Free, quatrième opérateur mobile disposant d'une licence 3G, a de grandes ambitions. Au magazine Challenges, le directeur général d'Iliad, la maison-mère, a confié que l'opérateur comptait couvrir 99 % de la population d'ici cinq ou six ans. L'accord signé avec Orange en mars entre dans le plan dressé par Free.

Tandis que l’Autorité de régulation des télécommunications doit lancer dans les semaines à venir la procédure d’attribution des licences 4G, le directeur général d’Iliad a précisé les objectifs de son groupe en matière de couverture mobile 3G. Maxime Lombardini a confié au magazine Challenges avoir un plan pour couvrir 99 % de la population française en cinq ou six ans.

Pour y parvenir, Free va devoir être présent d’ici 2018 sur 9 000 à 10 000 points hauts. « Les identifier n’est pas le plus difficile : le marché des points hauts est bien organisé » a confié Maxime Lombardini. Le nouvel entrant pourra s’appuyer sur les pylônes de TéléDiffusion de France (TDF) ainsi que sur l’accord d’itinérance signé avec Orange en mars dernier.

« Cet accord sera effectif lorsque Free Mobile, qui a pris l’engagement dans sa licence de déployer d’ici 2018 un réseau en propre couvrant au moins 90 % de la population, disposera d’une couverture d’au moins 25 % de la population » est-il précisé dans le communiqué. Les objectifs que s’est fixé Free sont nettement plus élevés que ceux demandés par l’Arcep.

Le régulateur des télécommunications exige que la couverture du service voix dans les communications 3G atteigne 25 % de la population française sur deux ans, et 80 % sur huit ans. Au-delà de l’optimisme de Maxime Lombardini, il faudra absolument que Free s’emploie à développer très rapidement son réseau afin de se positionner au même niveau que la concurrence.

Si le directeur général d’Iliad n’a pas détaillé sa stratégie, cette dernière pourrait s’appuyer sur les puces Femtocell. L’idée n’est pas nouvelle, puisqu’elle avait déjà été évoquée en 2009 bien avant l’arrivée de la Freebox Revolution. Cette technologie ne pourra pas remplacer à proprement parler un réseau d’antennes, mais elle pourrait être d’une aide précieuse pour Free.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés