Annoncé en juin, iPadOS 16 apporte plein de petites fonctions aux tablettes d’Apple, dont une application Météo (!). Cette mise à jour ambitionne aussi de « libérer » l’iPad avec un système de fenêtres inspiré de macOS et Windows. Après 4 mois de test, voici notre avis.

iPadOS 16 disponible le 24 octobre

Après 4 mois de test, la mise à jour de l’iPad arrive lundi soir, normalement aux alentours des 18 heures. La liste des iPad compatibles est disponible ici.

Un mois et demi après iOS 16 (c’est la première fois qu’Apple ne sort pas la mise à jour de l’iPad en même temps que celle de l’iPhone), voici iPadOS 16. Disponible en bêta depuis 4 mois et demi (la mise à jour avait été annoncée en juin), iPadOS 16 a été repoussé à cause des critiques de nombreux testeurs. Ils jugeaient que Stage Manager, le nouveau gestionnaire de fenêtres de l’iPad, n’était pas prêt. Apple a depuis réalisé plusieurs ajustements, mais vous allez voir qu’il y a encore beaucoup à dire sur cette fonction… Quelles sont les autres nouveautés d’iPadOS 16 ? Numerama a testé la nouvelle version du système d’exploitation des iPad pendant de longs mois.

Stage Manager est encore loin d’être prêt

Même si iPadOS 16 dispose de plein de petites fonctions pratiques, impossible de ne pas commencer ce test par Stage Manager. Il s’agit de la nouveauté la plus emblématique de cette année, peut-être même l’une des plus importantes de l’histoire de l’iPad. Pourquoi ? Parce qu’elle change complètement le fonctionnement de la tablette.

Apple a toujours refusé de faire de son iPad un Mac tactile. Malgré la pression de certains utilisateurs, l’entreprise a privilégié une expérience plein écran, avec un multitâche pas toujours facile à maîtriser — car basé sur des gestes. On peut utiliser plusieurs applications d’un coup, mais seulement sous certaines formes préétablies (côte à côte par exemple). L’iPad n’a jamais été un vrai ordinateur portable capable de faire fonctionner plein d’applications en même temps sous la forme de fenêtres, malgré l’ajout du support de la souris en 2020. Du moins, jusqu’à aujourd’hui. iPadOS 16 introduit un nouveau mode nommé « Stage Manager », que l’on pourrait apparenter à un « mode Mac ». Une fois activé depuis le centre de contrôle, il transforme les applications en fenêtres redimensionnables.

Stage Manager permet d’utiliser 4 applications simultanément, avec des regroupements accessibles depuis la gauche. On glisse une icône pour ajouter une app. // Source : Numerama
Stage Manager permet d’utiliser 4 applications simultanément, avec des regroupements accessibles depuis la gauche. On glisse une icône pour ajouter une app. // Source : Numerama

Sur le papier, Stage Manager peut être qualifié de « révolutionnaire » (à l’échelle de l’iPad, bien sûr). En réalité, il risque de déclencher pas mal de frustration. En voulant séparer au maximum l’expérience iPad de celle du Mac, Apple s’est sans doute égaré. Stage Manager donne l’impression d’être un énième concept de multitâche, alors que les utilisateurs d’Apple ne réclamaient qu’une chose : une copie de macOS.

Stage Manager déçoit pour plusieurs raisons :

