Volkswagen pourrait s’intégrer au projet de Renault, pour proposer une voiture électrique à moins de 20 000 €.

La collaboration entre les marques est désormais la clé pour rentabiliser les investissements sur les projets de voitures électriques. Pour Renault, développer seul une petite voiture électrique abordable n’est certainement pas économiquement viable, à moins d’en vendre des quantités astronomiques. Même si la future Twingo pourrait remporter un certain succès commercial, il vaut mieux que le constructeur français assure ses arrières en proposant de partager les développements avec d’autres marques. Renault cherche donc à nouer un partenariat.

Les discussions sont toujours en cours, mais tout semble désigner Volkswagen comme le meilleur candidat en lice pour ce partenariat, selon Reuters et le média allemand Handelsblatt, le 11 décembre 2023.

Un projet entre Renault et Volkswagen encore embryonnaire

Il est un peu tôt pour se réjouir ou critiquer une telle alliance entre les deux groupes européens. Si Renault a confirmé que plusieurs discussions étaient en cours, la marque s’est refusée à commenter avec qui elle échangeait, ainsi que le calendrier rattaché à ces discussions. Cependant, on sait par des sources internes au constructeur allemand que des réflexions avancent à ce sujet.

Concept Renault Twingo électrique (2026) // Source : Renault
Concept Renault Twingo électrique (2026). // Source : Renault

La décision finale devrait être prise début 2024, afin que les développements de Twingo puissent avancer suffisamment vite pour une sortie en 2026, comme annoncé par Luca de Meo le 15 novembre.

Il n’a pas été précisé si les autres membres de l’Alliance, à savoir Nissan et Mitsubishi, sont, eux aussi, intégrés dans les tractations en cours.

Quel intérêt pour Renault et Volkswagen ?

En s’associant pour un tel projet, Renault et Volkswagen pourraient faire des économies substantielles rien que sur les développements. Certes, d’ici là, la structure Ampère (de Renault) devrait avoir atteint ses objectifs de réduction des coûts sur les composants, la phase de création et de production. Partager le risque financier d’un tel modèle avec Volkswagen pourrait soulager le constructeur français et rassurer les investisseurs.

Le concept ID. 2all // Source : Volkswagen
Oliver Blume avec Le concept ID. 2all. // Source : Volkswagen

C’est également ce qui pourrait permettre à Volkswagen de trouver une solution économiquement viable pour proposer son ID.1, la voiture à 20 000 € que le groupe promet pour suivre les concurrents. Le groupe allemand peine déjà à trouver les solutions techniques pour que ses modèles à 25 000 € soient rentables. Alors, cette association avec Renault pourrait retirer une épine dans le pied d’Oliver Blume, patron de VW. La marque sait produire en Chine des modèles à bas coût, mais n’est pas en mesure de reproduire cela en Europe.

Avec une telle association, la production annuelle pourrait atteindre jusqu’à 250 000 unités. C’est un autre moyen de faire baisser les coûts, pour un modèle sur lequel les marges sont réduites afin de tenir le prix bas.

La voiture électrique abordable va certainement être le sujet tendance de 2024. Alors, pour en suivre toutes les évolutions au fil de l’année, inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et hebdomadaire Watt Else.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.