La PlayStation 5 a récemment augmenté de prix. À 550 €, elle se rapproche d’un palier psychologique qui avait plombé les premiers mois de la PS3, lancée à 600 €.

La PS5 a dépassé la barre symbolique des 500 €. Sony a décidé d’augmenter le prix de sa console dernière génération, lancée en novembre 2020, afin d’absorber la hausse des coûts et les tendances monétaires défavorables — liées à la conjoncture économique complexe. Jamais, dans l’histoire du jeu vidéo, une console PlayStation n’avait subi une inflation. Normalement, on observe le phénomène inverse : plus elle vieillit, moins une console coûte cher.

Désormais à 550 € dans sa version la plus onéreuse (celle équipée d’un lecteur de disque), la PlayStation 5 se rapproche d’un palier psychologique qu’avait osé Sony pour la PlayStation 3. Sortie en 2007 en Europe, la console était proposée à 600 €, un tarif beaucoup trop élevé qui a sérieusement plombé les premiers mois de commercialisation. Ex-CEO de Sony Computer Entertainment America, Jack Tretton confiera d’ailleurs en 2016 chez IGN : « Elle était difficile et extrêmement coûteuse à produire. Alors lorsque le prix a été fixé, tout le monde savait qu’il n’était pas favorable aux consommateurs. Et étonnamment, Sony perdait de l’argent, même à ce tarif. » La PS3 a fini par vite baisser de prix.

Lancée à 600 €, la PS3 a vite baissé

La PlayStation 3 coûtait extrêmement cher à sa sortie mais, en réalité, son prix se justifiait quand on s’intéressait aux technologies embarquées. La PS3 s’appuyait sur un processeur maison ambitieux, doté d’une puissance que les développeurs n’ont jamais su dompter (et qui devait être décliné dans d’autres produits tech). Elle proposait aussi un — excellent — lecteur Blu-ray pour moins de 600 €, à une époque où les solutions dédiées pouvaient dépasser les 1 000 € (1 300 € pour le premier lecteur Blu-ray de Sony). Pour les férus d’innovations, la PS3 était donc une excellente affaire. Mais aux yeux du grand public, elle représentait une somme beaucoup trop importante à investir, surtout face à une Xbox 360 à 299 ou 399 € selon la déclinaison.

Il n’a d’ailleurs fallu que quelques mois à Sony pour rendre sa PS3 beaucoup plus abordable. Comme le montre cette page Wiki, la console a connu un destin commercial très fluctuant, les premiers mois, en Europe.

  • Mars 2007 : lancement du modèle 60 Go à 599 € ;
  • Octobre 2007 : baisse de prix du modèle 60 Go, qui passe à 499 € (jusqu’à sa disparition), et lancement du modèle 40 Go à 399 € ;
  • Août 2008 : lancement du modèle 80 Go à 399 € (qui remplace celui de 40 Go) ;
  • Octobre 2008 : lancement du modèle 160 Go à 499 €. 

L’enseignement tiré de la sortie chaotique de la PS3 est le suivant : quand une console se rapproche des 600 €, la demande est freinée. On rappellera d’ailleurs que Sony s’est habilement servi de cet argument avec la PS4, étonnamment lancée à 399 € (pour l’immense succès qu’on connaît).

Une PS5  // Source : Charles Sims / Unsplash
Une PS5 // Source : Charles Sims / Unsplash

La PS5 vaut-elle 550 € ?

La réponse à cette question est bien plus complexe qu’on ne pourrait le croire. Néanmoins, on peut difficilement entendre les arguments de Sony pour justifier cette inflation alors que le bilan financier de l’année fiscale 2021/2022 a rimé avec record pour la branche gaming. Entre le 1er avril 2021 et le 31 mars 2022, elle a dégagé un bénéfice net de 2,5 milliards d’euros, à partir d’un chiffre d’affaires qui titille les 20 milliards d’euros. Autant affirmer que Sony se porte plutôt très bien malgré la crise et que cette hausse soudaine du prix de la PS5 est, au mieux, de la gourmandise pour maintenir les marges — et faire plaisir aux actionnaires.

Sony prend-il un risque avec cette hausse de 50 € ? A priori non, au regard de la forte demande pour la PS5. Il ne vous a pas échappé que la console est très difficile à trouver depuis novembre 2020, une situation qui commence à peine à s’améliorer. Le parc installé dépasse déjà les 20 millions d’unités, un chiffre qui serait certainement plus important sans les problèmes de stocks. Le risque est surtout pour l’image, les personnes qui veulent vraiment une PS5 ne sont probablement pas à 50 € près.

C’est plutôt Microsoft qui a une petite carte à jouer avec la Xbox Series X, pour le moment maintenue à 499 €. L’histoire a montré que la console la moins chère avait logiquement la ferveur du public (Xbox 360 > PS3, PS4 > Xbox One). Mais Sony, sûr de ses forces et en position de confiance, a semble-t-il envie de la défier.