Orange a officialisé la fin prochaine de la 2G et, plus tard, de la 3G. Mais pour l’extrême majorité du grand public, il n’y aura aucun souci avec leur téléphone mobile.

C’est donc officiel depuis le 28 février 2022. Orange stoppera son réseau 2G dans quelques années. Profitant du Mobile World Congress qui se tient à Barcelone, l’opérateur historique, par la voix de son directeur de la technologie et de l’innovation, a dressé un calendrier pour la décennie qui vient. Et la 3G est aussi concernée, car elle doit s’éteindre après.

Quelles conséquences pour les clients avec la fin de la 2G chez Orange ?

À court et moyen terme, il n’y a aucune conséquence à craindre. Ce n’est en effet qu’à la fin de l’année 2025 que l’extinction du signal sera effective, c’est-à-dire dans plus de trois et demi. D’ici là, la couverture du territoire restera à son niveau actuel, c’est-à-dire plus de 99 % de la population et 94 % de la surface du pays. Vous ne manquerez pas de connectivité.

Il se pourrait même qu’au moment de la bascule entre 2025 et 2026, vous ne remarquiez absolument rien. En effet, les téléphones qui ne supportent que la 2G ne sont plus guère en circulation aujourd’hui. Et on peut raisonnablement penser qu’ils seront encore moins nombreux, voire auront complètement disparu des radars d’ici la date limite fixée par Orange.

Il faut savoir que les smartphones 4G sont en circulation depuis le tout début de la décennie 2010. Orange, par exemple, a lancé ses premiers forfaits 4G en mars 2013 et depuis la 4G est devenue la génération de téléphonie mobile privilégiée pour aller sur Internet avec un mobile ou une tablette, au point parfois d’être une solution plus intéressante que le Wi-Fi pour aller sur le net.

antenne-relais
Une antenne-relais. // Source : Saurabh Mishra

Dans l’édition 2021 du baromètre numérique du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), il ressort que les personnes ayant un smartphone le renouvellent « très régulièrement ». Ainsi, dans 84 % des cas, il est précisé que le modèle en possession a moins de trois ans. Seuls 4 % des gens le conservent plus de cinq ans.

Vous-même, il est certain que vous avez procédé à au moins un changement de smartphone au cours de la décennie, qu’importe la raison : un achat pour se faire plaisir, une panne, un arrêt des mises à jour, une faiblesse de la batterie, un vol, une perte, un cadeau, une offre. Quant aux mobiles d’entrée de gamme, même eux incluent la 3G et la 4G.

En somme, l’arrêt de la 2G n’apparait pas être un problème significatif, en tout cas pour le réseau grand public (ce pourrait l’être davantage pour les entreprises et les réseaux professionnels, mais aussi l’Internet des objets ; néanmoins, un calendrier différent pourrait être établi afin de laisser du temps pour actualiser ou remplacer les matériels ayant besoin de l’être).

Mais pour les rares personnes quand même concernées, il faudra en effet faire un renouvellement de smartphone avant la fin 2025.

Tourner la page de la 2G et la 3G, une idée dans l’air du temps

Quant à la 3G, l’échéance est encore plus lointaine, car il est question d’un arrêt fin 2028, trois ans après la 2G. Les remarques faites plus haut pour la deuxième norme de téléphonie mobile s’appliquent de la même façon à la troisième. Aujourd’hui le degré de couverture de la population française en 3G est supérieur à 99 % (et il est de 92 % pour le territoire).

La 2G et la 3G vont être de facto remplacées par la 4G (qui dispose des mêmes statistiques que la 3G, à epsilon près). Quant à la 5G, elle est en cours d’arrivée depuis fin 2020. Selon les projections du régulateur des télécoms, l’accès à la 5G devra être possible pour deux tiers de la population. Et en 2030, le réseau devra être 100 % en 5G.

5G Orange
Orange rationalise ses réseaux pour se focaliser sur la 5G. // Source : Frandroid

L’idée de délaisser la 2G et la 3G est dans l’air du temps depuis quelques années. Elle a été suggérée en 2020 par l’ancien PDG d’Orange, Stéphane Richard. Elle est par ailleurs en train d’être appliquée aux États-Unis, avec entre autres une échéance importante en fin d’année pour la 3G, ce qui n’est pas sans causer quelques frictions.

« La modernisation des réseaux passe par l’arrêt progressif d’anciennes technologies. Orange optimise et rationalise la gestion de ses réseaux évoluant vers des technologies toujours plus performantes, sécurisées, résilientes et économes en énergie telles que la 4G et la 5G », a écrit pour sa part Fabienne Dulac, la patronne d’orange France, le 1er mars.

Les fréquences délaissées en 2G et en 3G ne resteront pas inexploitées longtemps : bien sûr, elles seront recyclées pour servir en 4G et 5G, une politique qui a déjà été mise en œuvre au cours des dix dernières années. C’est typiquement le cas de la bande 1 800 MHz, qui était autrefois dévolue à la 2G. Aujourd’hui, elle sert aux liaisons en très haut débit mobile.