Free devrait sortir sa Freebox V6 au premier trimestre 2010, avec très probablement l'intégration du FemToCell pour favoriser le déploiement de son réseau 3G. Mais l'opérateur ne pourra pas se contenter de cette seule technologie pour convaincre les freenautes de migrer.

Free est condamné à innover, et à trouver la killer-app qui rendra la Freebox V6 indispensable. L’opérateur, qui devrait savoir le 17 décembre prochain s’il est officiellement admis dans le cercle des opérateurs mobiles, prévoit en effet de sortir sa nouvelle Freebox dans les quelques semaines qui suivront, et devrait miser sur elle pour déployer son réseau 3G.

Interrogé par BFM , le fondateur d’Iliad Xavier Niel a confirmé que la nouvelle Freebox devrait sortir « dans quelques mois« . Or s’il on ne sait pas grand chose de ce nouveau boîtier, il y a au moins un élément qui ne fait pas vraiment de doute. « Selon certaines sources, elle pourrait intégrer une puce Femtocell 3G en cas de gain de la 4ème licence mobile« , indique ainsi Natixis dans une note publiée aujourd’hui, qui confirme des rumeurs qui circulent déjà depuis plusieurs mois.

Le FemtoCell est une technologie qui permet d’utiliser le réseau IP de l’accès ADSL pour relayer les données 3G. Les foyers qui disposent d’un boîtier Femtocell sur leur modem diposent ainsi d’une antenne relais à très faible rayonnement à domicile, qui garantie une réception parfaite dans la maison. Elle peut aussi servir à l’extérieur dans un périmètre restreint, comme les points d’accès Freephonie activés sur les Freebox actuelles, qui permettent d’utiliser l’accès ADSL pour téléphoner sans fil avec le protocole SIP.

Mais le Femtocell, ça coûte cher. L’idée, a priori saugrenue, est de faire participer l’abonné à l’acquistion des boîtiers, en utilisant l’excellente réception comme appât. SFR, qui vient de lancer une solution Femtocell pour ses abonnés, propose ainsi un boîtier à 199 euros, dont le prix est toutefois dégressif jusqu’à la gratuité en cas d’abonnement et de ré-engagement sur 24 mois. La rentabilité est alors assurée sur le long terme.

Free, qui devra déjà payer 240 millions d’euros pour la 4ème licence 3G, devrait miser sur son réseau de Freebox et sur le Femtocell pour obtenir au plus vite une bonne couverture dans les zones urbaines. Mais il faudra alors trouver l’argument pour convaincre les abonnés de changer de Freebox et de se ré-engager sur 12 ou 24 mois. Le Femtocell, seul, ne suffira pas à convaincre les abonnés.

C’est pourquoi Free est condamner à trouver LA killer-app qui rendra la Freebox V6 indispensable aux freenautes.

A moins que la solution ne soit pas dans l’innovation technologique, mais dans l’innovation commerciale. Si l’on en croit la note de Natixis, la Freebox V6 pourrait en effet ne concerner que le seul boîtier ADSL, et non pas le boîtier TV qui concentre l’essentiel des fonctionnalités. Le modem coûterait à Free moins de 50 euros, sur un total de 180 euros pour les deux boîtiers.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés