La Freebox V7 refait parler d'elle. À en croire Xavier Niel, elle sortira bien en 2018.

À l’occasion de la présentation des résultats de Free, Xavier Niel a fait une apparition surprise. Lui qui ne participe pas souvent à ces réunions trimestrielles avait quelque chose à dire. Nos confrères de 01net, qui étaient parmi le petit groupe de journalistes invités sur place, estiment que le gros morceau concernait la prochaine Freebox. Celle que Free repousse depuis 2015 et qui devrait, si les planètes s’alignent, sortir en 2018.

C’est du moins ce qu’a confirmé Xaviel Niel, assurant au passage que les retards n’étaient pas là « pour le plaisir  ». Sans en dire beaucoup sur la future Freebox, Xavier Niel a pourtant esquissé trois pistes : une connexion qui dépasse le gigabit/s, une « révolution » et un produit qui doit placer Free « au-delà de la télévision  ». Le premier point est purement technique, si ce n’est théorique, le second relève de la communication (la précédente Freebox se nommant Révolution), mais le troisième peut retenir notre attention.

Apple TV

En effet, Xavier Niel marche directement dans les traces d’Apple avec son Apple TV qui prétendait vouloir réinventer la télévision. La box du géant de Cupertino s’impose alors comme un lecteur multimédia à l’ère du streaming, mais aussi comme un hub pour objets connectés et, pourquoi pas, un assistant intelligent avec Siri ou une console de jeu avec les titres développés pour la plateforme. Si c’est cette piste que Xavier Niel compte emprunter, dans un pays qui utilise encore massivement la box comme accès principal au multimédia, c’est peut-être sur un produit de type Apple TV que Free va se positionner.

Si on inverse en revanche la proposition et qu’on prend le « au-delà » au pied de la lettre, nous ne serions pas étonnés de voir une Freebox V7 propulsée par un assistant, qu’il s’agisse de celui de Google ou celui d’Amazon, et s’impose finalement comme un objet au centre de la maison — plus seulement comme un monolithe qu’on cherche à cacher plus qu’à montrer.

Bref, Free a encore quelques mois pour peaufiner le lancement de sa nouvelle box qui, on l’espère, sera à la hauteur des attentes des clients en matière de service — ces derniers rappellent suffisamment à l’opérateur qu’un accès non bridé à des services consommateurs de bande passante comme Netflix ou YouTube serait déjà un grand pas.

Partager sur les réseaux sociaux