Elon Musk n’en finit plus de refermer son étau sur Twitter. Il vient de proposer de racheter l’entreprise (qui n’est pas officiellement à vendre), à 54.20 dollars l’action. Il souhaite que l’entreprise puisse mieux « répondre à sa mission sociétale ».

Twitter n’en finit plus d’être pris dans un tourbillon d’annonces liées à Elon Musk. La dernière en date est la plus forte : le milliardaire a fait une offre de rachat complet du réseau social, pour un montant total évalué à 43 milliards de dollars, d’après Bloomberg.

Le média américain a eu accès à la proposition officiellement déposée le 14 avril 2022 par Elon Musk auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission (SEC). Il propose un rachat au prix de 54,20 dollars l’action. Twitter n’est pas à vendre ; il s’agirait d’une « hostile take-over » en anglais, soit une processus proche de l’offre publique d’achat (OPA) chez nous.

Musk a précisé qu’il s’agissait selon lui de sa « meilleure offre » et son « offre finale ». Il a également souligné que si elle était refusée, il revendrait les parts qu’il a déjà. Selon l’entrepreneur, Twitter ne « pourra pas répondre à sa mission sociétale » si l’entreprise reste cotée en bourse. « Twitter a un énorme potentiel, et je vais le libérer », a-t-il poursuivi. Dans un très bref communiqué, Twitter dit « étudier avec attention » l’offre d’Elon Musk.

Elon Musk veut racheter Twitter, qu’il a dans le viseur depuis des mois

Le patron de Tesla et SpaceX a multiplié les prises de contacts et le développement de liens avec l’entreprise ces derniers mois. Lundi 4 avril, tout le monde découvrait qu’Elon Musk avait investi 2,9 milliards de dollars dans Twitter et qu’il était désormais son premier actionnaire (9,2 % des parts). 

24h plus tard, Parag Agrawal, le CEO de Twitter, annonçait l’arrivée d’Elon Musk au conseil d’administration du réseau social. Puis, après six jours plus calme en révélations, le milliardaire a finalement indiqué qu’il renonçait à faire partie de ce conseil d’administration, qui lui avait pourtant proposé une chaise parmi ses membres.

elonmusk2
Elon Musk, PDG de Tesla et de SpaceX // Source : Wiki Commons

Elon Musk est l’homme le plus riche du monde, notamment grâce à la valorisation de Tesla — bien qu’il ait également des prêts sur le dos. Il aurait les moyens de débourser la somme en cash.

Le milliardaire aux 80 millions d’abonnés est connu pour utiliser le réseau social de manière beaucoup plus iconoclaste que d’autres personnalités célèbres : ses gazouillis lui ont même valu de sévères remontrances et amendes de la SEC. Il s’est aussi montré très volubile sur les évolutions qu’il aimerait apporter au réseau social au petit oiseau bleu : le 5 avril, il a demandé à ses abonnés ce qu’ils penseraient d’un bouton « modifier » sur Twitter (un serpent de mer qui divise les utilisateurs depuis les premiers jours de la plateforme).

S’il devenait patron de Twitter, Musk pourrait théoriquement faire ce qu’il veut, en termes de modifications qui lui plaisent. Au vu de l’importance qu’a pris la plateforme dans le débat public et les choix très difficiles qu’elle doit faire en matière de liberté d’expression et de protection des États démocratiques, l’arrivée du milliardaire déjanté à sa tête a de quoi soulever de nombreuses interrogations.