Le principe de la livraison de colis par des drones intéresse aussi le groupe La Poste. Cet automne, un test a été mené dans le Var pour évaluer la viabilité du projet en attendant une éventuelle évolution de la réglementation

En 2013, Amazon a levé le voile sur le projet PrimeAir qui consiste à utiliser des drones pour effectuer des livraisons. Encore en phase de développement, ce service n'aura aucun débouché commercial avant quelques années. En effet, la réglementation n'autorise pas encore le survol en zone urbaine et les appareils eux-mêmes doivent encore progresser sur le plan technique.

Si de nombreuses contraintes demeurent, le principe de la livraison par drone plaît. Outre Amazon, des sociétés comme Domino's (pour livrer des pizzas) ou DHL (pour apporter des médicaments) sont aussi dans les starting-blocks. Dans ce domaine, la France n'est pas non plus en reste. Le groupe La Poste a lui aussi mené des expérimentations cet automne, dans le Var.

Dans un tweet publié la semaine dernière, La Poste signale que GeoPost, sa filiale express internationale, a testé les conditions d’utilisation d'un drone pour la livraison. Une vidéo a été tournée pour l'occasion sur le site du centre d'études et d'essais pour modèles autonomes. Le projet est prometteur, même s'il n'a pour l'instant aucune perspective en France, du fait de la réglementation.

Sur le plan technique, le drone utilisé par GeoPost peut transporter des colis dont les dimensions atteignent 40x30x20 centimètres et dont le poids (la "charge utile") ne dépasse pas 4 kg. Doté de 6 rotors électriques, et pesant 3,7 kg, le drone a une capacité opérationnelle de 20 kilomètres. Le trajet et le comportement du drone sont directement suivis depuis une station de contrôle.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos