À défaut d'avoir été élu meilleur jeu de l'année à l'occasion de la cérémonie des The Game Awards, Doom Eternal s'offre un portage Switch assez bluffant compte tenu des limites techniques de la console.

Disponible depuis le mois de mars dernier sur PC, Xbox One et PS4, Doom Eternal est assurément l’un des temps forts de l’année 2020 — une nouvelle référence dans le sous genre des jeux de tir frénétiques. Reparti bredouille de la cérémonie des The Game Awards 2020, il a eu droit à un portage sur Nintendo Switch, sorti le 8 décembre. On se demandait si cette version Switch allait tenir la route et, étonnamment, la réponse est un grand oui.

id Software a confié le développement à Panic Button, spécialiste de l’optimisation des jeux gourmands sur la console moins puissante de Nintendo. On garde encore de bons souvenirs du reboot de Doom malgré des concessions évidentes et indispensables pour accoucher d’une expérience confortable (lire : suffisamment fluide). Avec Doom Eternal, le studio, moins à l’aise avec Wolfenstein II : The New Colossus par exemple, a encore une fois fait des merveilles.

Doom Eternal sur Nintendo Switch // Source : Nintendo

Un portage honorable

Lors de nos nombreuses heures passées à occire des démons à la pelle dans Doom Eternal sur Xbox One X, nous avions été éblouis par la qualité de ses graphismes. id Software s’appuie sur un moteur maison et il est tout à la fois capable d’offrir des modèles 3D magnifiques et de sublimer les effets gores (les carcasses qui se déchiquètent sous un feu nourri). Sur Switch, le rendu fait bien évidemment peine à voir, la faute à une résolution moindre et à des textures bien plus pauvres et grossières (surtout sur l’écran de la console). Par chance, on reconnaît sans trop de problème les différents monstres imaginés par les développeurs. Un excellent point pour s’y retrouver, sachant qu’il faut constamment bouger pour s’en sortir.

Parfaitement jouable sur Nintendo Switch

Panic Button a donc décidé de sacrifier la fidélité pour la performance. Sur ce point, Doom Eternal est un véritable modèle sur Switch. On pouvait craindre des chutes de framerate, au regard de toutes ces phases en arène qui demandent au joueur d’affronter plusieurs ennemis en même temps. Même en inondant l’écran d’effets visuels, le jeu est toujours fluide, maintenant son objectif des 30 fps. Certes, le framerate grimpe à 60 fps sur les autres consoles, ce qui fait nécessairement perdre en confort de jeu. Mais la prouesse reste appréciable et permet à Doom Eternal d’être parfaitement jouable sur Nintendo Switch. Pour un titre misant avant tout sur son gameplay grisant, c’était primordial. Au vu des astuces trouvées par Panic Button, CD Projekt serait bien inspiré de lui confier les moutures PS4 et Xbox One de Cyberpunk 2077.

Doom Eternal sur Nintendo Switch // Source : Nintendo

Si séduisant soit-il pour les yeux, le portage n’évite pas un écueil inhérent à la Switch : avec les Joy-Con, les longues sessions restent à proscrire face à l’exigence prôné par id Software. D’autant que Doom Eternal est du genre à utiliser absolument tous les boutons, imposant une gymnastique constante pour maintenir les sens éveillés et s’adapter à la volée. De fait, on conseillera d’investir dans un Pro Controller pour un gain de confort non négligeable. La manette est beaucoup plus adaptée à une expérience comme Doom Eternal, dont certains passages sont vraiment à s’arracher les cheveux. Avec les Joy-Con, ils peuvent devenir mission impossible.

Crédit photo de la une : Nintendo

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo