La fin d'année 2020 approche à grands pas et l'heure est désormais aux bilans. Comme toujours, des jeux vidéo ont déçu, pour des raisons variées. On fait le point.

L’année 2020 se termine (péniblement). Ces dernier mois, le marché des jeux vidéo, qui ont permis de nous occuper pendant les périodes de confinement, a accueilli de nouveaux produits — à commencer par trois consoles (PS5, Xbox Series S et Series X). Les joueuses et les joueurs ont également pu découvrir de nouveaux titres. Malheureusement, certains ont marqué les esprits pour de mauvaises raisons.

Gameplay raté, réalité qui est loin de répondre aux attentes et/ou aux ambitions, lancement chaotique… Nous avons sélectionné cinq jeux vidéo qui ont constitué des déceptions. Petite précision : nous les avons tous testés dans nos colonnes, parfois dans la douleur.

Moons of Madness (PS4, Xbox One & PC)

Moons of Madness // Source : Funcom

Mou of Madness : voilà comment cette supposée expérience horrifique se déroulant sur Mars aurait dû s’appeler. Si on met de côté l’ambiance globalement réussie, on n’est jamais extasié dans Moons of Madness. Entre le gameplay d’une lenteur abyssale, les énigmes à la logique parfois étrange et le manque criant de rythme, il y a vraiment matière à s’ennuyer. La patte Lovecraft, associée à la science-fiction, n’empêche pas le naufrage.

Disintegration (PS4, Xbox One & PC)

Disintegration // Source : Private Division

Disintegration est certainement l’un des pires jeux de l’année 2020. Son développement a pourtant été supervisé par Marcus Lehto, l’un des créateurs de la saga Halo. Néanmoins, derrière l’alléchante promesse d’associer jeu de tir et stratégie en temps réel se cache un empilement de mauvaises idées. La liste des défauts est longue : absence de variété dans les objectifs proposés, intrigue risible, déséquilibres éreintants, manque d’identité dans la direction artistique, architecture des niveaux inadaptée… Disintegration est tellement raté que les serveurs du mode multijoueur ont été fermés cinq mois après son lancement.

Ghost of Tsushima (PS4)

Ghost of Tsushima // Source : Sony

Ghost of Tsushima a reçu les votes des joueurs à l’occasion de la cérémonie des The Game Awards, l’équivalent des Oscars du jeu vidéo. Au sein de la rédaction de Numerama, on a du mal à comprendre pourquoi. L’exclusivité PS4 développée par Sucker Punch n’est pas une mauvaise expérience en soi. Elle ne fait que recycler la recette des Assassin’s Creed en misant sur son ambiance japonaise pour convaincre. Il y a un argument poétique indéniable, mais il est paralysé par le reste : une histoire fade, un héros sans charisme et un gameplay qui peut poser problème pendant les combats. Cela fait beaucoup trop de défauts pour une exclusivité censée clôturer l’ère PS4 avec brio.

Watch Dogs : Legion (PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X/S & PC)

Watch Dogs : Legion // Source : Ubisoft

Ubisoft a eu une fin d’année 2020 très chargée. Dans l’ordre, l’entreprise française a lancé Watch Dogs : Legion, Assassin’s Creed Valhalla et Immortals Fenyx Rising. Des trois, c’est le premier qui a reçu le moins de louanges. La saga Watch Dogs peine encore à trouver sa place dans le paysage vidéoludique. Pourtant, le troisième opus avait été repoussé en raison du fiasco observé par Ghost Recon Breakpoint. Hélas, Watch Dogs : Legion se perd dans sa proposition alléchante, consistant à pouvoir prendre le contrôle de tous les personnages que l’on croise. Parmi les points forts, il y a ce Londres du futur très crédible. Dommage que la prise en main, qui tombe trop souvent dans la facilité,  et les enjeux, inexistants, ne suivent pas.

Cyberpunk 2077 (PS4, Xbox One & PC)

Cyberpunk 2077 // Source : CD Projekt / Capture Numerama

Il était impossible d’écrire un article consacré aux déceptions de l’année sans évoquer le cas Cyberpunk 2077. Il est peu dire que le lancement a été chaotique, malgré un succès commercial immense (13 millions d’exemplaires). Il faut en effet être propriétaire d’un PC très puissant pour profiter de ses immenses qualités dans des conditions décentes. Les joueurs console, principalement ceux évoluant sur PS4 et Xbox One, doivent composer avec une expérience à la limite de l’injouable. CD Projekt Red a déjà promis des mises à jour importantes pour début 2021. En attendant, Sony a retiré le jeu du PlayStation Store et on peut se faire très facilement rembourser. Pour le moment, le RPG ayant suscité un engouement certain ces dernières années est une grosse désillusion.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo