« C'est bon signe. »

2020 a duré dix ans et deux minutes à la fois.

Le 10 janvier, Marcus Dupont-Besnard publiait sur Numerama un article intitulé Un nouveau virus déclenche une épidémie en Chine : que sait-on de cette maladie ?

On en sait désormais sacrément plus sur cette maladie.

Marcus avait passé quelques mois en stage en 2019, et pour nous, c’était une évidence : il ne pouvait pas repartir. En octobre, il est venu grossir les rangs de Numerama officiellement en CDI, dans le but de parler environnement, futur et santé. Cette dernière thématique a pris une ampleur qui a dépassé tout ce qu’on aurait pu imaginer. Alors, oui, le timing est cool, mais on aurait quand même préféré faire sans pandémie mondiale.

Fort de son pragmatisme et son amour pour le raisonnement scientifique, Marcus a abordé la crise du coronavirus avec beaucoup de calme, d’application, s’en tenant toujours aux faits. « C’est bon signe », nous lançait-il pour rassurer. Il lui semblait clair que plus on parlait de ce « mystérieux virus découvert en Chine », mieux c’était : cela permettait aux autres pays de se préparer…

Au fur et à mesure, «  c’est bon signe » est devenu un mème au sein de Numerama, une manière d’exorciser nos craintes en riant de cet excès d’optimisme. Une sorte de cri de ralliement pour personnes faussement cyniques, qui auraient bien aimé qu’il y ait des « bons signes » alors que le monde s’enfonçait dans l’angoisse.

Grâce à lui et toute l’équipe de Numerama, nous avons pu produire une information quotidienne, détaillée et complète de l’état de la science à l’heure du coronavirus et créé une grande page spécifique grâce à l’équipe design et dev d’Humanoid.

Ces sujets ont aussi été déclinés avec succès en vidéo par Louise Audry. Notre journaliste reporter d’images a pensé les sujets, les a tournés, les a montés…  tout ça pendant une pandémie mondiale et deux confinements. Elle a ainsi réussi la prouesse de faire exploser les compteurs des deux chaînes YouTube, Numerama et Vroom (bientôt 40 000 abonnés et abonnées en cumulé).

📁 Coronavirus : 3 scénarios pour le futur de la pandémie

📁 Covid : les tests sérologiques rapides en pharmacie coûtent cher et ne servent à rien

Des audiences en flèche

L’ironie de cette affaire, c’est que d’un point de vue strictement statistique, l’année 2020 a été, pour Numerama, pleine de bons signes. Comme la grande majorité des sites d’information, notre média a connu un pic d’audience colossal : +156 % de visites (« sessions ») entre mars 2019 et mars 2020, +64 % sur l’année 2020 par rapport à 2019.

Nous étions déjà bien partis, en janvier et février, pour continuer notre belle croissance, entamée depuis le rachat de Numerama par le groupe Humanoid en 2015. Mais cette hausse spectaculaire nous a pris de court. Après les quelques mois de confinement — qui a fait grimper le trafic Internet de 30 % en France — nous avons retrouvé des stats plus raisonnables, mais toujours importantes.

Une comparaison des audiences de Numerama sur 2020 par rapport à 2019

Vous, lecteurs et lectrices, nous avez permis d’atteindre 118 055 326 visites (précisément !) sur l’année 2020, soit une moyenne de 9,8 millions par mois. Ces audiences comprennent le succès de Numerama mais aussi celui de Cyberguerre, notre site entièrement dédié à la cybersécurité.

Né en 2018, Cyberguerre et ses jolies couleurs violacées sont aujourd’hui portées par François Manens, un autre journaliste talentueux arrivé cette année, et dont nous célébrons en janvier 2021 le passage en CDI.

François a su développer une ligne éditoriale solide, nouer des contacts, sortir des informations exclusives, tout en étant à l’écoute et soucieux de bien faire. Il a également largement contribué à faire régner un climat de terreur dans la rédaction en faisant revivre le RickRoll de ses cendres, un mème que l’on pensait enterré depuis 1992.

📁 TousAntiCovid : attention à ce faux SMS du gouvernement qui diffuse un dangereux malware

📁 Fessées, menottes, bondage : les préférences sexuelles de 20 000 Français fuitent d’un forum

📁 2 € pour recevoir un colis ? On a mordu à un SMS de phishing pour vous expliquer cette arnaque

Du journalisme qui a un impact

L’année 2020 a été dure, oui, mais avez-vous déjà commencé un nouveau job un 30 mars en plein confinement hexagonal ? C’est ce qu’il s’est passé avec Aurore Gayte, notre dernière recrue, dont nous avons découvert l’amour des emojis gothique à distance. Ce n’est qu’à partir de juin que nous avons vraiment partagé un open-space, pendant quelques mois, après le premier déconfinement — souvenez-vous, la courbe des contaminations était basse, c’était bon signe.

Aurore a contribué à faire encore plus connaître Numerama, que ce soit auprès des lecteurs, lectrices, mais aussi de nos confrères et consœurs. Notre média (ou « portail d’actualité numérique » pour certains 👀) a notamment pour vocation de sortir des informations inédites et à avoir un impact sur la société d’aujourd’hui et de demain. Évidemment, cela prend du temps et des moyens, c’est pour cela que nous avons fait le choix d’ouvrir ce poste qui mettrait l’accent sur le temps plus long.

Numerama a publié plusieurs enquêtes très importantes, sur le harcèlement sexiste et sexuel au sein d’Ubisoft, le plus gros studio de jeux vidéo français. Avec Aurore et François, nous avons sorti une série d’articles sur le business de l’achat et la vente de noms de domaine liés au coronavirus. J’ai aussi mené une longue enquête sur les accusations de corruption de mineurs à l’encontre d’Experimentboy, un Youtubeur très suivi et apprécié du jeune public.

📁 Coronavirus : « Le but, c’était de vendre des masques Aliexpress pour 8 fois le prix »

📁 Harcèlement sexiste et sexuel à Ubisoft : « Il a tenté de m’embrasser, tout le monde rigolait »

📁  « Il faut que ça cesse » : enquête sur ExperimentBoy, Youtubeur accusé de corruption de mineurs

📁 Sur Google, on trouve en un clic des milliers de numéros français liés à WhatsApp

Rendre service aux lecteurs et lectrices

Nous n’avons pas abandonné les articles dits « brèves » ou « news », mais nous avons très clairement réduit leur nombre. Pour preuve : il y a trois journalistes de plus à Numerama par rapport à 2018, mais nous publions quasiment autant d’articles par jour. Pour + 100 % d’audience en deux ans. Notre réflexion est toujours la même : donner des informations nouvelles ou utiles, et rendre service aux lectrices et lecteurs.

Rendre service, c’est vaste.

Julien Lausson, surnommé « l’âme de Numerama » pour ses 10 années passées dans le média, compte plus de 15 000 articles à son actif, toujours aussi pointus, précis et complets. C’est grâce à lui que Numerama a parlé de manière exhaustive de tous les détails de StopCovid/TousAntiCovid, de la 5G, du RGPD, du piratage, des questions d’open-source, des lancements de satellites et fusées. C’est aussi lui qui a repéré en premier, en mai 2020, la proposition de loi d’Éric Ciotti qui visait à punir ceux qui diffusent des vidéos de policiers. Quatre mois plus tard, le ministre Gérald Darmanin reprenait cette idée à son compte et proposait le controversé article 24 au milieu d’une loi Sécurité Globale qui l’est tout autant, et dont avons pointé les dérives potentielles dans une vingtaine d’articles depuis septembre.

📁 Il est temps d’arrêter de nous bassiner avec l’anonymat en ligne

📁 5G : on passe au crible les rumeurs et théories du complot les plus tenaces

📁 Covid-19 : pourquoi lier StopCovid à un accès prioritaire pour un dépistage est une très mauvaise idée

Nous avons choisi, cette année, de mettre le paquet sur le jeu vidéo, en permettant à Maxime Claudel d’écrire encore plus de tests et de guides… Tout ça pendant l’année du lancement de trois nouvelles consoles, et sans lâcher ses essais de produits high-tech et de voitures électriques, pour la rubrique Vroom dédiée à la mobilité de demain. Cette charge de travail ne l’a pas empêché d’écrire 153 fois le mot « Neymar » et lâcher 1 873  « osef » dans le Slack de Numerama.

📁 Cyberpunk 2077 rappelle à quel point il est difficile de faire un bon jeu en monde ouvert

📁 Essai de la Mini Cooper SE : on a trouvé la citadine électrique idéale

📁 Test de The Last of Us Part II sur PS4 Pro : entre horreur et mélancolie

Vroom, c’est là où Julien Cadot et moi avons publié un très grand nombre de tests de deux-roues électriques. Il s’agit désormais d’un des sites français les plus complets d’essais dédié aux véhicules électriques, qui vous accompagne dans vos choix de mobilité et vous informe également sur la technologie et ses impacts.

Source : Numerama/Vroom

Tous ces articles n’auraient pas pu être pensés, écrits, relus et promus si nous n’avions pas fait évoluer l’organisation de la rédaction : Julien Cadot, qui a transformé et fait grandir Numerama depuis 2015 en incarnant sa rédaction en chef, m’a laissé la main pour se focaliser sur la direction de la stratégie éditoriale du groupe Humanoid. Pour m’épauler dans ces tâches quotidiennes, Nelly Lesage est devenue cheffe d’édition, et a assumé ces responsabilités avec beaucoup de rigueur et d’intelligence.

Lorsqu’elle ne lance pas des débats sur les meilleures pâtes (le dernier en date a d’ailleurs bien failli faire imploser l’équipe, des coquillettes, vraiment, des coquillettes ?), Nelly est plongée dans l’espace, les planètes, les comètes, les éclipses, les télescopes qui s’effondrent. C’est grâce à elle que la rubrique astronomie de Numerama est devenue une section reconnue et respectée, très appréciée de lecteurs et lectrices. Elle a été l’une des premières à publier des articles qui nuançaient les prétendus « signes de vie » repérés sur Vénus — l’avenir lui a donné raison.

📁 Les conseils d’un astronaute pour vivre le confinement : « Il faut toujours penser au but ultime »

📁 Uranus : les blagues sur le nom de la planète sont-elles un frein à son exploration ? 

Nous avons également eu la chance de travailler avec des personnes talentueuses — au passage, il y a désormais un guide qui vous donne toutes les informations utiles si vous souhaitez pitcher une idée d’article à Numerama. Sébastien Goetz, le plus régulier, tient depuis des années une rubrique hebdomadaire de test et critique de jeux de société, qu’on adore. Nous avons également continué notre collaboration avec WeDoData, qui a notamment sorti une excellente enquête sur l’indisponibilité des tests PCR en France.

📁 Pôle emploi permet à n’importe qui d’obtenir les CV de Français beaucoup trop facilement

📁 Coronavirus : les conseils irresponsables du numéro vert du gouvernement

📁 Lesbienne, masturbation et pénis : ces mots que l’outil de diction de Microsoft Word ne veut pas écrire

Un conseil de Jeff Jarvis me plaît : do what you do best, link to the rest. En somme, si quelqu’un d’autre a mieux fait le travail que nous, reprenons-le humblement et rapidement en renvoyant vers la source, et focalisons-nous sur ce que nous pouvons apporter, nous, en plus, ou de différent, sur ce sujet ou d’autres.

Derrière les journalistes, les êtres humains

L’une de mes fiertés personnelles est d’avoir réussi à soutenir et stimuler cette équipe exceptionnelle, mue par son envie de faire du journalisme de qualité, pendant une année si difficile à vivre, personnellement et professionnellement.

Je suis également heureuse d’être à la tête d’une rédaction paritaire, et d’un site d’information qui touche de plus en plus de femmes, ce qui n’est pas une mince affaire pour un média spécialisé dans le numérique. Nous utilisons d’ailleurs désormais l’écriture inclusive quasiment partout — diversification du vocabulaire, accord de proximité, etc — sans que cela n’ait jamais choqué nos lecteurs et lectrices.

Le web n’appartient pas seulement aux hommes, aux geeks, aux blancs : il concerne tout le monde, il est utilisé par tout le monde et les thématiques d’inclusivité sont indissociables de Numerama. Notre newsletter Règle30 écrite par Lucie Ronfaut, à laquelle se sont abonnées 2 000 personnes en moins d’un an, l’incarne parfaitement.

Il n’empêche que nous avons encore du travail à faire pour que la rédaction de Numerama soit plus diverse, et c’est un enjeu qui me tient à cœur.

Statistiques Numerama sur l’année 2019 et l’année 2020

Car bien sûr, tout n’est pas parfait.

Déjà, parce qu’il est impossible d’être impeccables, tout le temps, qu’il nous arrive de faire des erreurs, de publier des articles qui ne sont pas à la hauteur, de nous tromper, même. Il est important de savoir réagir correctement et se corriger, à l’heure où les citoyens doutent, que les informations volontairement mensongères sont partout, et que ce terreau permet aux idées conspirationnistes d’infuser progressivement dans la population.

Aussi, d’un point de vue plus personnel, parce que gérer une équipe demande non seulement des compétences humaines, mais aussi un cadre que l’on enseigne rarement aux journalistes qui sont nommés à des postes de responsabilité. Le groupe Humanoid a, cette année, proposé à ses responsables des formations régulières de management, mis en place des outils de prévention des risques liés au travail, et a aussi recruté une personne chargée des ressources humaines. C’est plus qu’un signal fort, c’est tout simplement une nécessité pour un groupe en croissance rapide, qui sait évoluer et se remettre en question.

Numerama 2021 ?

On vous en parlait déjà il y a quelques mois, Numerama va continuer de grandir cette année 2021, en effectuant une transition tout en douceur, et en concertation avec les besoins de nos lecteurs et lectrices. Nous publierons prochainement un article concernant les avancées, et la direction que nous allons prendre.

Nous pouvons toutefois d’ores et déjà annoncer la création d’un nouveau poste de journaliste tech en CDI au sein de Numerama, que nous ouvrons dès aujourd’hui. Pour en savoir plus et postuler, tout est expliqué par ici.

Et parce qu’on aime bien les teasing… en voici un !

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo