Alors que la première tentative de vol d'Ingenuity approche, Perseverance a commencé à rouler pour s'éloigner de son compagnon. Le rover doit rester à une centaine de mètres de l'hélicoptère pendant ses envolées. Pourquoi si loin ?

« J’ai roulé à peu près à mi-chemin vers mon point de vue, là d’où je vais regarder le test de vol de l’hélicoptère martien » : en prêtant une voix imaginaire à Perseverance, la Nasa a fait savoir ce 9 avril 2021 sur Twitter que son astromobile avait commencé à s’éloigner de l’hélicoptère Ingenuity. Depuis son point d’observation, le rover va pouvoir filmer son compagnon lorsqu’il va essayer de voler.

La Nasa vise au plus tôt le 11 avril pour faire décoller son petit robot. Le vol doit durer à peine une trentaine de secondes, et peut sembler assez modeste, car Ingenuity doit s’élever à 3 mètres d’altitude, planer puis se reposer. Pourtant, c’est déjà un grand défi de s’élever ainsi dans l’atmosphère martienne pour un hélicoptère. Pendant ce temps, Perseverance doit rester relativement loin de son petit compagnon, à une centaine de mètres environ (la Nasa parle de 60 mètres dans son tweet le plus récent). Pourquoi le rover ne peut-il pas rester plus proche d’Ingenuity, à quatre mètres comme sur le premier selfie des deux robots ?

Priorité à la sécurité

Il s’agit d’une question de sécurité avant tout. Il faut rappeler qu’Ingenuity n’a que pour but de faire une démonstration technologique : la Nasa souhaite tester le vol sur une autre planète que la Terre. L’hélicoptère n’embarque d’ailleurs pas d’instrument scientifique. Il ne joue que le rôle d’un démonstrateur ou d’un éclaireur, Perseverance restant le principal acteur de la mission Mars 2020. Si Ingenuity vient à avoir un accident ou échoue de quelque façon que ce soit, il ne faut pas que la mission du rover soit elle-même en péril. L’éloignement de Perseverance garantit donc qu’il reste en sécurité.

Cette question de sécurité explique aussi pourquoi la séparation entre Ingenuity et Perseverance est définitive, et pourquoi il est si essentiel que l’hélicoptère puisse fonctionner en autonomie. On aurait pu imaginer que le petit engin volant vienne se recharger sur le rover entre chaque vol. C’est bien plus délicat en pratique : si un tel chargeur était installé sur Perseverance, les pales d’Ingenuity (2 rotors de 1,2 mètre) risqueraient de percuter son mât. D’où l’idée du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa d’installer plutôt un panneau solaire au-dessus des pales d’Ingenuity. Ainsi, il peut se poser n’importe où, sans prendre le risque de s’approcher trop de Perseverance.

Le rover doit rester à une distance d’environ 100 mètres pendant le vol de l’hélicoptère. // Source : Nino Barbey pour Numerama

Le rover va relayer les données de l’hélico

La zone retenue pour faire stationner le rover pendant les essais d’Ingenuity doit être suffisamment plate pour accueillir Perseverance, tout en lui permettant de garder l’hélicoptère dans son champ de vision. Outre les images qu’il prend de son acolyte, il faut aussi qu’il assure les communications radio avec Ingenuity. Perseverance sert de relais pour transmettre les données de l’hélicoptère vers la Terre (il les envoie directement ou passe lui-même par des sondes en orbite martienne).

En attendant le vol du 11 avril, il reste encore des vérifications à effectuer sur Ingenuity. Le Jet Propulsion Laboratory a confirmé que les pales de l’hélicoptère ont été débloquées et mises en mouvement, à la vitesse de 50 tours par minute (elles peuvent atteindre jusqu’à 2 400 tours par minute). Si tout se passe comme prévu, bientôt ses petits pieds devraient momentanément ne plus toucher la surface martienne.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo