s’il vient à peine d’entrer dans le monde merveilleux de la puberté. Il est sans doute un peu trop jeune pour y jouer — de toute façon, ce titre, concocté par Hideo Kojima ne sortira pas tout de suite : il est attendu pour 2019. Vous aurez le temps d’en reparler avec lui.

Afin de promouvoir le système PEGI, le syndicat des éditeurs de logiciels de loisir organise de temps à autre des campagnes publicitaires à destination des parents.

Celle menée cet automne a le mérite d’être absolument limpide, car elle montre une même scène ou un objet mais dans des jeux qui ne sont pas destinés aux mêmes publics. Par exemple, ce n’est pas du tout la même chose que de montrer une batte de baseball pour fendre une piñata dans une ambiance bonne enfant, frapper une balle dans un contexte sportif ou tabasser à mort un pauvre bougre.

Outre la recommandation de respecter le système PEGI, le syndicat invite les parents à fixer deux autres règles : la première consiste à délimiter le temps de jeu des enfants. « Les enfants n’ont pas la même perception du temps que les adultes. Comme pour tous les écrans, il est important d’être vigilant à l’égard du jeu vidéo en fixant à l’avance des règles de temps de jeu », conseille-t-il.

Délimiter le temps de jeu

La seconde est davantage participative : pourquoi ne joueriez-vous pas avec votre fils ou votre fille ou, à défaut de manier la manette ou de l’affronter en ligne, de parler de sa passion, non pas pour l’alarmer en le mettant en garde sur toutes les dérives et les maux qu’on associe parfois à ce hobby, mais en mettant en valeur sa pratique, en lui demandant ses exploits récents, l’histoire du jeu ou ce qu’il pense de la dernière console ?

« Le jeu vidéo est un loisir universel et propice au partage entre parents et enfants », fait remarquer le syndicat. D’autant qu’aujourd’hui, beaucoup de parents ont eux-mêmes pu s’adonner à cette activité quand ils avaient quelques (dizaines d’) années de moins. Certains d’ailleurs jouent encore. Alors pourquoi ne pas saisir cette occasion ? C’est en tout cas l’invitation qui apparaît en filigrane dans le conseil du syndicat.

Partager sur les réseaux sociaux