Il est possible de s'abonner à Disney+ en France en utilisant plusieurs techniques pour faire croire au service que nous sommes un citoyen américain. Mais n'a-t-on pas plus à perdre qu'à y gagner ?

Une bataille absurde risque d’avoir lieu, du 12 novembre 2019 au 31 mars 2020. Elle opposera Disney+, le service de SVoD de Disney regroupant un catalogue colossal de films et séries en plus de nouvelles productions originales, aux clients des pays dans lesquels la date de lancement a été décalée à l’année prochaine. Compte tenu des lois régissant l’audiovisuel dans de nombreux pays, France incluse, Disney semble avoir préféré repousser son lancement plutôt que de sortir avec un catalogue trop amputé. Le temps, également, de renégocier des contrats passés avec des acteurs régionaux.

Problème : des séries originales extrêmement attendues, comme The Mandalorian dans l’univers de Star Wars, auront une diffusion décalée alors qu’elles auraient pu sortir, n’ayant jamais eu l’opportunité d’être achetées par des prestataires locaux. Historiquement, en France, Canal+ a énormément de contenu Disney et diffuse National Geographic.

Et Disney n’a pas été aussi tolérant qu’un Netflix avec la pratique du VPN : en plus d’un blocage géographique facilement contournable par les opérateurs de VPN grand public, Disney demande une carte bancaire du pays où l’on cherche à s’abonner. Deux facteurs que nous avons réussi à contourner, mais avec difficultés et risques. Nous ne sommes en plus pas certains que Disney ne déjoue pas cette astuce et finisse par tout bloquer.

S’abonner à Disney+, une histoire d’identité numérique

Pour s’abonner à Disney+, tout repose sur un concept simple : masquer son identité numérique pour faire croire que nous sommes un citoyen d’un autre pays. Et même si en théorie le web n’a pas de frontières, en pratique, ce n’est pas aussi simple.

La première chose à faire est donc d’activer un VPN aux États-Unis. Nous avons choisi NordVPN pour ce test et il a fonctionné du début à la fin de l’opération. Une fois que vous avez téléchargé l’application compagnon sur votre ordinateur, connectez vous aux États-Unis puis rendez-vous sur le site de Disney Plus. Créez un compte : il est simple de s’inscrire, mais vous ne pourrez pas passer la phase d’abonnement. Disney bloque les cartes de crédit qui ne sont pas du pays sélectionné.

Pour contourner ce blocage, il va falloir ruser.

Sur iOS

Sur iOS, il faut d’abord un compte iTunes américain. Téléchargez l’app de votre VPN sur votre iPhone ou votre iPad et déconnectez votre compte français (App Store / Votre profil en haut à droite et tout en bas, Déconnexion). Si vous en avez un, connectez un compte américain. Sinon, il va falloir en créer un et les méthodes les plus populaires fonctionnent désormais de manière très aléatoire.

Un fois votre compte américain connecté, cherchez Disney+ dans l’App Store. Vous pourrez alors télécharger l’application de streaming de Disney. Reste le problème de la carte de paiement.

En restant sur votre VPN, depuis votre smartphone ou votre ordinateur, rendez-vous sur l’Apple Store pour acheter une carte cadeau en dollars. Envoyez-la à votre adresse mail : vous la recevrez en moins de 30 minutes. Amazon US propose également la même opération et aucun des deux sites n’est regardant sur la carte bancaire qui procède au paiement. Ouvrez le mail sur votre iPhone et faites « Redeem » pour l’ajouter à votre compte. Cela ouvrira normalement Apple Music et créditera votre compte Apple du montant indiqué.

Retournez maintenant dans l’application Disney+ sur votre iPhone, toujours avec votre VPN activé. Procédez au paiement de l’abonnement : miracle, l’application ne demande plus de carte de crédit puisqu’elle voit que vous avez des fonds Apple sur votre compte américain. L’abonnement est pris en compte et vous pouvez désormais l’utiliser sur iOS, mais aussi sur votre ordinateur (toujours derrière un VPN).

Sur Android

L’avertissement du Play Store

Sur Android, la méthode diffère un peu. Elle commence pourtant par la même manipulation : se connecter à son VPN sur son smartphone, aux USA (si cela ne fonctionne pas, sélectionnez un autre serveur). Ensuite, allez sur le Play Store et dans le menu en haut à gauche cliquez sur Compte. Dans les préférences, tout en bas, un sous-titre Accéder à Play Store États-Unis apparaît.

Google vous demande alors un compte pour vous connecter au Play Store américain : sélectionner un compte PayPal (même français, Google n’est pas très regardant contrairement à Apple). Attention, ici, vous prenez une décision complexe et importante  : vous ne pourrez plus changer de Store pendant un an. Cela signifie que tous vos paiements ultérieurs seront effectués en dollars et que vous n’aurez accès qu’au Play Store américain. Nous vous conseillons vivement de créer un compte Google jetable pour l’occasion.

Une fois votre compte PayPal ajouté, vous vous retrouvez sur le Play Store américain et vous pouvez télécharger Disney+. Ouvrez l’application et lancez l’abonnement en utilisant Google Pay : même avec une carte française, vous pourrez vous abonner. Votre abonnement est valable sur vos autres appareils, à condition de rester derrière un VPN.

Est-ce que cela vaut le coup ?

Maintenant que nous savons que cela fonctionne, il faut se demander si toute cette opération a du sens. Elle nous a coûté un abonnement à un VPN (une cinquantaine d’euros pour minimiser les frais mensuels avec un engagement) et une carte cadeau d’une vingtaine d’euros pour commencer à payer l’abonnement mensuel. Pour profiter de notre abonnement, il faut que notre compte Disney+ soit accessible derrière un VPN connecté aux USA ou, pire, changer de compte sur un smartphone (et jongler entre les abonnements numériques). Sur Android, nous avons également été contraints d’utiliser le Play Store américain pendant un an.

Tout cela pour quoi ? Profiter d’un très large catalogue Disney et surtout, pouvoir regarder la nouvelle série The Mandalorian en même temps que le reste du monde, avec une méthode à la limite de la légalité. À la limite, car les droits d’auteur sont gérés nationalement par les entreprises de diffusion de contenu, mais rien ne vous empêche, si vous êtes physiquement aux États-Unis, de souscrire à un service américain. C’est le physiquement que nous gommons grâce au numérique.

Mais l’absurdité de la situation n’échappera à personne : nous mettons en place des stratagèmes complexes pour se donner le droit de payer un service qui sera disponible dans quelques mois. Nous ne doutons pas que l’effet pervers de cette sortie différée sera plus problématique pour Disney : la plupart des gens intéressés par les séries exclusives se tourneront vers le piratage.

Les liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. Les liens affiliés dans les articles n’ont aucun impact sur les choix éditoriaux de la rédaction de Numerama et l’angle des articles. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux