Depuis le 20 avril, le badge de vérification est réservé aux abonnés Twitter Blue et à quelques institutions. L’OM a eu droit à un badge doré. Le PSG devait se contenter d’un badge bleu. Une situation corrigée quelques heures plus tard.

Mise à jour, 21 avril :

Au lendemain de la disparition des badges obtenus avec l’ancien système, le compte du PSG a récupéré son badge doré. S’agit-il d’une intervention manuelle de Twitter, ou d’une oubli du PSG qui avait oublié d’activer son compte Twitter Blue for Organizations ? Personne n’a communiqué sur le sujet.

Article original, publié le 20 avril :

Depuis le rachat de Twitter par Elon Musk, le réseau social est critiqué de toute part pour les nombreux changements initiés par le milliardaire. Des tweets de 10 000 caractères à la catégorisation injustifiée de médias, la plupart des décisions d’Elon Musk sont jugées incompréhensibles. La plus récente, qui concerne la fin des badges bleus, n’y fait pas exception. Pendant longtemps, ces fameux badges assuraient l’authenticité et la crédibilité d’un compte, ils permettent aujourd’hui de savoir si l’on est abonné à Twitter Blue. Il existe aussi des badges dorées, pour les entreprises ou les institutions.

C’est justement ces badges dorés qui nous intéressent. Depuis le 20 avril, date de la fin de la certification gratuite, plusieurs anomalies se font remarquer sur Twitter. Parmi elles, la décision du réseau social de certifier en doré l’OM, mais de ne pas offrir ce privilège au PSG. À en croire Twitter, le champion en titre paye 9,60 euros par mois pour son badge.

Même sur Twitter, le PSG se fait malmener // Source : Capture d'écran Numerama
Qui coûte le plus cher ? Kylian Mbappé ou l’abonnement Twitter Blue du PSG ? // Source : Capture d’écran Numerama

Les clubs de foot, symbole de ce nouveau Twitter

Lorsque l’on regarde les comptes des clubs de foot, qui sont pourtant des organisations reconnues, on remarque à quel point la nouvelle politique de Twitter est difficile à mettre en place. Le compte du PSG, qui compte 14,2 millions d’abonnés sur Twitter, n’est pas considéré par une institution par le réseau social d’Elon Musk. Même s’il s’agit bien du compte officiel du club parisien, difficile pour quelqu’un qui suit le compte depuis le 21 avril de s’en assurer (n’importe quel usurpateur pourrait créer un compte PSG avec le logo bleu). En cliquant sur le badge bleu, il est indiqué que « ce compte est vérifié car il s’est abonné à Twitter Blue et que le numéro de téléphone est vérifié ». Cela veut-il dire que le PSG a payé ? Possible, ce qui serait une erreur de sa part.

Toujours chez le PSG, on remarque que le compte de la section Handball est certifié avec un badge doré. Et comme si ce n’était pas assez, d’autres clubs de football ont aussi un badge doré. C’est notamment le cas chez le plus grand rival du PSG, l’OM. Si le club marseillais est nettement moins populaire (4,2 millions d’abonnés) sur Twitter, le réseau social semble tout de même le considérer comme une organisation plus officielle que le PSG.

Elon Musk est-il fan de l'OM ? // Source : Capture d'écran Numerama
Elon Musk est-il un fan de l’OM ? // Source : Capture d’écran Numerama

Toujours dans la catégorie des paradoxes de Twitter, le FC Barcelone et Liverpool, pourtant réputés, n’ont plus aucun badge. Ni bleu, ni doré.

Messi va-t-il revenir dans un club non certifié ? // Source : Capture Numerama
Barcelone n’a même plus les moyens de se payer un abonnement Twitter Blue… // Source : Capture Numerama

Faut-il comprendre qu’Elon Musk est en fait un supporter de l’OM et qu’il déteste le PSG au point de lui refuser une certification dorée ? Probablement pas. Le PSG est sans doute mal référencé chez Twitter, ce qui explique la parte de son badge (et les responsables du club ont dû croire que souscrire un abonnement était une bonne idée).

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.