  • La promesse des fenêtres redimensionnables n’est pas tenue. On peut afficher plusieurs fenêtres en même temps, mais c’est Apple qui décide des formes autorisées. Il est impossible de changer la taille d’une fenêtre ou de la déplacer à sa guise, iPadOS refuse la plupart des changements.
  • Plusieurs de ces formats préconçus s’affichent très mal sur iPad, alors qu’Apple a toujours été connu pour son sens de l’optimisation. Clavier qui apparaît là où il ne devrait pas apparaître, application scindée en deux, texte trop petit… Les bugs sont nombreux et rendent l’utilisation de Stage Manager frustrante.
  • Certaines applications n’ont pas accès à toutes leurs fonctions dans Stage Manager. Dans FaceTime, impossible de modifier un texte dans un sticker animé. Dans Safari, il faut parfois désactiver Stage Manager provisoirement pour cliquer sur un bouton (comme pour ajouter une photo dans cet article)… puis le réactiver. Dans Messages, impossible de partager le morceau en cours de lecture. Certains logiciels tiers n’arrivent pas à accéder à l’appareil photo si Stage Manager est activé.
  • Stage Manager ne reprend pas le concept du bureau comme on le connaît sur macOS et Windows. À la place, il crée plusieurs « espaces » affichés à gauche de l’écran. Quand on ouvre une application, elle crée son propre espace. Si on veut la mettre dans un autre espace, il faut glisser son icône vers celui-ci. Ce n’est pas très intuitif et, surtout, ça ne se comporte pas toujours comme prévu. Cliquer sur un lien dans une application ouvre parfois un nouvel espace au lieu d’ouvrir une fenêtre dans l’espace en cours d’utilisation. Le comportement de Stage Manager est souvent aléatoire. Fermer une application dans un espace la déplace souvent vers… un autre espace. Il faut alors s’y rendre pour la fermer pour de bon.
  • Glisser un lien ou une photo d’une application à une autre marche mal dans Stage Manager. Il ne faut pas juste glisser le fichier, il faut d’abord toucher l’application cible puis effectuer le dépôt. Sinon, iPadOS dépose le fichier dans le vide. Ce problème disparaît si on désactive Stage Manager.
  • Quand on met une vidéo en plein écran (YouTube, myCANAL…), Stage Manager se contente d’agrandir la vidéo dans la fenêtre, pas de proposer un vrai plein écran. Sur macOS, tout l’écran serait occupé par la vidéo. Il faut forcer manuellement l’application en plein écran en cliquant sur « Zoom ».
Ici, rien ne va. Réglages a une disposition bizarre. Photo Booth fonctionne à l’envers. Instagram est caché car les applis se mettent devant. L’appli devant n’arrive pas à utiliser l’appareil photo en Stage Manager. // Source : Numerama
Ici, rien ne va. Réglages a une disposition bizarre. Photo Booth fonctionne à l’envers. Instagram est caché car les autres applis se mettent devant. Et l’app du milieu n’arrive pas à utiliser l’appareil photo en Stage Manager. // Source : Numerama

Aussi fou que cela puisse paraître, Stage Manager a d’autres problèmes. Il provoque par exemple le redémarrage de l’écran d’accueil au moindre bug, au lieu de seulement relancer l’application concernée. Le gestionnaire de multitâche de l’iPad, initialement conçu pour s’étendre sur les écrans externes, a aussi été amputé de cette fonction pendant le développement d’iPadOS 16 à cause de trop nombreux bugs (elle arrivera plus tard).

Pour un usage occasionnel, l’expérience n’est pas catastrophique. On apprécie le fait d’afficher plusieurs applications d’un coup, particulièrement quand il s’agit de logiciels iPhone pas du tout adaptés au plein écran (comme Instagram). Mais Stage Manager n’est pas encore fait pour être utilisé en permanence. Mieux vaut parfois le désactiver pour être plus serein, en espérant qu’iPadOS 16.2, 16.3 et surtout 17 lui fassent passer l’étape supérieure.

Stage Manager doit s’activer dans le centre de contrôle. Pour bien l’utiliser, il faut souvent le désactiver et le réactiver, quand une fonction ne marche pas dans ce mode. // Source : Numerama
Stage Manager doit s’activer dans le centre de contrôle. Pour bien l’utiliser, il faut souvent le désactiver et le réactiver, quand une fonction ne marche pas dans ce mode. // Source : Numerama

Grâce à Stage Manager, l’iPad est tout de même beaucoup plus polyvalent que l’année dernière. Mais il n’a pas encore réussi à se mettre au niveau du Mac. Nous allons de notre côté continuer à utiliser la fonction, mais il est plus que souhaitable qu’Apple l’améliore vite. Laisser l’utilisateur mettre une fenêtre où il veut et ouvrir une nouvelle application systématiquement dans le même espace serait déjà une première bonne étape.

Les fonctions d’iOS 16

Heureusement, Stage Manager n’est pas la seule nouveauté d’iPadOS 16. La plupart d’entre elles sont les mêmes que celles d’iOS 16, ce qui est parfaitement logique puisque ces deux systèmes d’exploitation sont en réalité les mêmes (leurs nomenclatures sont liées à une décision marketing). Voici un résumé bref des nouveautés les plus satisfaisantes sur iPadOS 16 :

FaceTime : de l’iPhone à l’iPad

Quiconque utilise plusieurs appareils Apple à la maison a sans doute déjà regretté d’avoir répondu à un appel avec le mauvais appareil. Puisqu’un appel FaceTime sonne partout (iPhone, iPad, Mac…), il arrive parfois que l’on choisisse de répondre sur son smartphone alors qu’on aurait préféré le confort du grand écran. Apple l’a enfin entendu.

