Le système d'évaluation européen des jeux vidéo PEGI est utilisé en France pour évaluer le contenu d'un titre et indiquer l'âge minimum requis pour y jouer. Une campagne vient d'être lancée pour rappeler son importance.

C’est une classification que vous connaissez sans doute s’il vous arrive d’acheter des jeux vidéo. En Europe, le système PEGI (Pan European Game Information) affiche des petits pictogrammes sur les boîtiers (ou sur les pages d’achat des sites qui vendent des jeux sans support physique) pour renseigner le client sur le type de contenu qu’il trouvera et si celui-ci est adapté à son âge ou à l’âge de son enfant.

Deux types de pictogrammes sont présentés : certains indiquent l’âge recommandé (les seuils en vigueur en France sont 3, 7, 12, 16 et 18 ans) et d’autres sur le contenu (violence, peur, sexe, discrimination, jeu de hasard, drogue, grossièreté, jeu en ligne). Par contre, le système PEGI ne s’occupe pas de la difficulté ou des aptitudes requises pour jouer à un titre en particulier.

Bien que la classification PEGI soit employée depuis plus d’une décennie en France (ainsi que dans une trentaine de pays européens), tout le monde ne la connaît pas. C’est pour cette raison que le syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL), qui a dans ses rangs des sociétés comme Nintendo, Sony, Microsoft, Ubisoft, Electronic Arts, Square Enix, Bandai Namco et Activision-Blizard, relance une campagne.

« Comme pour tout bien culturel, une même scène, une même situation peut varier selon le jeu vidéo et le classement PEGI », explique le SELL. « Par exemple, jouer avec une batte de baseball ou tout simplement dire « bonjour » peut prendre des formes très différentes selon le public à qui s’adresse le jeu vidéo ». C’est ce que cherchent à illustrer de façon simple les deux clips promouvant le système PEGI.

Les vidéos « s’attachent à vulgariser et sensibiliser à la classification PEGI et s’adressent à tous les publics, aussi bien aux parents en qualité d’acheteurs et d’accompagnateurs dans la pratique de leurs enfants qu’aux joueurs en tant que prescripteurs » poursuit le syndicat. Avec un message clair « il y a un âge pour tout ; il y a un jeu vidéo pour tous les âges ».

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos