La livraison par drone intrigue UPS. L'entreprise postale américaine vient d'effectuer un test dans lequel elle a acheminé des médicaments sur une île.

Quand il est impossible d’apporter des vivres et des médicaments par voie terrestre, en réponse par exemple à une catastrophe naturelle, il convient d’envisager d’autres moyens pour acheminer l’aide de première nécessité. Les bateaux et les hélicoptères peuvent s’avérer d’un grand secours. Les drones aussi, à en croire un certain nombre d’acteurs qui commencent à se positionner sur le sujet.

On a ainsi appris que des drones ont livré des médicaments au Rwanda et fourni des pilules abortives en Pologne. Des entreprises comme Google ont aussi indirectement évoqué cette capacité, dans le cadre d’un test en Australie consistant à livrer des friandises, de l’eau, des médicaments et de la nourriture pour chien à des fermiers.

Dans le même ordre d’idée, mais sans la dimension d’urgence qui a caractérisé les exemples précédents, il y a eu aux États-Unis un test récent consistant à effectuer une livraison de nourriture.

Voilà donc le contexte dans lequel s’inscrit UPS avec son test, dont le quotidien USA Today s’est fait l’écho en fin de semaine dernière. Ici, un drone a été employé pour acheminer un médicament sur une île située à environ cinq kilomètres des côtes. Il s’agissait bien sûr d’un test : personne n’était dans une situation médicale critique. Mais c’était l’occasion de voir ce qu’il était possible d’accomplir dans un simulacre de situation périlleuse.

L’intérêt d’UPS pour les drones n’est pas nouveau ; il remonte en fait à 2013 et a été un peu provoqué par la présentation de Prime Air, le projet de livraison par drone imaginé par Amazon, qui a eu lieu quelques semaines plus tôt. Depuis, plusieurs services postaux et grands groupes se sont manifestés sur ce créneau, de La Poste à DHL, en passant par Walmart, Domino’s, Alibaba, etc.

Dans le domaine du secourisme, la livraison de médicaments ne représente qu’une (petite) facette de ce qu’il est possible d’imaginer. D’autres projets plus audacieux comme un drone secouriste destiné à sauver un nageur de la noyade en lui apportant une bouée de sauvetage ou un drone médical dépêché en ville pour apporter un défibrillateur pour qu’un passant vienne en aide à une personne victime d’un arrêt cardiaque.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés