Apple a annoncé ses résultats financiers pour le troisième trimestre fiscal 2016. iPhone, iPad et Mac ne se sont pas aussi bien vendus que l'an passé.

Dans la nuit de mardi à mercredi, Apple a annoncé ses résultats financiers pour le troisième trimestre de 2016. L’événement était attendu par les analystes et les marchés, dans la mesure où le fameux « Q3 2016 » avait été le premier à ne pas être un record pour l’entreprise de Cupertino depuis 13 ans. La baisse des revenus a été attribuée en grande partie à la croissance moindre des ventes d’iPhone, alors que le marché global des smartphones arrive à un plateau. Ce sont aujourd’hui bien plus les smartphones à moindre prix qui fonctionnent que les produits premium.

42,4 milliards de dollars revenus pour un bénéfice net de 7,8 milliards de dollars

Quoi qu’il en soit, Apple avait prévu le coup et avait lancé à ses actionnaires des prévisions pessimistes. La bourse qui avait alors compris le message s’attendait à environ 42,1 milliards de dollars de revenus. La société de Tim Cook a battu de très peu ces attentes en affichant hier 42,4 milliards de dollars revenus pour un bénéfice net de 7,8 milliards de dollars. L’iPhone, le moteur dans la machinerie d’Apple, s’est vendu à 40,4 millions d’unités lors de ce trimestre qui s’est terminé le 25 juin dernier. La bourse s’attendait à 40 millions d’unités vendues. De son côté, l’iPad s’est vendu à 10 millions d’unités.

Par rapport à l’année dernière, ces chiffres sont en baisse sur toute la gamme des produits. Les valeurs inscrites dans le tableau sont en millions d’unités vendues.

iPhone iPad Mac
Q3 2016 40,4 9,9 4,2
Q3 2015 47,5 10,9 4,8
Q3 2014 35,2 13,2 4,4

Comme cela avait été évoqué lors des derniers résultats financiers d’Apple, la transition vers des services semble amorcée du côté de Cupertino. En effet, c’est l’Apple Store qui connaît aujourd’hui son heure de gloire avec 19 % de croissance pour les revenus par rapport à l’année dernière et Tim Cook a affirmé que la solution de Cloud était aussi l’un des piliers sur lesquels Apple pouvait aujourd’hui s’appuyer pour se développer. Ces annonces sont intéressantes quand on se souvient qu’Apple a fait d’iOS 10 une étape cruciale pour le logiciel, en ouvrant la plupart de ses services aux extensions.

Les marchés avaient l’air plutôt confiants à la suite de cette conférence et l’action d’Apple a pris quelques points malgré des résultats qui ne sont plus les records d’autrefois. Reste que le fameux next big thing est attendu par beaucoup : Tim Cook a promis de grandes choses pour Apple et il reste un peu moins de la moitié de l’année pour les annoncer. Bien entendu, il faut toujours regarder ces résultats à l’aune du marché des smartphones et du marché de la tech en général : quand on compte encore ses bénéfices en milliards, on est loin d’entrer dans une zone de turbulence.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés