Robots, tanks, machines dignes du Moyen Âge… Dans The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom, les options de création permettent vraiment tout. Surtout quand il s’agit de construire des engins de guerre.

Dans The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom, il est très facile d’assembler un véhicule fonctionnel. Vous prenez une planche, vous collez quatre roues aux extrémités, vous ajoutez une ou plusieurs turbines, et le tour est joué. En moins de deux minutes, grâce au pouvoir Emprise, Link peut improviser un moyen d’aller plus vite dans le royaume d’Hyrule. Mais que se passe-t-il si on pousse les possibilités beaucoup plus loin ?

La créativité est au cœur du gameplay de The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom, même si la flemmardise n’empêche pas de s’en sortir (exemple : en assemblant des immenses ponts de bois pour « tricher »). Forcément, avec un tel potentiel entre les mains, des joueuses et des joueurs rivalisent d’ingéniosité pour concevoir des créations hallucinantes — comme repéré par Polygon dans un article publié le 15 mai.

The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom // Source : Capture TikTok
The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom // Source : Capture TikTok

Ce robot géant dans Zelda: Tears of the Kingdom est impressionnant

Pendant son nouveau périple au sein d’Hyrule, dans les cieux comme dans les profondeurs, Link doit affronter de multiples ennemis, voire attaquer des camps. La routine voudrait qu’on terrasse ces adversaires d’une manière très classique, avec une épée, un bouclier et un arc (éventuellement quelques bombes bien placées). Mais figurez-vous que le pouvoir Emprise, qui permet de coller des choses ensemble, permet de donner naissance à des engins de guerre.

La compilation TikTok ci-dessus prouve à quel point il est possible de réaliser des prouesses si on se donne la peine d’associer les bonnes ressources (des bouts de bois et des artefacts soneaus). Les projets vont de machines inspirées du Moyen Âge à des tanks, en passant par des avions qui lâchent des missiles au sol. À chaque fois, on reste bouche bée devant la précision de l’assemblage, alors qu’on rencontre parfois des difficultés à aligner deux planches correctement.

Et puis il y a celles et ceux qui arrivent carrément à fournir des méchas à Link, ces robots géants surarmés susceptibles de faire de très lourds dégâts ou encore de voler. Jugez plutôt :

Il y a aussi lui, qu’on aime beaucoup :

À noter qu’on finit par débloquer un pouvoir qui offre l’opportunité de reconstruire en un éclair ce qu’on a déjà assemblé précédemment. Tant mieux pour les génies capables de faire des merveilles avec trois bouts de ficelle. Eux, au moins, mettent leur talent au service de la science plutôt que de la torture des korogus.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !