L'hélicoptère Ingenuity est parvenu à voler sur Mars le 19 avril 2021. Ce vol propulsé sur une autre planète est une première dans l'histoire de l'exploration spatiale. La Nasa a organisé un briefing le lundi soir pour donner plus de détails sur cet événement.

Avant Ingenuity, aucun robot n’avait atteint cet exploit : réussir à voler sur une autre planète que la Terre.  Le petit hélicoptère de la Nasa qui accompagne le rover Perseverance sur Mars y est parvenu le matin du 19 avril 2021. Il était 9h34 (heure de Paris, soit à la mi-journée sur Mars) lorsque les quatre pieds de l’hélicoptère ont quitté la surface martienne. Ses pales l’ont porté dans les airs, jusqu’à 3 mètres d’altitude, pour réaliser un planage de quelques dizaines de secondes.

La confirmation de ce vol, ainsi que les premières images obtenues par l’hélico et le rover, ont été données lors d’un premier événement diffusé en direct, à 12h15. Un autre briefing était prévu par la Nasa un peu plus tard, le même jour. L’agence spatiale est revenue sur les prouesses de son robot volant. Il est possible de revoir cet événement, si vous l’avez manqué.

  • Quand ? À partir de 20 heures (heure de Paris), le lundi 19 avril 2021.
  • Où ? Directement sur YouTube, via le compte de la Nasa.
  • Quoi ? Le briefing de la Nasa, à la suite du tout premier vol de l’hélicoptère Ingenuity, qui a été envoyé sur Mars avec le rover Perseverance.

39 secondes historiques

Au total, la Nasa indique qu’Ingenuity est resté en vol pendant très exactement 39,1 secondes. Il ne faut pas s’imaginer que la Nasa « pilotait » réellement le vol : l’ensemble de la manœuvre a été réalisée de façon autonome, à l’aide de systèmes de guidage et de navigation exécutant des commandes développées par le JPL. Il est tout simplement impensable de piloter Ingenuity à distance avec un joystick, ou d’observer en temps réel les vols de l’hélico, car il y a un temps d’attente pour envoyer des données entre la Terre et Mars. Le rover sert de relais aux données envoyées par Ingenuity. Perseverance lui-même a eu besoin d’une des sondes en orbite martienne, MRO (Mars Reconnaissance Orbiter), pour transmettre ces éléments vers la Terre.

Toutes les données issues du vol sont progressivement téléchargées par la Nasa, qui devrait donc fournir de plus amples détails sur ce test dans les heures à venir. Il faut garder à l’esprit que pour la Nasa, Ingenuity est avant tout un démonstrateur technologique : l’agence spatiale voulait savoir comment réussir à voler sur Mars, dans des conditions bien différentes de celles que l’on connaît sur Terre. Sur la planète rouge, la gravité est inférieure à celle sur la Terre (d’environ un tiers) et la pression en surface est de 1 %, comparée à celle sur Terre. Ainsi, il y a assez peu de molécules d’air avec lesquelles faire interagir les pales d’Ingenuity. Il a fallu imaginer un robot léger, autonome et robuste : pour les équipes du JPL, ce vol est le fruit de six années de travail.

Zouuuu ! // Source : Nino Barbey pour Numerama

Un autre vol le 22 avril ?

Pendant que son compagnon mène ses activités, Perseverance ne s’en approche pas trop : par précaution, le rover reste à une distance d’environ 100 mètres d’Ingenuity. Perseverance reste le principal acteur de la mission Mars 2020 et, si son acolyte vient à avoir un accident, le rover ne doit pas en subir les conséquences. Son emplacement lui permet cependant d’observer Ingenuity, de le photographier et de communiquer avec lui.

Ingenuity a été déployé par Perseverance le 3 avril dernier : depuis cette date, les robots sont séparés définitivement. Ingenuity se trouve désormais au 16e sol (le nom du jour sur Mars) de sa propre mission, qui doit durer 30 sols en tout (soit 31 jours terrestres). Pendant les trois sols à venir, les équipes vont être occupées à collecter les données de ce premier test. Sur la base de ces résultats, l’éventualité d’un deuxième vol pourra être envisagée. Il pourrait survenir le 22 avril prochain, au plus tôt. D’après les éléments présents dans ce communiqué, les objectifs poursuivis lors d’un deuxième vol pourraient être de voler plus haut (5 mètres) et de réaliser un déplacement horizontal.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo