Tesla a promis une mise à jour pour toutes ses voitures en circulation. Au menu ? Plus d'autonomie et de performance. Rien que ça.

Tesla travaille constamment sur des améliorations hardware pour ses voitures. Ces dernières semaines, le constructeur américain a par exemple testé un nouveau châssis et un groupe propulseur articulé autour de trois moteurs. En parallèle, ses ingénieurs travaillent sur la partie logicielle pour intégrer des nouvelles fonctionnalités et, mieux, améliorer les performances et l’autonomie. C’est en tout cas une promesse faite par Elon Musk, partagée par Electrek le 24 octobre 2019.

Cette information rappelle que les voitures Tesla sont des ordinateurs sur roues, capables d’être améliorés de manière logicielle tout au long de leur cycle de vie. Cette approche n’est pas encore très répandue sur le marché automobile, où les gros acteurs rivalisent de prudence sur le segment 100 % électrique (exemple : Audi bride ses batteries). On a quand même pu lire la formule ‘mise à jour à distance’ dans la présentation du Volvo XC40, premier constructeur à faire confiance à Google pour le système d’exploitation. Jusqu’alors, ces termes étaient plutôt réservés au monde de la tech et Tesla les a, en quelques sortes, vulgarisés.

La Tesla Model S 100D // Source : Numerama

Des voitures qui évoluent grâce à de simples mises à jour

« Nous prévoyons une mise à jour qui va améliorer la puissance de la Model S, de la Model 3 et du Model X. Elle devrait être disponible dans les semaines à venir. Le gain devrait être de 5 % », a promis Elon Musk. Plus précis, Drew Baglino, vice-président en charge de la technologie, a indiqué que Tesla a trouvé de nouvelles manières d’optimiser le rendement du moteur. Selon lui, le gain sera de 5 % pour la Model 3 et de 3 % pour la Model S et le Model X. Nul ne sait quel sera le véritable impact sur l’accélération et la vitesse.

De la même manière, on n’est pas certains que les différents modèles commercialisés bénéficient tous des mêmes changements. 

Elon Musk conclut en disant qu’une meilleure efficience du bloc électrique aura une incidence positive sur l’autonomie, la conduite à une seule pédale (traduction : le frein régénératif), la vitesse des Superchargeurs ou encore le confort de la conduite. C’est logique puisque tout est lié. Toutefois, il ne faut pas s’attendre à une rupture immense —  un cas similaire a d’ailleurs déjà eu lieu, lorsque tesla a repris l’architecture des moteurs de la Model 3 pour ses Model S et X. Pour l’heure, une évolution hardware reste la meilleure option au moment d’améliorer significativement les performances.

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux