Dans un long tweet et une vidéo, Esther Crawford, qui a étroitement travaillé avec Elon Musk au lancement du nouveau Twitter Blue, raconte les coulisses du nouveau Twitter, rebaptisé X depuis. Licenciée par Musk en février, elle décrit un environnement de travail très compliqué, mais avec une vraie volonté d’aller dans le bon sens.

Twitter est-il en train de brûler, comme de nombreux commentateurs le racontent depuis des mois ? À en croire Esther Crawford, l’ex-responsable de Twitter Blue sous Elon Musk, la réalité est un petit peu plus nuancée. Le milliardaire est bel et bien en train de tout casser chez Twitter, qu’il vient de renommer X, mais il le ferait dans l’espoir de vraiment améliorer les choses, alors que Twitter a longtemps été une entreprise bureaucratique, dans laquelle on ne pouvait rien faire. « Twitter a souvent donné l’impression d’être un lieu qui gaspillait sans cesse son propre potentiel », écrit-elle, en faisant référence à la période précédant l’arrivée d’Elon Musk.

En novembre 2022, quand Elon Musk a pris les commandes de Twitter et viré la majorité des employés, il a confié à Esther Crawford la gestion du lancement de Twitter Blue. Très présente sur le réseau social, Esther Crawford a beaucoup été critiquée, à cause de ses publications pro-Musk, qui manquaient parfois de nuance. Le 26 juillet 2023, cinq mois après avoir été licenciée par Elon Musk, elle raconte cette folle aventure dans une vidéo de 14 minutes 50, accompagnée d’un tweet au format long. Esther Crawford a envie de croire en X, mais pense qu’il manque à Elon Musk un « certain type d’intelligence socio-émotionnelle ».

Elon Musk est charmant en vrai, mais ses décisions n’ont aucun sens

« En personne, Elon est étrangement charmant et il est vraiment drôle. Il a aussi des manies, comme celle de raconter les mêmes histoires et les mêmes blagues à plusieurs reprises. Le problème est que sa personnalité et son comportement peuvent changer en un clin d’œil, passant de l’excitation à la colère. »

Dans son long témoignage, Esther Crawford raconte Elon Musk. Elle y fait la description typique du CEO d’une multinationale, en racontant que le patron de Tesla et de SpaceX est sujet à de grosses variations d’humeur. « Les gens ont rapidement eu peur d’être convoqués à des réunions ou d’avoir à lui faire part de mauvaises nouvelles », ajoute l’ex-chef de produit, qui pense que beaucoup de ses ex-collègues lissaient leur discours en sa présence, ce qui peut expliquer pourquoi Elon Musk est toujours convaincu d’avoir raison.

Twitter Blue // Source : Numerama/NL
Twitter Blue permet d’obtenir le badge bleu et d’apparaître en premier sur Twitter. Esther Crawford a dirigé son lancement. // Source : Numerama/NL

Selon Esther Crawford, le problème d’Elon Musk est qu’il ne prend pas des décisions comme un patron devrait le faire. « J’ai rapidement compris que les décisions relatives aux produits et à l’entreprise étaient presque toujours le résultat de son instinct, et qu’il ne se sentait pas obligé de faire des recherches ou de s’appuyer sur des données pour s’éclairer. C’était particulièrement frustrant pour moi, car je pensais avoir des connaissances institutionnelles utiles qui pourraient l’aider à prendre de meilleures décisions ».

Comme toutes les personnes qui suivent Elon Musk pouvaient s’en douter, Elon Musk est une personne qui dirige seul, ou qui tente de le faire le plus possible. Esther Crawford se dit très perplexe sur sa façon de faire, comme lorsqu’il décide « d’interroger Twitter, de demander à un ami ou même à son biographe de lui donner des conseils sur les produits ». Ce n’est une nouvelle fois pas surprenant, on sait qu’Elon Musk prend des décisions en un éclair, en se basant sur l’avis de personnes qu’il sonde au hasard. Il l’a récemment fait avec le logo de X, au lieu de demander de l’aide à des employés de Twitter.

Malgré tout, Esther Crawford a envie de lui faire confiance

Elon Musk va-t-il détruire Twitter ? Pas forcément pour son ex-collaboratrice, qui voit en sa personnalité atypique un moyen de créer de belles choses. « Il est intelligent et a assez d’argent pour faire beaucoup d’erreurs et corriger le tir quand les choses tournent mal », explique Esther Crawford, qui ajoute que le plus important sera de voir « comment l’entreprise sera reconstruite et si suffisamment de gens voudront la nouvelle application qu’il est en train de mettre au point. »

Esther Crawford loue une grande qualité à Elon Musk : il déteste l’administration et veut aller vite, ce qui était nécessaire chez Twitter. Toutefois, elle s’interroge sur sa capacité à savoir ce qu’il fait. « Elon a un talent exceptionnel pour s’attaquer à des problèmes physiques difficiles, mais les produits qui facilitent la connexion et la communication humaines exigent un autre type d’intelligence socio-émotionnelle. » Elle ajoute que « son manque de processus et d’empathie est douloureux », ce qui lui semble incompatible avec la mission de Twitter.

Elon Musk // Source : Montage Numerama
Beaucoup accusent Elon Musk de mettre le feu chez Twitter. C’est vrai, mais Esther Crawford croit en sa reconstruction. // Source : Montage Numerama

Elon Musk peut-il encore réussir sa mission à Twitter ? « Je sais que notre société actuelle tend à se polariser, mais lorsqu’il s’agit de cette application, de son propriétaire et de son avenir, je ne suis ni une fangirl ni une hater – je suis une pragmatique optimiste. » dit l’ancienne directrice de Twitter Blue, a priori peu rancunière.

« Tout le monde peut être considéré comme un héros ou un méchant, selon l’angle sous lequel on raconte l’histoire. Elon ne mérite pas d’être vénéré ou vilipendé. C’est une personne complexe qui détient une quantité insondable de pouvoir financier et géopolitique. C’est pourquoi l’humanité a besoin qu’il prenne le parti de la bonté, plutôt que celui de la division politique et de la mesquinerie » précise Esther Crawford, en réponse aux personnes qui placent Elon Musk dans le camp du mal, notamment à cause de ses prises de position politiques. « Je ne suis pas d’accord avec nombre de ses décisions et je suis surpris par sa volonté de brûler tant de choses, mais avec suffisamment d’argent et de temps, quelque chose de nouveau et d’innovant pourrait voir le jour. »


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.