De nombreuses nouveautés arrivent en France à partir du lundi 12 avril 2021 : élargissement de la vaccination aux plus de 55 ans, arrivée du vaccin Janssen et des autotests... Numerama fait le point.

Mise à jour du 13 avril à 16h30 : Johnson & Johnson a annoncé, le 13 avril 2021, retarder les livraisons de son vaccin Janssen en Europe. La décision a été prise suite à la suspension du vaccin aux États-Unis, après des cas de caillots sanguins détectés chez des personnes ayant reçu une dose.

Arrivée du vaccin Janssen, augmentation du délai entre les deux doses de vaccins, mise en place des autotests dans les écoles… Ce lundi 12 avril 2021, de nombreuses choses changent en France dans le plan de lutte contre le Covid-19. Le calendrier vaccinal du pays continue également de se dérouler, et le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce dimanche dans une interview au Journal du Dimanche que la vaccination était, dès aujourd’hui, élargie à tous les Français et Françaises de plus de 55 ans. Numerama fait le point sur toutes ces nouveautés, sur ce qu’elles impliquent, et sur ce qu’il est désormais possible de faire.

L’arrivée du vaccin Janssen

Les premières livraisons du vaccin Janssen, développé par le laboratoire Johnson &  Johnson devaient arriver en France le 19 avril. Les doses sont finalement disponibles dès aujourd’hui. « Ces 200 000 doses vont intégrer très prochainement le circuit de distribution des pharmacies et des cabinets médicaux et infirmiers  », a précisé hier Olivier Véran au Journal du Dimanche. Si cette première livraison ne compte pas beaucoup de doses, beaucoup d’espoirs sont placés dans ce vaccin : il ne suffit que d’une seule dose pour protéger efficacement les patients, contrairement aux autres vaccins disponibles jusqu’à présent.

Les doses de Janssen pourront être administrées «  à tous les plus de 55 ans, sans condition », a annoncé Olivier Véran. C’est là aussi une nouveauté : le vaccin était à la base destiné en priorité aux personnes habitant dans les «  territoires très isolés » et celles en situation « de grande précarité ».

Le vaccin de Janssen/Johnson&Johnson contre le coronavirus SARS-CoV-2 repose sur une seule dose. // Source : Pexels / logo Janssen

Ouverture aux plus de 55 ans

Désormais, toutes les personnes de plus de 55 ans sont éligibles à la vaccination, qu’elles présentent des comorbidités ou non. C’est une date qui n’était, à la base, pas prévue dans le calendrier vaccinal : c’est Olivier Véran qui a annoncé cette nouvelle étape hier, dans son interview au Journal du Dimanche. Le calendrier vaccinal prévoyait à l’origine l’ouverture à la vaccination le 15 avril des « personnes de 60 à 69 ans inclus qui n’ont pas de pathologie particulière », et l’élargissement aux plus de 50 ans à la mi-mai seulement.

«  Beaucoup d’aidants familiaux ont entre 55 et 60 ans, d’autres sont en couple avec un partenaire plus âgé », a annoncé Olivier Véran au Journal du Dimanche. « Ils s’inquiétaient de devoir attendre un mois de plus. Ils pourront désormais se protéger avec AstraZeneca ». Et, également, avec Janssen.

Augmentation du délai entre les deux doses

Autre nouveauté annoncée par Olivier Véran : l’augmentation du délai entre les deux doses du vaccin. En effet, les vaccins jusque là autorisés (le Pfizer, le Moderna et l’AstraZeneca) nécessitent tous deux inoculations pour être complètement efficaces. Le délai entre ces deux doses était jusque là fixé à 28 jours, et va doubler pour les vaccins Pfizer et Modern. « À compter du 14 avril, pour toutes les premières injections, nous proposerons un rappel à quarante-deux jours au lieu de vingt-huit actuellement », a prévenu Olivier Véran.

Concrètement, les personnes ayant reçu une première dose de vaccin avant cette date-là recevront, comme prévu, leur deuxième dose sous 28 jours. Ce n’est qu’à partir du 14 avril que les personnes recevant une première injection auront ce délai étendu entre les deux doses – sauf s’ils reçoivent un vaccin AstraZeneca ou Janssen.

La stratégie d’espacement des deux doses de vaccins est appliquée depuis le mois de janvier 2021 en Angleterre et au Danemark. La France n’avait, initialement, pas souhaité y avoir recours. En effet, l’essai clinique réalisé par Pfizer pour son vaccin a été réalisé avec un délai de 28 jours entre les deux doses. Un espacement de 42 jours entre les deux doses n’ayant donc pas été étudié, il était impossible de dire si l’efficacité du vaccin restait la même. Depuis, la situation a évolué : la situation en Angleterre s’est nettement améliorée, et «  de récentes études sur les effets de la vaccination montrent l’existence d’une réponse immunitaire chez la majorité des patients après une seule injection », explique LCI.

Olivier Veran le 19 novembre. // Source : Twitter @MinSoliSante

Arrivée des autotests

Les autotests sont déployés dans les pharmacies françaises à partir d’aujourd’hui, et pourront donc être achetés par des particuliers, qui effectueront eux-mêmes les prélèvements. Ils sont vendus en moyenne pour 5 euros, et permettent d’obtenir des résultats en 30 minutes. Si le résultat du test est positif, il doit donc impérativement être confirmé en réalisant un test PCR. Cette étape est très importante, afin de confirmer le diagnostic, mais également de ne pas fausser les statistiques du gouvernement sur la propagation de la maladie et sur les variants.

La Haute Autorité de Santé préconise d’utiliser ces tests dans deux cas, qui concernent exclusivement les personnes asymptomatiques : soit après une « indication médicale, dans le cadre d’un dépistage itératif ciblé à large échelle », c’est-à-dire lors de campagnes de dépistage ciblées auprès de certains publics ; ou bien dans le cadre privé, comme lors d’une visite chez des proches.

Les autotests seront également utilisés dans les établissements scolaires, à partir du 26 avril dans les écoles, a précisé Olivier Véran. « Nous envisageons d’aller jusqu’à deux tests par semaine par élève et par enseignant ». Les tests seront mis en place à partir du 3 mai dans les lycées et les collèges.

Où en est-on de la vaccination en France ?

Pour l’instant, 5,50 % de la population française a reçu ses deux doses de vaccins, selon des données du ministère de la Santé et de CovidTracker.

Les vaccinations en France au 10 avril 2021 // Source : CovidTracker

Les prochaines étapes prévues dans la stratégie vaccinale française doivent arriver avant l’été. Jusqu’à présent, les dates retenues étaient :

  • le 15 mai 2021, lorsque «  la vaccination sera ouverte aux personnes âgées de 50 à 59 ans », selon le site du Service Public,
  • le 15 juin 2021, lorsque «  la cible sera élargie aux autres tranches de la population majeure ».

Les personnes de plus de 55 ans étant déjà éligibles à la vaccination, l’échéance du 15 mai 2021 marquera l’élargissement de l’accès aux vaccins aux plus de 50 ans. Cependant, le calendrier ayant été avancé, il n’est pas impossible que ces dates changent dans le futur.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo