Withings annonce une montre connectée lors du CES 2020 qui inclut un électrocardiogramme (ECG) et un outil de mesure concernant l'apnée du sommeil. Elle s'appelle la ScanWatch et sa commercialisation en Europe est prévue au cours du deuxième trimestre 2020.

On connaissait les montres dotées d’un électrocardiogramme (ECG) comme l’Apple Watch, celles capables de suivre la qualité du sommeil ou encore les modèles mesurant le rythme cardiaque. Mais il existe aussi des produits qui proposent en plus de tout cela la détection de l’apnée du sommeil. C’est justement sur ce créneau que se place la nouvelle montre connectée de Withings, la ScanWatch, annoncée au CES 2020.

Plus exactement, la montre évalue en continu le niveau d’oxygène dans le sang, de façon à vous prévenir si votre respiration connaît des irrégularités pendant le sommeil. Une chute du taux d’oxygène dans le sang est en effet un indice d’un manque d’air dans les poumons et peut être l’occasion de consulter un médecin pour un examen plus approfondi avec des appareils médicaux spécifiques.

En effet, pour un diagnostic exact, il faut utiliser soit un polygraphe ventilatoire nocturne, qui enregistre pendant au moins six heures l’ECG, les mouvements respiratoires et le débit d’air par le nez, ou bien, pour être encore plus complet, un polysomnographe, qui requiert encore plus de temps et qui prend bien plus de mesures (activités cérébrale et musculaire, mouvements oculaires, etc.).

La montre est proposée en deux tailles de cadran et deux couleurs. // Source : Withings

Un premier pré-diagnostic

Cela étant, au regard de l’étendue de cette affliction (une personne sur quatre en Europe et aux USA serait concernée par l’apnée du sommeil, selon une statistique communiquée par l’entreprise), Withings considère que sa montre peut servir d’alerte précoce pour lever le doute ou prendre des dispositions médicales pour traiter le syndrome, qui peut avoir des répercussions très lourdes.

« L’apnée du sommeil est une condition médicale très répandue, mais sous-diagnostiquée où la respiration s’interrompt régulièrement pendant le sommeil. En plus de la fatigue qu’elle peut causer, elle engendre souvent des troubles sévères comme une pression artérielle trop élevée, des arythmies cardiaques, des AVC, voire des crises cardiaques », écrit Withings sur la page produit.

Pour opérer, la montre ScanWatch utilise l’examen de l’oxymétrie colorimétrique, ou saturation pulsée en oxygène (SpO2). Le principe repose sur la mesure de l’absorption de la quantité de lumière par l’oxyhémoglobine (le sang chargé en oxygène) et la désoxyhémoglobine (absence d’oxygène). Chacune n’absorbant pas la lumière dans les mêmes conditions, il suffit d’analyser la lumière résultante pour avoir la mesure.

La montre s’appaire avec le smartphone et donne des informations via l’application mobile dédiée. // Source : Withings

En attente de la certification médicale

La montre ScanWatch reprend des avancées qui ont été introduites dans des gammes précédentes, comme l’ECG, qui avait été lancée avec la montre Move ECG en 2019. Elle propose aussi différents modes de suivi selon le sport qui est pratiqué, un service d’alerte en cas de rythme cardiaque anormal, comme la fibrillation auriculaire et la mesure de la consommation maximale d’oxygène (VO2max).

Là encore, concernant l’ECG, le scan du cœur n’a pas vocation à remplacer le travail d’un cardiologue. Cependant, les mesures obtenues par la montre peuvent lui être utiles dans le cadre d’un examen médical standard. La montre est équipée de trois électrodes et les résultats peuvent être consultés sur le cadran de la montre comme sur l’application présente sur le smartphone qui a été associé.

La ScanWatch sera commercialisée en Europe au cours du deuxième trimestre 2020. Elle est annoncée à 249,95 euros pour le modèle 38 mm et 299,95 euros pour celui en 42 mm. Deux coloris seront proposés : noir ou blanc. À noter que Withings attend encore d’avoir la certification CE Médical. En conséquence, l’entreprise prévient que des fonctionnalités pourraient être proposées ultérieurement si la certification traîne.

Crédit photo de la une : Withings

Partager sur les réseaux sociaux