Les premiers retours sur le nouveau volant de la Tesla Model S sont loin d'être positifs. Sa forme, futuriste, n'est pas compatible avec les habitudes prises depuis maintenant plusieurs années.

Sur le papier, le nouveau volant Yoke de Tesla, installé dans les nouvelles Model S, a tout pour plaire : un design plus compact pour une visibilité accrue. En pratique, l’expérience de conduite ne semble pas du tout confortable. C’est en tout cas ce qui ressort de l’essai réalisé en avant-première par Motortrend. Publié le 17 juin et centré sur l’accélération, il indique que « le volant Yoke rectangulaire est, comme prévu, une plaie à utiliser à basses vitesses.  » 

Le média pointe notamment du doigt le fait que la direction n’est pas assez rapide pour un ratio aussi atypique (14.0:1). Il faudrait qu’elle le soit deux fois plus — a minima — pour que les manœuvres demandant de beaucoup tourner le volant demeurent intuitives.

Présentation Tesla Model S Plaid // Source : Capture YouTube

Bien sûr, Elon Musk défend le volant Yoke

Rédacteur en chef d’Electrek, site spécialisé dans la mobilité électrique et très bien renseigné sur Tesla, Frederic Lambert a lui aussi émis quelques doutes sur ce volant Yoke. Dans un tweet publié le 15 juin, il indique : « J’adore le design du nouveau volant. C’est mieux pour la visibilité, mais je suis choqué de voir que Tesla n’a pas intégré un système dynamique, intelligent et non-linéaire pour la courbe de direction afin de réduire les mouvements pour tourner. Pour quelqu’un qui a roulé toute sa vie sur des routes glacées, j’entrevois déjà de sérieux problèmes pour regagner le contrôle dans certaines situations.  »

Sur cette vidéo publiée par OCDetailing le 15 juin, on peut voir à quel point le conducteur n’est pas toujours à l’aise avec ce volant Yoke — plus adapté aux sports mécaniques.Il faudrait que Tesla retravaille la sensibilité afin que les usagers n’aient pas besoin de manipuler autant le volant lorsqu’ils veulent tourner. En l’état, on retrouve finalement les mêmes sensations qu’avec un volant circulaire mais avec beaucoup moins d’espace pour placer ses mains correctement. Tesla pourrait offrir le choix entre ce dispositif, qui peut devenir dangereux dans certaines situations critiques, et un volant normal (des prototypes existent). 

Bien évidemment, Elon Musk est fan de ce volant Yoke. « Je conduis avec le volant Yoke depuis un moment et il est excellent selon moi », estime-t-il. Un système centré sur une direction plus progressive et adaptée à ce format rectangulaire n’est pas encore à l’ordre du jour pour Tesla, sachant que ce volant Yoke devrait également trouver sa place dans le Roadster et le Cybertruck. 

Il n’y a a priori aucune chance de voir ce volant Yoke être légalisé en France (c’est le cas, en revanche, au Royaume-Uni). La question de l’homologation a été posée il y a plusieurs semaines au ministère. Nous sommes toujours dans l’attente d’une réponse.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo