À contrecourant des grands États américains ou de l’Europe, le Wyoming ne veut non pas bannir la vente de voitures thermiques, mais au contraire le faire pour les voitures électriques d’ici à 2035.

L’État du Wyoming semble avoir envie de troller la Californie et les autres États américains, où sont votées des lois visant à interdire la vente des voitures thermiques. Dans cet État qui vit essentiellement du pétrole et du gaz, il n’y a rien de surprenant à ce que les politiques souhaitent freiner le développement des voitures électriques. C’est en tout cas réellement un projet de loi nommé « Suppression progressive des ventes de véhicules électriques neufs d’ici à 2035 » qui a été déposé par plusieurs sénateurs ce 13 janvier 2023.

Le sénateur Jim Anderson n’est pas tendre quand il parle des voitures électriques. En interview pour le quotidien local Cowboy Daily State, il indique que cette proposition de loi est une manière de dire ouvertement : « si vous n’aimez pas nos voitures à essence, nous n’aimons pas vos voitures électriques. »

Cette idée de loi anti-véhicules électriques est-elle vraiment sérieuse ?

Si les lois visant à interdire les véhicules thermiques en Californie ou dans l’État de New York, ou même en Europe, d’ici à 2035 sont à prendre au sérieux, cette proposition de l’État du Wyoming ne l’est pas complètement. Il suffit de lire le détail des propositions pour comprendre qu’il s’agit d’une provocation, même si les constats qui ont incité à déposer ce texte sont concrets.

Le texte repose essentiellement sur ces deux points :

  • « Section 1. Que le corps législatif encourage et exprime comme objectif que la vente de nouveaux véhicules électriques dans l’État du Wyoming soit progressivement éliminée d’ici à 2035. »
  • « Section 2. Que le corps législatif encourage les industries et les citoyens du Wyoming à limiter la vente et l’achat de nouveaux véhicules électriques dans le Wyoming, dans le but de supprimer progressivement la vente de nouveaux véhicules électriques dans le Wyoming d’ici à 2035. »

Autant dire que l’on est encore loin d’une véritable proposition de loi pour bannir le véhicule électrique du Wyoming. L’objectif des sénateurs est quand même d’inviter au débat.

Le Cybertruck et la Ford F-150 sont deux pickups, mais le Cybertruck de Tesla est électrique. // Source : Twitter @elonmusk
Le Cybertruck vs le Ford F-150 thermique. // Source : Twitter @elonmusk

Un contexte bien différent de la Californie

Le Wyoming est l’un des 10 plus grands États des États-Unis par la taille, mais un des moins peuplés. La population est d’environ 578 000 habitants (chiffre du Bureau du recensement des États-Unis de 2020), alors que la Californie accueille pendant ce temps-là plus de 39 millions d’habitants.

Les sénateurs du Wyoming s’inquiètent du maillage du réseau de recharge nécessaire pour les voitures électriques, peu compatible avec leur territoire étendu, mais faiblement peuplé. Parmi les autres inquiétudes soulevées, il y a le recyclage des batteries, mais surtout l’impact sur l’économie et l’emploi du territoire, très dépendant du gaz et du pétrole.

On retrouve dans l’ensemble les traditionnelles remarques sur le véhicule électrique. Le sénateur Bonner, cosignataire de la proposition, a également commenté son action dans le quotidien Cowboy Daily State : « On pourrait même dire qu’il s’agit d’une plaisanterie, mais il s’agit manifestement d’une question très sérieuse qui mérite un débat public. Je tiens à m’assurer que les solutions que certains souhaitent apporter à la prétendue crise climatique sont réellement pratiques dans la vie réelle » et d’ajouter : « je n’apprécie tout simplement pas que d’autres États essaient d’imposer une technologie qui n’est pas prête. »

Le Wyoming pourrait pourtant prendre exemple sur la Norvège

Les sénateurs du Wyoming semblent opposer la voiture électrique à leur industrie pétrolière historique. Ils pourraient pourtant prendre exemple sur la Norvège, un pays pourtant plus grand et plus peuplé. Ce pays scandinave, qui est désormais connu pour avoir le plus fort taux d’intégration de la voiture électrique, dépend aussi massivement de son secteur pétrolier et gazier.

Bien sûr, de nombreuses différences opposent les deux territoires (par exemple, la densité de population, le développement des transports en commun). Cependant, cela n’empêche pas ainsi d’observer que les deux secteurs peuvent cohabiter, sans forcément s’opposer.

Les cowboys du Wyoming paraissent un peu réfractaires au changement. Pourtant, avec de plus en plus de pickups très performants, comme le Ford F-150 Lightning, le Rivian, le Hummer EV ou les prochains Tesla Cybertruck ou RAM 1500 evolution, les constructeurs automobiles pourraient bien finir par les séduire avec leurs modèles électriques, certainement plus qu’ils ne l’imaginent actuellement.


On a besoin de vous pour construire l’avenir de Numerama : participez à notre enquête !