Le pauvre petit Atlas a voulu faire un peu de sport. Et depuis, tout le monde dit qu'il est « flippant ». Calmons-nous.

C’est officiel, Boston Dynamics a créé un robot qui sait faire du parkour. Ça ne sert à rien, mais ça fait flipper tout un tas de gens.

Dans une vidéo publiée le 11 octobre, l’entreprise américaine présente les nouvelles prouesses de son robot Atlas, qui nous avait déjà bluffés en marchant sur des débris en 2016…

Ou plus tard en mai 2018, en faisant un jogging en plein air.

La peur du robot qu’on ne peut plus distinguer de l’humain

Cette fois, on le voit sauter par dessus de rondins, ou sur des caisses, et réaliser de grandes et belles enjambées. À la fin des 29 secondes, on s’attendrait presque à ce qu’il enchaîne squats et burpees.

Mais pourquoi à chaque présentation de robot de Boston Dynamics, le robot provoque-t-il une telle crainte ? Évidemment, parce qu’il ressemble à un humain dans sa manière de se mouvoir, et qu’au-delà de la peur des « robots tueurs », il existe une angoisse encore plus profonde : ne plus pouvoir, un jour, reconnaître les robots des humains.

Il y a pourtant objectivement plus de raisons de se méfier des robots tueurs, qui sont déjà utilisés sur des terrains de guerre, que du sympathique Atlas qui à part concurrencer Tibo in Shape, ne semble pas si dangereux que ça. Évidemment, cela n’a pas empêché les créateurs de la superbe série Black Mirror d’imaginer comment le chien de Boston Dynamics pourrait un jour devenir une machine de guerre surpuissante.

Pour rappel, Atlas mesure un mètre 50, et pèse 75 kilogrammes. Il peut soulever jusqu’à 11 kilogrammes.

Partager sur les réseaux sociaux