Avec iPadOS 16 et iOS 16, un appel FaceTime peut être transféré d’un appareil à l’autre. Quand on répond sur son iPhone, tous les autres appareils de la maison affichent sur l’écran de verrouillage une notification pour faire basculer l’appel. C’est extrêmement pratique pour ne plus avoir à raccrocher et à rappeler.

Un appel est en cours sur l’iPhone ou le Mac ? iPadOS 16 permet de le récupérer. // Source : Numerama
Un appel est en cours sur l’iPhone ou le Mac ? iPadOS 16 permet de le récupérer. // Source : Numerama

Météo sur iPad : 12 ans d’attente

Le saviez-vous ? L’iPad n’a jamais eu d’application Météo. Il y avait un widget depuis plusieurs années, mais le toucher ouvrait le navigateur web. Avec iPadOS 16, Apple a adapté l’application Météo à sa tablette. L’interface est très jolie, avec plein de mini widgets sur les précipitations, les températures ou les risques d’allergie.

L’application Météo pour iPad est très jolie. Prochaine étape, la calculette ?  // Source : Numerama
L’application Météo pour iPad est très jolie. Prochaine étape, la Calculatrice ? // Source : Numerama

Messages, Mail, Photos, Maison… Les apps s’améliorent

Plusieurs applications s’améliorent avec iPadOS 16. Toutes ces nouveautés étaient déjà présentes dans iOS 16, mais voici tout de même un bref rappel :

  • Dans Messages, on peut désormais modifier un message ou annuler son envoi.
  • Dans Mail, on a désormais quelques secondes pour annuler un envoi. On peut aussi programmer un envoi.
  • Dans Photos, les albums « Masqués » et « Supprimés récemment » sont désormais protégés par un mot de passe (ou Face ID / Touch ID). On peut aussi créer des bibliothèques familiales.
  • L’application Maison change complètement de design. Elle supporte aussi le nouveau standard domotique Matter.
À gauche, Mail et Messages. À droite, l’application Maison. // Source : Numerama
À gauche, Mail et Messages. À droite, l’application Maison. // Source : Numerama

Le détourage d’image, encore plus cool sur iPad

Comme l’iPhone, l’iPad peut détourer le contenu d’une photo facilement. Il suffit de maintenir enfoncé son doigt sur une personne ou un animal pour extraire le contenu et le glisser ailleurs. Puisque l’iPad supporte l’Apple Pencil, c’est plus simple de créer à partir de cet extrait (en le glissant dans Notes par exemple).

Sur iPadOS 16, le détourage fonctionne comme sur iOS 16. Mais le Pencil permet de dessiner sur un objet copié. // Source : Numerama
Sur iPadOS 16, le détourage fonctionne comme sur iOS 16. Mais le Pencil permet de dessiner sur un objet copié. // Source : Numerama

Une résolution enfin personnalisable sur iPad

Sur iPad Air et iPad Pro (seulement eux, malheureusement), Apple permet de changer la résolution de l’écran. Il y a trois options. La vue normale, proposée depuis toujours, une qui agrandit tout et une qui rétrécit tout. La dernière est particulièrement appréciable, puisqu’elle permet d’afficher plus de fenêtres d’un seul coup. L’iPad se rapproche du Mac, et c’est plaisant.

Les iPad équipés d’une puce M1 ou M2 peuvent changer leur résolution native. // Source : Numerama
Les iPad équipés d’une puce M1 ou M2 peuvent changer leur résolution native. // Source : Numerama

Quel futur pour iPadOS ?

Si Stage Manager divise, il est dur de dire du mal d’iPadOS 16. Comme toute mise à jour majeure chez Apple, iPadOS 16 apporte énormément de nouveautés gratuitement et, au fil des mois, devrait continuer de s’améliorer. On attend notamment avec impatience l’application Freeform, conçue pour le travail collaboratif avec l’Apple Pencil, ou le support des écrans externes qui, on l’espère, sera plus abouti que dans les bêtas (il était impossible de transférer une fenêtre d’un écran à un autre, il fallait la fermer et la rouvrir…).

Dans les prochaines mises à jour d’iPadOS, on scrutera particulièrement l’attention apportée par Apple à Stage Manager. Il nous semble peu probable de voir débarquer une version tactile de macOS dans les prochaines semaines, mais Apple doit comprendre à travers la frustration de ses fans que la demande pour une utilisation plus « PC-like » est trop forte pour être ignorée. Grâce à iPadOS 16, l’iPad est meilleur en 2022 qu’il ne l’était fin 2021… mais les attentes pour 2023 sont plus élevées que jamais. On a aussi hâte de voir débarquer l’écran de verrouillage personnalisable à la iOS 16, sans doute l’année prochaine.