Tesla travaillerait dans l'ombre sur l'élaboration d'une nouvelle batterie révolutionnaire. Il y a des enjeux commerciaux, financiers et industriels.

Une révolution semble en marche au sein de Tesla et il ne s’agira pas, pour une fois, d’un pickup au look futuriste ou d’une voiture sportive équipée de réacteurs de fusée. Selon les informations d’Electrek publiées le 26 février, le constructeur travaillerait sur un projet de batteries moins chères à produire et capables de proposer de meilleures performances que celles disponibles aujourd’hui.

Le but serait visiblement d’atteindre un coût de 100 dollars par kWh, ce qui pourrait offrir une plus grande flexibilité à Tesla. Soit il baissera les prix de ses voitures pour rivaliser avec les concurrentes thermiques, soit il augmentera ses marges pour améliorer sa rentabilité. Outre cet enjeu financier, il y a un intérêt industriel : en produisant ses propres batteries, la multinationale contrôlerait l’ensemble de la chaîne et ne dépendrait plus de Panasonic, avec qui le divorce semble inéluctable. L’indépendance garantit aussi d’éviter des soucis d’approvisionnement, comme en ont rencontrés Audi et Mercedes.

Tesla Model S
Tesla Model S // Source : Tesla

Tesla vers l’indépendance totale du côté des batteries

Ces derniers mois, derrière les annonces de nouveaux produits, on peut affirmer que Tesla a préparé le terrain. En début d’année 2019, l’acquisition de Maxwell, spécialisé dans le développement de technologies liées aux batteries et au stockage de l’énergie, fut une première pierre. Depuis, les relations entre Tesla et Panasonic se sont distendues, notamment en raison d’un supposé désaccord sur la capacité de production. Au même moment sont apparues des indiscrétions sur un projet secret. Il serait aujourd’hui connu sous le nom Roadrunner et s’articulerait autour d’une cellule à haute densité susceptible d’être produite en masse. Elle pourrait se baser sur la technologie à électrodes sèches de Maxwell.

Dans un sujet publié sur LinkedIn, Matthieu Moors, ingénieur en charge de la R&D sur les batteries, évoque carrément une «  réinvention ». Elle pourrait effectivement conduire à des véhicules électriques à l’autonomie accrue — ce qui représente l’un des enjeux commerciaux du segment. Aujourd’hui, les voitures conçues par Tesla sont déjà en avance sur ce critère très important aux yeux des utilisateurs. Avec cette batterie révolutionnaire, la firme assommerait encore plus une concurrence à la traîne. Sans régler toutefois le problème de pénurie de certaines matières premières. 

Cette batterie à la pointe pourrait être présentée au mois d’avril. Elle serait installée dans une Model S ou un Model X (peut-être un modèle Plaid qui aura besoin de plus d’énergie pour nourrir son groupe propulseur à trois moteurs ?).

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux