Boston Dynamics est une société spécialisée dans la robotique militaire fondée en 1992, tour à tour financée par l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT), par les fonds de l'armée (DARPA) et enfin rachetée en 2013 par Google. L’entreprise a sorti de ses laboratoires plusieurs spécimens de robots aux comportements proches de ceux des animaux.

L’étrange histoire des animaux SQUELETTIQUES

D’abord le projet d’un petit groupe d’ingénieur en robotique, l’idée de Boston Dynamics naîtra dans les laboratoires du MIT, en lien dès le début avec des subventions universitaires et militaires. C’est en 1992, que le groupe porté par Marc Raibert, qui demeure l’actuel CEO, prendra son envol du MIT afin de se concentrer sur la création de ses premiers robots. Des machines qui marqueront l’histoire de la robotique militaire par leurs comportements inspirés des animaux et leur allures inquiétantes de squelettes.

On retiendra de cette histoire deux moments importants pour le développement du laboratoire, d’abord le projet BigDog, une sorte de chien sans tête, doté de quatre jambes et capable de transporter du matériel militaire en suivant des déplacements de soldats à terre. Ce premier projet d’ampleur sera financé par la DARPA, il ira jusqu’en Afghanistan avant d’être abandonné récemment ; l’armée américaine a mis au placard les bruyants robots de Boston Dynamics. Enfin, en décembre 2013, c’est Google qui mettra la main définitive sur le projet, que l’entreprise intégrera à sa branche expérimentale, alors encore nommée Google X, tout en continuant des essais militaires avec l’armée américaine de ses différents prototypes.

En mars 2016, après que Bloomberg révèle des e-mails dans lesquels les services de communication de Google expriment leur inquiétude quant à l’idée de continuer la construction de robots militaires, Alphabet décide de revendre Boston Dynamics. Et ainsi refuse de devenir un constructeur d’armes.

les robots à la conquête du sol

S’il ne fallait retenir qu’une seule idée du progrès technique apporté par Boston Dynamics, ce serait évidemment l’introduction au sol de la robotique militaire. Les drones, définitivement intégrés aux stratégies militaires modernes en terrains de combat, ne peuvent constituer pour l’entreprise la seule utilisation de la robotique. En offrant à travers ses animaux robotiques des efficaces et robustes solutions pour les déplacements militaires, Boston Dynamics poursuit l’idée de la création d’un couple durable entre le soldat et le robot.

En effet, les robots proposés ici ne sont  armés et ne servent que d’auxiliaire aux militaires dans des déplacements délicats, notamment en zone montagneuse. Là où leur motorisation et leur puissance permettent de se délester du poids des équipements de combat, tout en tentant de parvenir à  une discrétion et une capacité de déplacement similaire à « un gros chien », comprenons : plus efficace qu’un véhicule motorisé.

Partager sur les réseaux sociaux