Un ancien avocat qui a travaillé pour Pokémon Company s’est exprimé sur le cas Palworld. Il se demande comment un tel projet, similaire à Pokémon, peut exister.

« Il ressemble à une arnaque habituelle, comme j’en voyais mille fois par an lorsque j’étais directeur juridique pour Pokémon. Je suis surtout surpris qu’il soit allé aussi loin » : ce commentaire est signé Don McGowan, ex-CLO (Chief Legal Officer) de Pokémon Company, cité par Game File dans un article publié le 22 janvier. Comme beaucoup d’autres, il donne son avis sur Palworld, jeu vidéo phénomène hyper cynique qui est accusé de plagier un peu trop Pokémon.

Aux yeux de celui qui a travaillé pour Pokémon Company pendant plus de dix ans, Palworld serait donc une copie un peu trop évidente des jeux Pokémon (on retrouve même les créatures « shiny »). Et, à en croire ses propos, il ne devrait même pas être disponible à la vente en raison de cette ressemblance trop appuyée. Il se trouve en désaccord avec certains de ses confrères, qui estiment que Pokémon Company pourra difficilement gagner sur le seul motif de l’imitation.

Palworld  // Source : Pocketpair
Palworld // Source : Pocketpair

Les développeurs de Palworld se défendent contre les accusations de plagiat

Face aux nombreuses accusations qui planent sur son studio, le CEO de Pocketpair a confié à Automation : « Nous faisons nos jeux de manière très sérieuse, et nous n’avons absolument aucune intention de voler la propriété intellectuelle d’autres entreprises. » Selon Bloomberg, Nintendo, distributeur exclusif de la licence Pokémon, a indiqué ne pas s’exprimer sur des cas individuels, tandis que Pokémon Company reste pour le moment très silencieux.

Comme on le découvre dans cet article de Video Games Chronicle publié le 22 janvier, certains internautes auraient trouvé des preuves selon lesquelles Palworld utiliserait des assets 3D de Pokémon — ce qui s’apparenterait alors à du vol (qu’il faudrait légalement prouver). Le média a interrogé des développeurs et l’un d’eux explique : « En aucun cas, vous ne pouvez accidentellement reproduire les proportions de plusieurs modèles 3D d’un même jeu, sans voler les modèles en question. Ou, a minima, sans les retracer de manière très méticuleuse. Je pourrais témoigner au tribunal en tant qu’expert sur ce sujet. » Pour eux, les développeurs de Pocketpair ont peut-être récupéré des assets de Pokémon et dessiné par-dessus. Ce qui expliquerait les similitudes.

À date, Pokémon Company et Nintendo n’ont pas attaqué Pocketpair et, à mesure que les jours passent, les ventes de Palworld s’accumulent. Sur Steam, le jeu a dépassé les 7 millions d’exemplaires écoulés, une performance réalisée en cinq jours (un chiffre qui ne prend pas en compte le Xbox Game Pass et la version Xbox). En revanche, les deux entreprises ont déjà fait le nécessaire pour faire disparaître le mod Pokémon, comme on pouvait s’y attendre. « Nintendo est venu vers moi », a fait savoir Toaster, le créateur de contenu qui a dévoilé le projet audacieux. « Écoutez-moi bien, on va mettre les Pals dans Pokémon », menace-t-il dans un tweet publié le 24 janvier.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !