L'agence européenne du système de positionnement par satellites référence, sur un site dédié, les smartphones qui peuvent d'ores et déjà fonctionner avec Galileo, le « GPS européen ».

Taille de l’écran, puissance de calcul, capacité de stockage, prix ou encore présence ou non de la prise jack. Ce ne sont pas les critères de sélection qui manquent lorsque vient le temps de choisir un nouveau smartphone. Heureusement d’ailleurs, car ce qui peut apparaître comme étant absolument incontournable pour l’un ne l’est pas toujours pour l’autre.

À la très longue liste des caractéristiques qui vous aideront à dénicher l’intelliphone adéquat qui finira dans votre poche, on peut aujourd’hui en considérer un autre : celui de la compatibilité avec le système européen Galileo, qui concurrence le GPS sur le terrain du positionnement par satellites. En effet, le réseau est actif depuis décembre 2016 et compte 200 millions d’utilisateurs dans le monde.

Le OnePlus est un smartphone compatible Galileo // Source : Julien Cadot pour Numerama

Répertoire des dispositifs

Encore faut-il savoir où trouver l’information. C’est pour cette raison qu’il a été décidé d’ouvrir un site qui ferait office de répertoire des dispositifs compatibles avec Galileo. L’agence européenne du système de positionnement par satellites (GSA) a donc mis en place UseGalileo.eu dont le rôle est d’aider l’internaute à trouver un appareil prêt à être utilisé dès maintenant avec ce réseau.

À la date du 28 août, 56 téléphones commercialisés par 16 entreprises pouvaient fournir une géolocalisation par Galileo. La liste, disponible sur le site, est accompagnée d’un autre tableau qui recense les jeux de composants compatibles, essentiellement des microprocesseurs vendus par Qualcomm. Sont aussi référencées des pièces construites par Samsung, Intel, Mediatek ou encore Broadcom.

Les smartphones compatibles Galileo

Cat Cat S61
Lenovo ZUK Edge
Apple iPhone 6s, iPhone 6s Plus, iPhone 7, iPhone 7 Plus, iPhone 8, iPhone 8 Plus, iPhone X
Asus Zenfone 4, Asus Zenafone 4 Selfie, Zenafone 4 Selfie Lite, Zenafone 4 Selfie Pro, Zenafone 4 Pro, Zenafone 4 Max
BQ Aquaris V, Aquaris V Plus, Aquaris X, Aquaris X Pro, Aquaris X5 Plus
Google Pixel 2, Google Pixel 2 XL
Huawei P10, P10 plus, P20, P20 Pro, Mate 9, Mate 9 Pro, Mate 9 Porsche Design, Mate 10 Porsche Design
LG V30, V30S ThinQ
Meizu Meizu Pro 7, Pro 7 Plus
Motorola Moto X4
Nokia Nokia 8, 8 Sirocco
OnePlus OnePlus 5, 5T, 6
Samsung Galaxy S8, S8+, S9, S9 Plus, Note 7, Note 8, Note 9, Tab S3
Sony Xperia X2 Premium, XZ1, XZ2, XZ1 Compact, XZ2 Compact, XZ Premium
Vernee Apollo 2
Wiko Wiko WIM

Le site opéré par GSA propose enfin un suivi plus général des dispositifs compatibles avec Galileo : outre les smartphones, sept autres catégories existent, dont certaines s’adressent davantage aux professionnels qu’aux particuliers : ces dispositifs sont à mettre en œuvre  sur la route, sur l’eau, à bord d’un train, dans les airs, à la ferme, sur une carte ou bien en cas d’urgence. Des outils de tri sont là pour préciser la recherche.

Canyon urbain

Savoir si son mobile est compatible avec Galileo a un intérêt, notamment en zone urbaine : du fait de l’étroitesse des rues et la hauteur des immeubles, les signaux des satellites sont susceptibles d’être entravés, ce qui gêne, limite voire empêche l’usage des services de téléphonie reposant sur la géolocalisation — un phénomène appelé canyon urbain. Mais l’interopérabilité permet justement de le dissiper.

Outre ses propres satellites (la constellation en comptera 30, dont 24 en service et 6 en réserve), Galileo peut également mobiliser ceux du GPS, dans le cas de figure où le particulier se trouve hors de vue de quatre satellites Galileo — il s’agit du nombre minimum requis pour avoir une géolocalisation satisfaisante. De cette façon, il y a plus de chance d’être en ligne de vue directe avec plusieurs satellites.

Partager sur les réseaux sociaux