Arrêtée au Canada, Meng Wanzhou avait plusieurs produits Apple dans son sac. Une problématique d'image, pour une firme qui cherche à s'émanciper des codes dictés par Cupertino.

Un MacBook, un iPad Pro et un iPhone 7 Plus : visiblement, Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, est une grande fan d’Apple à en juger par le contenu du sac qu’elle avait lors de son arrestation le 1er décembre 2018 à l’aéroport de Vancouver. Il a été révélé par un document judiciaire, a indiqué Bloomberg le 22 mars 2019.

Pour sa défense, Meng Wanzhou était quand même en possession d’un Huawei Mate 20 RS, version ultra chère du smartphone fer-de-lance conçue en partenariat avec la prestigieuse marque Porsche. Il doit certainement s’agir du téléphone qu’elle utilise couramment.

Prise la main dans le sac

Si l’intéressée est libre d’utiliser les appareils qu’elle souhaite, elle reste une figure emblématique du fabricant chinois (elle est même la fille du fondateur). En ce sens, on peut lui reconnaître un devoir d’exemplarité à tenir — d’autant que Huawei a récemment puni des employés qui avaient maladroitement utilisé un iPhone pour tweeter les vœux de bonne année. Avec un sac rempli de produits du concurrent, elle envoie un mauvais signal à ses effectifs, quand bien même elle s’en servirait pour assurer une veille technologique, pratique courante dans les entreprises de la tech.

Bien évidemment, l’image renvoyée ici doit être le cadet des soucis de Meng Wanzhou, engagée dans une bataille pour ne pas être extradée vers les États-Unis. Elle est accusée d’avoir violé l’embargo américain sur l’Iran. À une plus grande échelle, Huawei est soupçonné d’espionnage.

Sabrina Meng Wanzhou
Sabrina Meng Wanzhou // Source : Huawei

Partager sur les réseaux sociaux