Les versions PS4 et Xbox One de Cyberpunk 2077 sont ratées. Sont-elles totalement condamnées pour autant ? CD Projekt Red se veut confiant, et certains exemples de jeux « rafistolés » avec réussite pourraient lui donner raison.

Sur PC, Cyberpunk 2077 affiche une moyenne Metacritic, agrégateur reconnu de notes, de 89 sur 100 — soit un score très élevé. Sur PS4 et Xbox One, elle tombe respectivement à 52 et 55, ce qui est beaucoup moins reluisant. Elles symbolisent l’état déplorable dans lequel le RPG de CD Projekt est sorti sur les deux consoles lancées en 2013. Très vite, les joueurs, qui avaient de hautes attentes, sont montés au créneau pour dénoncer les piètres performances. Aujourd’hui, personne ne vous conseillera de jouer à Cyberpunk 2077 sur PS4 et Xbox One — pas même le studio polonais.

Conscient de la situation, CD Projekt Red a déjà fait son mea culpa et promis des mises à jour importantes pour le début d’année prochaine (une en janvier, une autre en février). Elles sont la preuve que la patience sera peut-être — enfin — récompensée, sachant que le jeu a été repoussé plusieurs fois dans le but de peaufiner l’expérience. La tâche s’annonce ardue, mais pas impossible, à en croire les promesses du studio et, surtout, quelques exemples récents de jeux que l’on a parfois condamnés trop vite.

« C’est Watch Dogs 1 en version Wii U » // Source : Capture d’écran d’une vidéo de Gauthier Andres pour Gamekult

CD Projekt Red peut et va sauver les versions PS4 et Xbox One

Le choix le plus logique serait de complètement abandonner les versions PS4 et Xbox One pour se concentrer sur les plateformes les plus puissantes (PS4 Pro, Xbox One X, PS5, Xbox Series S, Xbox Series X, PC et cloud gaming). Ce serait oublier la réalité économique : en combiné, la PS4 et la Xbox One pèsent plus de 150 millions d’exemplaires, une cible très large permettant de rentabiliser les investissements plus rapidement. À l’occasion d’une réunion retranscrite le 15 décembre, Adam Kicinski, CEO de CD Projekt, a rassuré les propriétaires d’une PS4 et d’une Xbox One. Conscient d’avoir perdu «  leur confiance » et d’avoir entaché «  la réputation  » du studio, il a annoncé que la priorité est désormais de rectifier le tir sur les consoles d’ancienne génération. 

Peut-on avoir foi en CD Projekt Red ? Oui, dans la mesure où Cyberpunk 2077 n’est pas totalement cassé. Hormis quelques bugs, hélas courants dans les jeux d’une telle envergure, le RPG tourne plus que correctement sur les plateformes les plus puissantes. Cela offre du temps aux développeurs pour se focaliser sur les points les plus sensibles et et assurer un gros travail d’optimisation. Par ailleurs, Cyberpunk 2077 est loin d’être un jeu raté. Les statistiques Steam parlent pour lui : il réunit plus de 500 000 joueurs à l’heure où nous écrivons ces lignes d’après Steam Charts — le deuxième meilleur pic derrière Counter-Strike : Global Offensive et une vraie prouesse pour un jeu solo. S’il était foncièrement mauvais, les joueurs, de plus en plus exigeants, l’auraient déjà déserté en masse. Il y a donc des heureux, parmi les nombreuses personnes ayant acquis Cyberpunk 2077 le jour de son lancement (plus de 8 millions de précommandes, dont 59 % sur PC).

Days Gone // Source : Sony

Bien évidemment, CD Projekt Red a du pain sur la planche. Mais il peut s’inspirer de quelques productions ayant connu des premiers mois compliqués. Lors de notre test de Days Gone sur PS4 Pro, dont l’article a été publié en avril 2019, nous avions rencontré de nombreux soucis techniques : « des chutes de framerate, des bugs visuels disgracieux, un rendu mi-figue mi-raisin (c’est parfois beau, parfois moins beau), une synchronisation labiale aux fraises, des scripts gênants (et trop voyants) et des soucis de collision  ». Dans une chronique partagée en avril 2020, soit un an après la sortie, Pushsquare a tenu à mettre en avant le travail de Sony Bend, une fois le titre entre les mains des joueurs. «  Le studio est très vite parti à la chasse de bugs pour en éliminer le plus possible — un combat qu’il continue de mener un an après  », indique-t-il. Dès lors, un chemin vers la rédemption existe. Il a également été emprunté par Hello Games pour No Man’s Sky, véritable prouesse mathématique — générer des milliers de planètes de manière aléatoire — accusée de publicité mensongère. Lors de son lancement sur Steam en août 2016, il rassemblait plus de critiques négatives que positives (18 663 contre 15 875). Aujourd’hui, les évaluations récentes sont considérées comme ‘très positives’, après un nombre incalculable de grosses mises à jour l’ayant transformé en une expérience riche et plaisante. 

Une amélioration des versions PS4 et Xbox One de Cyberpunk 2077 dépendra surtout de la capacité de CD Projekt Red à se remettre suffisamment en question. « Nous avons sous-estimé l’ampleur et la complexité des problèmes, nous avons ignoré les signaux sur le besoin de temps additionnel pour retravailler le jeu sur les anciennes consoles. Ce n’était pas une bonne approche et c’est contre nos principes  », assume Adam Kicinski. Des propos nécessaires qui semblent appuyer un changement positif dans l’état d’esprit. Il n’y aura peut-être pas de miracle, mais à minima l’impression que CD Projekt Red a tout fait pour se faire pardonner.

Toutefois, l’entreprise polonaise ne pourra pas tout corriger non plus. Les défauts liés au gameplay, à l’instar de la conduite chaotique ou de l’intelligence artificielle risible, ou encore à l’écriture, moins convaincante que dans The Witcher 3 : Wild Hunt et parfois grossière, ne seront pas effacés. Mais pour CD Projekt Red, il y a plus urgent à régler, sans quoi Cyberpunk 2077 sera considéré comme une catastrophe industrielle sur PS4 et Xbox One. Deux consoles qui méritaient mieux avant de tirer leur révérence.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo