La réponse de Renault à l’ë-C3 de Citroën à moins de 20 000 € ne s’est pas fait attendre. Le constructeur français dévoile les premières informations sur un nouveau concept nommé « Legend », qui s’appelle en réalité Twingo.

Après Renault 5 et Renault 4, Renault prévoit déjà un troisième modèle pour rendre la voiture électrique plus accessible à tous dans les prochaines années. Avec le concept nommé « Legend », le constructeur veut proposer une voiture électrique efficiente et abordable pour un tarif inférieur à 20 000 € ou 100 €/mois. Son nom ne laissera personne indifférent : il s’agit tout simplement de la toute nouvelle Twingo électrique.

Il faudra par contre attendre quelques années avant de la voir sur les routes : on l’annonce pour 2026. Même si le délai de 2 ans peut sembler encore long, le développement de ce nouveau modèle est particulièrement court. Il égale même ce que les constructeurs chinois sont capables de faire, un vrai changement pour un constructeur européen.

Renault n’abandonne pas complètement la voiture d’entrée de gamme au profit d’une montée en gamme de ses modèles, et c’est une très bonne nouvelle. Pas moins de 3 modèles seront proposés à moins de 30 000 € dans les prochaines années. Renault, au travers de sa nouvelle filiale Ampère dédiée aux voitures électriques, n’a probablement pas fini de nous surprendre.

renault_twingo_2026-3

Moins de 20 000 €, vraiment ?

« Legend », ou plutôt, Twingo, doit être produite en Europe pour « moins de 100 euros par mois avec un prix d’entrée inférieur à 20 000 euros (avant subvention) », indique le communiqué de presse du constructeur du 15 novembre. Elle ne sera pas produite en France à la différence des autres modèles électriques. Il n’y a plus assez de place dans les usines françaises.

Luca de Meo avec la future Renault Twingo // Source : capture d'écran
Luca de Meo présente la nouvelle Twingo // Source : Renault

Lorsque Renault annonce cet objectif de prix de moins de 20 000 €, on a envie d’y croire. Sauf que les dernières années nous ont appris à être prudents sur les discours ambitieux des constructeurs. Volkswagen, Stellantis ou Renault ont envie de répondre à la demande des clients européens, qui ont des budgets limités, mais la réalité économique prend vite le dessus.

Luca de Meo présentation des projets Renault // Source : Renault
Luca de Meo présentation des projets Renault // Source : Renault

Souvent les modèles présentés à 20 000 € deviennent, après quelques années de développement, des voitures à 25 000 €. Et celles prévues à 25 000 €, comme la future Renault 5, deviennent plus largement des modèles à moins de 30 000 €, lorsque l’on dépasse l’entrée de gamme parfois dépouillée. D’ailleurs, dans le dernier communiqué de la marque, il est dit pour la Renault 5 : « avec un prix d’entrée d’environ 25 000 euros ». On est loin du discours initial de 2021, où le concept était présenté ainsi : « Ce sera une voiture très abordable. Nous avons besoin d’être dans la fourchette des 20 000 – 25 000 €, tout en restant rentable. C’est le défi. »

La principale concurrente de cette nouveauté sera probablement la Citroën ë-C3, à moins de 20 000 €, qui devrait arriver dès 2025 sur le marché français, ce qui lui donnera un avantage certain. Il est plus simple et rapide pour Citroën de proposer un modèle dépouillé de la version proposée à 23 300 € : avec une plus petite batterie et moins d’équipements. Mais n’est-ce pas la solution pour entrer sur le marché rapidement que de développer un nouveau modèle ? Renault doit forcément vouloir nous surprendre positivement avec sa nouveauté.

La remplaçante de la Twingo actuelle, avec plus d’efficience

Le prix n’est pas le seul élément à retenir de ce projet du constructeur français. Le terrain de jeu de cette Twingo devrait être la ville. Il est donc possible d’imaginer un petit modèle de moins de 4 mètres de long. Renault 5 et 4 partageront la même plateforme « AmpR Small », dédiée à des voitures électriques du segment B (soit plus de 4 mètres), mais Renault n’indique pas que cette nouveauté sera également sur cette plateforme. Cela laisse pour le moment place à des spéculations sur un gabarit plus petit.

Ce projet va venir remplacer la Twingo e-tech actuelle. Ce modèle entre dans sa fin de carrière. Il aurait été bien dommage d’abandonner ce savoir-faire de Renault à donner du plaisir au volant d’une mini-citadine.

Les créations professionnelles ReInventTwingo  // Source : TheArsenale / Renault
Renault avait challengé le public avec ReInventTwingo // Source : TheArsenale / Renault

L’objectif de Renault est de proposer un modèle qui consomme peu : 10 kWh/100 km. Des consommations que l’on peut plus facilement obtenir avec des véhicules légers et compacts. Au-delà de consommations d’énergie modérées, Renault veut aussi réduire fortement l’empreinte carbone de ce futur modèle sur l’ensemble du cycle de vie de la voiture : de l’assemblage en usine jusqu’à son recyclage. C’est une démarche déjà initiée sur d’autres modèles, comme sur l’attendue Renault Scénic e-tech.

La future génération de cette Twingo est vraiment imaginée pour être électrique, beaucoup plus que la génération actuellement commercialisée. À la manière de Tesla, le nombre de pièces pour fabriquer ce modèle sera bien plus faible. Moins d’éléments permettent de faire des économies sur la production de chaque exemplaire. La future Twingo sera donc à la fois abordable, mais quand même rentable pour le constructeur.

La mobilité électrique évolue rapidement, soyez toujours à la pointe en vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire, Watt Else, spécialement conçue pour les curieux de cet univers.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.