Depuis quelques années, Elon Musk est particulièrement courtisé par des dirigeants politiques du monde entier. Un point commun anime tous ces chefs d’État : obtenir de Tesla l’installation d’une de ses usines dans leur pays.

L’usine Tesla est devenue le Graal de tous les dirigeants politiques. France, Espagne, Canada, Inde ou Turquie : tous ces pays pensent avoir réussi à convaincre Elon Musk d’implanter sa prochaine usine chez eux. Pourtant, ce sont rarement les pays qui en font l’étalage médiatique et politique qui voient vraiment un tel projet d’usine se concrétiser.

C’est au tour du président de la Turquie : Tayyip Erdogan a demandé à rencontrer Elon Musk, ce qui a eu lieu le 17 septembre 2023 à New York. Une fois l’échange terminé, les photos ont été rapidement diffusées par le service de communication de la Turquie sur X (Twitter). Mais, le président Erdogan et Elon Musk n’avaient sans doute pas réellement la même vision des enjeux autour de cette rencontre.

Une huitième usine Tesla en Turquie ?

Ce n’est pas la première fois que la Turquie émerge dans les possibles emplacements d’une nouvelle usine Tesla. Comme pour la France ou l’Espagne, c’est la deuxième fois que l’hypothèse de la Turquie est abordée. Les rumeurs et gesticulations politiques de tous ces pays n’avaient mené à rien de concret lors de la première salve.

Pour convaincre Elon Musk, le président Erdogan aurait mis en avant les avancées technologiques de la Turquie, de la vision du pays sur le numérique et l’intelligence artificielle. Le constructeur de voitures électriques turques Togg a aussi été l’un des arguments mis en valeur, pour montrer l’évolution de la Turquie sur ce sujet.

Selon Reuters, les représentants de la Turquie ont cité Elon Musk, confirmant que des fournisseurs turcs travaillaient déjà avec Tesla et que la Turquie était l’un des candidats les plus importants pour sa prochaine usine. Elon Musk, lui, ne s’est pas exprimé directement sur le sujet.

Cette rencontre ressemble surtout à une opération de communication de la Turquie. Elon Musk s’y est présenté avec son fils X Æ A-12 dans les bras. Difficile d’imaginer que le patron de Tesla, X et SpaceX ait réellement pris au sérieux tout ceci. Au fil des années, Elon Musk est devenu expert dans l’art de ne jamais fermer la porte aux pays rencontrés, les laissant croire qu’ils seront les prochains à accueillir une usine Tesla, loin des réelles considérations de la marque. La France fait partie des pays en attente d’une potentielle usine.

Rencontre du président turque Erdogan avec Elon Musk (et son fils) // Source : @iletisim sur X
Rencontre du président turque Erdogan avec Elon Musk (et son fils). // Source : @iletisim sur X

Un projet plus sérieux en Inde

En août, les discussions entre le gouvernement indien et Tesla ont laissé entrevoir la possibilité qu’une nouvelle usine Tesla pourrait produire en Inde un véhicule électrique à bas prix. C’est plus certainement ce projet qui devrait devenir la huitième usine du constructeur, après celle du Mexique, annoncée en mars :

  • Usine de Fremont (Model S, X, 3 et Y)
  • Gigafactory Nevada (batteries et moteurs)
  • Gigafactory New York (superchargeurs et panneaux solaires)
  • Gigafactory Shanghai (Model 3 et Y)
  • Gigafactory Texas (Model Y et Cybertruck)
  • Gigafactory Berlin (Model Y)
  • Gigafactory Mexico (début de construction)

Une usine en Inde permettrait à Tesla de produire à moindre coût ses véhicules et de s’ouvrir les portes d’un marché gigantesque. L’Inde, avec ses 1,4 milliard d’habitants, représente un marché automobile en devenir pour les constructeurs comme Tesla, car le pays a décidé de faire sa transition vers la voiture électrique. Pour conquérir ce pays, les constructeurs automobiles ont tout intérêt à produire localement (comme pour la Chine) afin d’échapper à des taxes d’importation énormes. Les constructeurs chinois lorgnent déjà sur ce nouveau territoire, mais ils sont ralentis par des conflits politiques entre les deux pays. Tesla pourrait tirer son épingle du jeu, surtout en y proposant la Tesla à moins de 25 000 €.

Chaîne d'assemblage Gigafactory Tesla  // Source : Tesla
Chaîne d’assemblage Gigafactory Tesla. // Source : Tesla

Et, les pays européens dans tout ça ?

Tant que l’usine de Berlin, avec sa future extension, n’atteindra pas la limite de production d’environ 1 million de véhicules, Tesla ne devrait voir aucune urgence à installer une nouvelle usine en Europe.

Il sera intéressant de surveiller quels modèles viendront s’ajouter aux Model Y actuellement assemblés à Berlin : Model 3 ou future voiture abordable ? Il est peu probable que la Gigafactory allemande reste mono modèle encore longtemps. C’est avec ces éléments qu’il sera possible d’anticiper la construction d’une nouvelle usine européenne de batteries ou de véhicules.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.