Une nouvelle espèce de dinosaure vient d'être découverte en Australie. Le Galleonosaurus dorisae faisait la taille d'un wallaby et se nourrissait de verdure. Les spécimens identifiés se sont fossilisés il y a 125 millions d'années.

Des fossiles logés dans une roche de 125 millions d’années ont permis d’identifier un nouveau dinosaure, le « Galleonosaurus dorisae ». L’animal, qui devait faire la taille d’un wallaby (des marsupiaux ressemblant à de petits kangourous), fait l’objet d’une étude publiée le 11 mars 2019 dans la revue Journal of Paleontology.

Les scientifiques australiens à l’origine de cette découverte expliquent qu’elle confirme « qu’une faune très diversifiée d’ornithopodes de petite taille prospérait » dans une vallée qui se trouvait entre l’actuelle Australie et l’Antarctique.

Le dinosaure Galleonosaurus dorisae. // Source : James Kuether

Pieds d’oiseau

Les dinosaures ornithopodes (dont le nom scientifique, Ornithopoda, signifie « pieds d’oiseau ») ont existé dès le début du Jurassique, qui a commencé il y a 201 millions d’années, et ont vécu jusqu’à la fin du Crétacé, qui s’est achevé il y a 66 millions d’années. Ces dinosaures étaient herbivores et se déplaçaient sur leurs pattes arrières.

C’est grâce aux dents de plusieurs spécimens que les scientifiques ont découvert la nouvelle espèce de cette famille. Les fossiles ont été trouvés dans l’État de Victoria, au sud-est de l’Australie, dans une réserve marine, Bunurong Marine National Park. Parmi les ossements analysés, figurent des restes de la mâchoire de deux dinosaures adultes.

Les dents des dinosaures. // Source : The Paleontological Society (photo recadrée)

Des dinosaures semblables en Amérique du Sud

Les scientifiques ont aussi remarqué que les ornithopodes identifiés dans l’État de Victoria ressemblent beaucoup à ceux découverts en Patagonie, une zone d’Amérique du Sud aujourd’hui partiellement occupée par le Chili et l’Argentine. Ils pensent que ces similitudes peuvent s’expliquer par le lent mouvement des continents, qui se sont déchirés progressivement les uns des autres au cours du Crétacé.

Les principaux fossiles avaient été extraits en 2008. Il a cependant fallu attendre 2019 pour que les technologies de l’impression 3D et de la microtomographie aux rayons X — qui permet de réaliser des coupes transversales d’un objet sans le détruire — révèlent les secrets des fossiles de ces Galleonosaurus dorisae.

Disparus de façon encore mystérieuse il y a 66 millions d’années, les dinosaures éteints continuent de fasciner les scientifiques. Un autre spécimen, un petit tyrannosaure, a récemment été découvert.

Partager sur les réseaux sociaux