Comment recharger une Tesla, une Nissan Leaf, une Renault Zoe ou tout autre modèle pendant un trajet ? Aujourd’hui, il existe trois types de bornes électriques pour charger rapidement sa voiture sur la route. Chaque véhicule possède sa prise, mais il est parfois compliqué pour les utilisateurs de véhicules électriques de s’y retrouver. Numerama vous explique tout.

Différents organismes recommandent de brancher sa voiture à une prise domestique, ou à une borne de recharge murale (wallbox) installée chez soi, pour faire une recharge standard. C’est d’ailleurs ce type de recharge qui est de très loin le plus répandu, mais il possède un inconvénient : selon les modèles, le temps de charge varie de quelques heures à plus d’une journée — un peu moins avec une recharge murale adaptée plus puissante. Pour voyager sur de plus longues distances, les bornes de recharge rapide ou accélérée s’avèrent essentielles, puisqu’elles permettent de reprendre la route après une pause généralement comprise entre 20 minutes et 1 heure.

Là où les prises domestiques, en courant alternatif, ne dépassent pas les 22 kW, les bornes de recharge accélérée, en courant continu, peuvent atteindre jusqu’à 350 kW. Une telle puissance permet de charger une bonne partie de la batterie de son véhicule en quelques minutes selon le modèle de voiture et le chargeur embarqué sur celle-ci. Les bornes de recharge rapide d’ancienne génération, en courant alternatif, ne dépassent pas les 43 kW, mais elles sont amenées à disparaître progressivement.

Trois standards de prises, et donc de bornes différentes se répartissent le marché : l’Européen CCS Combo, le Japonais Chademo et le type 2 anciennement exploité par le Californien Tesla sur ses Superchargeur, passés depuis au CCS Combo. Si des adaptateurs existent côté constructeurs, ils ne fonctionnent pas encore entre toutes les normes. Depuis quelques années, le format de prises CCS Combo est devenu le standard intégré à toutes les nouveautés en Europe, mais les japonais continuent à faire de la résistance avec Chademo.

CCS Combo : la norme des Européens

CCS
À gauche, une prise Combo 2, qui dispose de deux contacts supplémentaires pour le chargement en courant continu que le chargeur de type 2, à gauche, en courant alternatif // Source : Paul Sladen – Wikipédia

Qu’est-ce que c’est ?

La norme CCS (combined charging system) était d’usage avant la création des dernières bornes. Deux types de prises respectant cette norme, en courant alternatif, étaient présentes sur les véhicules vendus en France : le type 3 et le type 2 (aussi appelé chargeur Mennekes).  Le type 3, largement répandu, a commencé à disparaître progressivement lorsque l’Union européenne a décidé de standardiser le type 2.

La prise Combo a été créée à partir du type 2, avec l’ajout de deux points de contact pour permettre une recharge en courant continu, bien plus rapide. La prise femelle Combo peut accueillir aussi bien une prise mâle Combo qu’une prise mâle de type 2. Ainsi les véhicules plus anciens peuvent se brancher sur les nouvelles bornes, et se charger en courant alternatif.

Quels véhicules peuvent l’utiliser ?

CSS Combo est une norme européenne qui tend à s’imposer. Elle est donc partagée par des marques allemandes comme celles des groupes Volkswagen, BMW ou Daimler. Mais on la retrouve aussi chez Renault, Stellantis, General Motors, Ford, Jaguar, ou encore sur les nouvelles marques chinoises.

Où sont les bornes ?

Capture d’écran 2018-10-16 à 15.13.49

De nouvelles bornes apparaissent désormais tous les jours en France et en Europe. Pour connaître les bornes à proximité de chez vous, la liste la plus exhaustive est probablement fournie par Chargemap.

Le gouvernement français avait pour objectif d’avoir 100 000 bornes publiques installées à fin 2021. Sur ces bornes publiques, une partie sont des bornes à recharge rapide pour les véhicules équipés de prises Combo CCS. Elles sont sinon accessible avec des prises de Type 2 que peuvent utiliser (sans adapteur, mais avec un câble à avoir dans son coffre) tous les véhicules équipés d’une prise Combo CCS.

Quel avenir ?

Les constructeurs de bornes s’attellent à de nouvelles générations de borne toujours plus puissantes. ABB s’appuie sur ce type de prise pour ses bornes Terra High Power, qui peuvent monter jusqu’à 360 kW. Plusieurs opérateurs, comme Ionity ou Fastned, exploitent des bornes ultra-rapides offrant des performances de recharge jusqu’à 350 kW. Ces stations avec bornes ultra-rapides se concentrent surtout sur autoroutes.

CHAdeMO : La norme japonaise

chademo-num

La CHAdeMO (contraction de charge de move) nous vient du Japon. À l’origine de cette norme, on retrouve un consortium composé de Nissan, Mitsubishi, Fuji Heavy Industries (Subaru, notamment), Tokyo Electric Power Company, rejoint plus tard par Toyota. Forcément c’est dans l’empire du soleil levant que ces bornes sont les plus répandues. À l’inverse de la prise CCS, elle ne se branche qu’en courant continu, et nécessite une deuxième prise, dite de type 4, pour la charge plus lente en courant alternatif. La recharge en courant continu permet, par exemple, de recharger une Nissan Leaf à 80 % de la capacité de sa batterie en moins de 30 minutes.

Quels véhicules peuvent l’utiliser ?

On retrouve les véhicules des constructeurs japonais qui on créé la norme, comme Nissan (et donc les Renault), Lexus, Kia ou encore Mitsubishi. Les Tesla peuvent les utiliser avec un adaptateur.

Où sont les bornes ?

Capture d’écran 2018-10-16 à 15.24.56

Pour connaître les bornes Chamedo disponibles et surtout toujours fonctionnelles, nous vous recommandons d’utiliser le site de référence : chargemap.com.

Et à l’avenir ?

La CHAdeMO Association a annoncé en mars 2018 que les bornes utilisant son standard pourront délivrer jusqu’à 400 kW.

La réalité, quelques années plus tard, c’est une disparition progressive des bornes Chademo en France. Un décret français n’oblige plus depuis mai 2021 l’installation de points de recharge en prise Chamedo. Les opérateurs peuvent donc se détourner de ce type de prise pour se concentrer sur le Combo CCS, même si certains opérateurs (type Fastned) maintiennent toujours une prise Chamedo sur au moins une de leur borne. C’est un coup dur pour les nombreux possesseurs de véhicules électriques disposant de ce système de recharge.

Tesla Superchargeur : une borne performante réservée au constructeur

superchargeur
Superchargeur // Source : Tesla

Les bornes Tesla ont évolué au fil des ans pour réduire le temps de recharge des Tesla. Une borne Tesla Superchargeur V3 dispose désormais d’une puissance de 250 kW. Si deux véhicules sont branchés à la station, la puissance sera répartie. Il est donc préférable de brancher votre véhicule à une station sans voiture voisine si vous souhaitez recharger votre véhicule plus rapidement. Il faut environ 15 minutes pour recharger 275 km. La philosophie de la marque est d’inciter aux pauses courtes, mais répétées à intervalles régulier.

Quels véhicules peuvent les utiliser ?

Les Tesla… et c’est tout. Contacté par Numerama, Tesla a confirmé sa position : l’entreprise n’est pas opposée à un partage de ses bornes avec d’autres marques, qui pourraient aider également au déploiement. En octobre 2018, aucun n’a officiellement fait le premier pas.

Fin 2021, Tesla a expérimenté l’ouverture de ses bornes de recharge à l’ensemble des véhicules équipés de prises Combo CCS sur quelques stations aux Pays-Bas. L’expérience s’est ensuite dupliquée début 2022 en France et en Norvège. Dans un proche avenir, il sera peut-être possible à l’ensemble des véhicules électriques de profiter du réseau de superchargeurs Tesla.

Où sont les bornes ?

Capture d’écran 2018-10-16 à 16.00.59

L’entreprise Tesla sélectionne et décide de l’installation de ses superchargeurs. Elle référence ainsi elle-même son réseau, sur son site, et tient la carte à jour. A l’été 2021, il y a plus de100 stations avec 1 000 points de recharge en France (600 en Europe), et plusieurs installations supplémentaires en prévision.

Et à l’avenir ?

Tesla, par la voix d’Elon Musk, a évoqué 350 kW sur sa prochaine génération de bornes… mais reste très, très prudent : d’après le milliardaire, 350 kW sur une seule voiture, cela « défoncerait la batterie ». « Pour nous, poursuit-il, nous cherchons à aller vers du 200-250 kW) . Les partenariats avec d’autres marques ne sont pas exclus.