Les astronomes se sont interrogés sur la nature d'Oumuamua, un objet céleste d'abord assimilé à un astéroïde en visite dans le système solaire. Une nouvelle étude se fonde sur sa vitesse pour conclure qu'il s'agit bien d'une comète.

Le mystère d’Oumuamua est résolu : le 27 juin 2018, une équipe d’astronomes et chercheurs a établi que ce mystérieux objet spatial, découvert l’année dernière, s’avère bien être une comète. D’après leur publication dans la revue Nature, cet énigmatique corps accélère comme une comète. Il ne serait donc pas, comme l’une des hypothèses le suggérait, un astéroïde.

Le 19 octobre 2017, le télescope PanSTARRS 1 (Panoramic Survey Telescope And Rapid Response System), chargé d’établir une base de données des objets visibles depuis Hawaï, a immortalisé un point lumineux en mouvement. C’est Robert Weryk, astronome et chercheur à l’Université d’Hawaï à Mānoa, qui a fait cette découverte en observant les images capturés par le télescope.

L’Union astronomique internationale avait d’abord classé l’objet comme une comète en octobre, avant de le reclasser sous le nom d’Oumuamua en tant d’objet interstellaire en novembre.

Comète ou astéroïde ?

Une comète est un corps céleste formé par un noyau de glace et de poussière, en orbite autour d’une étoile. Les astéroïdes sont des planètes mineures, faites de roches, métaux et glaces. L’activité du noyau de ces deux objets célestes n’est pas identique — bien que la distinction entre les deux tende à devenir de plus en plus floue car certains astéroïdes présentent parfois une activité cométaire.

Dans leur étude, les chercheurs expliquent avoir suivi la trajectoire d’Oumuamua, qui se dirigeait en dehors du système solaire. Pour cela, ils ont utilisé plusieurs télescopes au sol, ainsi que Hubble, celui-ci ayant permis de maintenir une surveillance même lorsque Oumuamua semblait disparaitre.

Nature

Ces observations les ont amené à découvrir que la vitesse d’Oumuamua ne pouvait pas être simplement le résultat de la gravité des planètes et du Soleil. Il se sont demandé si l’accélération de l’objet pouvait être liée à des dégagement gazeux, comme c’est le cas pour les comètes.

« Nous avons trouvé que le dégazage semblable à celui d’une comète était une explication physiquement viable, à condition qu’Oumuamua ait des caractéristiques thermiques similaires à celles des comètes », écrivent les chercheurs dans le résumé de leur article. Les autres hypothèses envisagées par les auteurs pour expliquer les changements de vitesse d’Oumuamua leur ont semblé « irréalistes ou insuffisantes ».

Les autres explications sont « insuffisantes »

L’aspect atypique d’Oumuama a nourri le débat scientifique sur l’identité de cet objet. Comme le souligne The Verge, la plupart des astronomes s’attendaient à ce que le premier corps spatial à venir de l’extérieur du système solaire soit une comète. Si notre propre système a rejeté des boules de glaces et de rochers dans l’espace lors de sa formation, cela aurait pu être le cas pour d’autres systèmes.

Or, les comètes sont généralement entourées d’un nuage de gaz et de poussière, ce dont Oumuamua semblait dépourvu. C’est pour cette raison que l’on a pu le considérer comme un astéroïde, composé principalement de roche et de métal.

Ces hypothèses sont d’ailleurs à l’origine même du nom d’Oumuamua, d’origine hawaïenne et signifiant « éclaireur » ou « messager », comme si l’objet céleste était le témoin d’une zone de l’espace encore inconnue, ou d’un passé révolu.

Partager sur les réseaux sociaux