La fin du réseau 3G aux États-Unis fait courir un risque pour tous les systèmes reposant dessus. Certains vieux modèles de voitures Tesla sont concernés, mais une solution existe.

Il n’y a pas que la 5G qui pose des problèmes aux États-Unis. Il y a aussi la 3G. Mais si dans le cas de l’ultra haut débit mobile, c’est son arrivée à proximité des aéroports qui inquiète, dans le cas de l’ancienne génération de téléphonie, c’est son retrait qui est en cause. Plusieurs opérateurs outre-Atlantique prévoient de tourner la page de la 3G d’ici la fin de l’année 2022.

L’inquiétude est vive aux États-Unis face à cette échéance qui n’est qu’à quelques mois. « L’arrêt prévu par AT&T de son réseau 3G mardi a suscité la crainte que les systèmes de sécurité domestique, les moniteurs d’alerte médicale et toute une série d’autres appareils ne fonctionnent plus », écrit Axios dans son édition du 22 février, en évoquant un « alarmageddon ».

Et il y a aussi les véhicules connectés, comme Tesla. Le site Electreck signale justement que les premiers problèmes ont commencé à apparaître avec la fermeture à venir du réseau 3G américain. Certains véhicules relativement anciens dans le catalogue du constructeur automobile commencent à perdre leur connectivité, car ils utilisent un modem 3G.

Le modem des voitures Tesla peut être remplacé en atelier

Le problème est déjà identifié par l’entreprise, qui communiquait dessus dès le 14 juillet 2021 (et aussi le 12 novembre de la même année dans une note rédigée en français). La bonne nouvelle, toutefois, est que le risque s’avère contenu : seuls les véhicules de la gamme Model S fabriqués avant juin 2015 s’exposent à une perte de connexion. Aucun autre modèle n’est évoqué.

Autre bonne nouvelle : ce problème ne se répercute pas en France, puisque la fin du réseau 3G n’est pas (encore) au programme. Si une décision en ce sens est prise, elle ne devrait pas se matérialiser avant quelques années — dans le cas de la 2G, l’ex-PDG d’Orange, Stéphane Richard, évoquait en 2020 la perspective d’éteindre petit à petit la 2G à partir de 2025. On en est loin.

Il n’y a donc aucun risque immédiat pour l’Hexagone et probablement pour nombre de pays européens, dans le cas où vous envisageriez de circuler avec votre ancienne Tesla au-delà des frontières nationales. Par ailleurs, Tesla indiquait dans sa note qu’il est toujours possible de prendre rendez-vous en atelier pour commander et demander l’installation d’un modem 4G.

Model S
Une Model S. C’est ce modèle qui est affecté, si le véhicule a été produit avant mi-2015. // Source : Tesla

La perte de connectivité pour une voiture Tesla s’avère handicapante. En effet, le constructeur a rappelé quelles fonctionnalités dépendent d’une liaison 3G (ou 4G) pour fonctionner :

  • Assistance routière pour déverrouiller votre véhicule à distance ;
  • Certaines fonctionnalités de l’application Tesla, y compris la Sortie auto, le Pré-conditionnement, la localisation du véhicule, le déverrouillage à distance, etc. ;
  • Certaines fonctionnalités d’infodivertissement, y compris la navigation, les cartes, les informations sur la circulation en temps réel, les dernières informations sur la disponibilité des Superchargeurs, la musique en streaming en ligne et les mises à jour des cartes embarquées ;
  • Mises à jour à distance ;
  • Départ programmé.

L’industriel ajoutait qu’il est possible de compenser la perte du réseau 3G par l’accès à un réseau Wi-Fi, mais des fonctionnalités peuvent ne pas être disponibles « car elles sont généralement utilisées pendant la conduite ». Sont mentionnées la navigation, les cartes, les informations sur la circulation en temps réel et sur les Superchargeurs en temps réel.