On a tendance à penser que le marché des véhicules électriques est assez homogène, dominé par les ventes de Tesla, par exemple. Il n’en est rien. Il peut y avoir des écarts notables dans le succès de certains modèles entre le marché français et le reste de l’Europe.

Tous les mois, nous recevons par l’intermédiaire d’AAA DATA le classement des meilleures ventes de voitures électriques pour la France. Enfin, pour être précis, il s’agit du nombre d’immatriculations sur le mois écoulé, donc le classement des véhicules les plus livrés aux clients. Derrière l’engouement pour certaines marques très visibles sur les réseaux sociaux, d’autres marques et modèles tirent bien leur épingle du jeu en restant plus discrets.

Avec des livraisons de Tesla qui se font un peu plus au compte-goutte depuis plusieurs mois, avant le tsunami des Model Y propulsion en fin d’année, cela laisse un peu plus de place et de visibilité à d’autres modèles. C’est aussi l’occasion de comparer ce que les Français achètent par rapport au reste de l’Europe.

Un peu de chauvinisme et des achats motivés par le bonus écologique

Quand on observe le classement des immatriculations des véhicules électriques en France, sur les deux derniers mois, il y a quelques évidences qui semblent s’imposer.

Juillet 2022Aout 2022
1Renault Mégane e-techRenault Mégane e-tech
2Peugeot e-208Fiat 500
3Renault ZoéDacia Spring
4Fiat 500Peugeot e-208
5Peugeot e-2008Renault Twingo
6Renault TwingoTesla Model Y
7Hyundai KonaPeugeot e-2008
8Dacia SpringHyundai Kona
9Citroën ë-C4Renault Zoé
10Opel Mokka-eKia Niro

Le groupe Renault (avec Renault et Dacia) et le groupe Stellantis (avec Peugeot, Citroën, Fiat, Opel…) occupent quasiment tout le terrain. Sur le mois de juillet 2022, il n’y a que le constructeur Hyundai pour jouer l’intrus avec son Kona. Au mois d’août 2022, Hyundai est aussi rejoint dans le top 10 par la seconde marque coréenne, Kia, et par Tesla.

Au-delà de l’appartenance à un groupe français, c’est aussi le barème du bonus écologique qui semble motiver les achats. Pour le mois d’août, à l’exception du Model Y de Tesla, tous les modèles listés disposent de versions qui permettent de bénéficier du bonus maximum de 6 000 €.

Si on observe le top 20 cumulé depuis le début de l’année 2022, rares sont les modèles ne bénéficiant d’aucun bonus écologique (de 6 000 ou 2 000 €) :  

1- Peugeot e-208 (11 979)11- Mini Cooper SE (3 160)
2- Fiat 500 (11 185)12- Citroën ë-C4 (2 963)
3- Dacia Spring (10 852)13- Kia Niro (2 948)
4- Renault Zoé (9 515)14- Kia EV6 (2 195)
5- Renault Twingo (9 315)15- MG ZS (1 905)
6- Tesla Model 3 (8 063)16- Opel Corsa-e (1 674)
7- Renault Mégane (6 257)17- Hyundai Ioniq 5 (1 619)
8- Tesla Model Y (4 713)18- Opel Mokka-e (1 550)
9- Peugeot e-2008 (4 614)19- Volkswagen ID.3 (1 492)
10- Hyundai Kona (4 232)20- Skoda Enyaq (1 478)

Tout ne se réduit pas qu’au prix. Renault Megane e-Tech est par exemple plébiscitée à 80 % pour sa version EV60 (avec 60 kWh de batterie et 220 ch), contre 20 % des ventes pour EV40 (batterie de 40 kWh et une puissance de 130 ch). Une tendance, à délaisser l’entrée de gamme, qu’il sera probablement intéressant de suivre sur le long terme. Les premiers clients de la Mégane E-Tech paraissent trouver dans cette version EV60 un meilleur rapport qualité/performance/prix.

renault_megane-e-tech11
Renault Megane E-Tech // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Si le chiffre est tranché sur Mégane, pour l’autre meneuse des classements, la Fiat 500e, le résultat est plus serré. L’offre avec la petite batterie de 23,8 kWh a convaincu 40 % des acheteurs français. Ce n’est pas uniquement pour son tarif, mais aussi parce qu’elle correspond au besoin des automobilistes séduit par ce modèle à vocation urbaine.

essai-fiat-500-electrique9
nouvelle Fiat 500e // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Malgré ce que l’on peut imaginer, tout le monde ne cherche pas à avoir toujours plus d’autonomie. Les Dacia Spring, Renault Zoé, Peugeot e-208 prouvent bien qu’il y a un marché pour ces citadines.

Ces modèles qui cartonnent en Europe, mais sont de second plan en France 

Volkswagen ID.3 et ID.4, Skoda Enyaq, Cupra Born ou Hyundai Ioniq 5 sont présentés dans le TOP 10 des voitures électriques le plus vendues en Europe au mois de juillet, mais ces modèles sont globalement absents de nos Top 10 en France.

Top-10-in-Europe-July-2022-2048×672
TOP 10 des véhicules en Europe // Source : Jato

La France fait partie des marchés importants pour le développement du véhicule électrique. D’ailleurs, si on regarde de plus près les chiffres du mois de juillet, la France influence beaucoup la tendance pour certains modèles :

  • Renault Megane e-Tech : c’est 55 % des ventes européennes de ce modèle, classé n°5 du top EU, qui sont réalisées en France.
  • Peugeot e-208 : la France représente 40 % du volume européen.
  • Dacia Spring : autour de 22 % des ventes sont françaises pour juillet, et plus sur d’autres mois.
  • Hyundai Kona : le pourcentage varie selon les mois, mais il atteignait 21 % en juillet.
  • Fiat 500 : la première du classement européen est portée à 19 % par les ventes françaises.
hyundai_ioniq5-8
essai routier Hyundai IONIQ 5 // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Pour les autres modèles du groupe Volkswagen (Volkswagen, Cupra, Skoda), le pourcentage tombe en dessous des 10 %. L’écart est assez flagrant avec les 5 modèles présentés avant. Le SUV Hyundai Ioniq 5 tombe même autour de 2 %, déficit de commandes ou de livraisons, le cas du Ioniq 5 est assez surprenant.  

Si on trouve les Volkswagen ID.4 et ID.3 en 11 et 13e position des ventes en France le mois dernier. Skoda Enyaq est au mois d’aout à chercher en 19e place. La Cupra Born, qui ne manque pourtant pas d’argument pour séduire comme ID.3, est classée 28e et Hyundai IONIQ 5 est en 42e position du classement.

vwgroupe_vehiculeelectrique
Gamme électrique du groupe Volkswagen // Source : Volkswagen

Si le groupe Volkswagen trouve quand même sa clientèle en France, il peine un peu à s’imposer par rapport aux modèles français. Quant aux modèles les plus premium (Mercedes, BMW, Audi, Porsche, Volvo), leurs ventes en France restent en retrait par rapport à ce que l’on peut observer dans d’autres pays européens comme l’Allemagne et les pays nordiques.