Opérationnel, gratuit, accessible dans le monde entier : le nouveau seuil de précision de Galileo, la géolocalisation made in Europe, est là. Mais, il y a un hic.

Depuis la mise en service de Galileo, le service de positionnement par satellite made in Europe, il existe une expression pour décrire la précision du service — surtout pour le comparer à son grand rival, le GPS. « Avec le GPS, vous savez dans quelle rue vous êtes, avec Galileo vous saurez de quel côté du trottoir ». La formule vient de Jean-Yves Le Gall, l’ancien patron de l’agence spatiale française.

Cette manière de présenter les choses n’est plus tout à fait vraie aujourd’hui. L’Agence spatiale européenne (Esa) a annoncé le 24 janvier 2023 la mise en route d’un service de haute précision qui permet à certains terminaux compatibles de bénéficier d’une géolocalisation à un niveau pratiquement… centimétrique. Il est dès à présent opérationnel, gratuitement.

Aussi précis que la largeur de votre main

« Offrant une précision horizontale de 20 cm et une précision verticale de 40 cm, le service de haute précision est rendu possible grâce à un niveau supplémentaire de corrections de positionnement en temps réel, fournies par un nouveau flux de données dans le signal Galileo existant », développe l’Esa dans son communiqué officialisant l’arrivée de cette fonctionnalité.

Dès lors, on pourrait dire que Galileo, lorsqu’il est dans ce mode de haute précision, n’est pas seulement capable de dire sur quel trottoir vous vous trouvez… mais aussi d’indiquer sur quel pavé vous êtes dans une rue qui en comporterait. Pour avoir une idée, 20 cm correspond à l’écart entre votre pouce et votre auriculaire, quand vous ouvrez pleinement votre main.

C’est évidemment remarquable lorsque l’on se souvient que les satellites qui sont impliqués dans cette mesure évoluent en orbite autour de la Terre à près de 23 000 kilomètres d’altitude. Et surtout, cette évolution est mondiale : n’importe où autour du globe, vous pouvez bénéficier de cette très haute précision… mais à condition d’avoir l’appareil adéquat.

Galileo. // Source : ESA
La constellation Galileo. // Source : ESA

C’est là que la déception risque de saisir les propriétaires d’un smartphone gérant Galileo : même si vous achetez le téléphone dernier cri, vous ne bénéficierez sans doute pas de ce service de haute précision, qui requiert l’emploi de matériels de pointe. C’est ce que souligne l’Agence spatiale européenne dans son message.

« Le nouveau message de correction HAS (High Accuracy Service) est intégré dans la bande ‘E6’ du signal Galileo, qui n’est généralement pas accessible par les smartphones et autres produits grand public, mais uniquement par des récepteurs haut de gamme ». C’est ce message qui vient affiner la géolocalisation fournie par Galileo.

Ces récepteurs haut de gamme s’adressent notamment à des professionnels pour les soutenir dans leurs activités, plutôt qu’aux particuliers, qui n’ont pas un besoin aussi fin. On pense à l’agriculture (pour les parcelles), les chantiers (pour les architectes et les ingénieurs), à la topographie (les géomètres), mais aussi pour les futures voitures autonomes et connectées.

Ces appareils, coûteux, ne sont pas destinés en priorité aux particuliers. Ils sont en outre volumineux, ce qui explique pourquoi les smartphones ne sont pas concernés (les téléphones portables étant tous lancés dans une quête de l’extrême minceur). En outre, l’intérêt, pour le grand public, de se géolocaliser à un niveau centimétrique plutôt que métrique se justifie difficilement.

HAS ESA Galileo
Le schéma de ce système haute précision. // Source : EUSPA

Est-ce que tout est perdu ? Pas nécessairement : l’Agence spatiale souligne que ce message de correction est aussi diffusé par Internet. Autrement dit, des perspectives favorables peuvent être envisagées pour les appareils connectés — comme les smartphones — qui pourraient alors en profiter, et ainsi dans l’ère de la géolocalisation centimétrique.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !