L'entreprise américaine Boston Dynamics prévoit de commercialiser le robot quadrupède SpotMini l'année prochaine. Depuis deux ans, plusieurs vidéos ont été publiées pour faire la promotion de ses facultés.

On ne connaît encore ni son prix ni à quel segment de marché il sera destiné, mais on sait d’ores et déjà la date de commercialisation du robot SpotMini : ce sera 2019. Le fondateur et actuel PDG de l’entreprise américaine Boston Dynamics, Marc Raibert, souhaite en effet mettre en vente des exemplaires de cette machine quadrupède l’an prochain et ainsi donner une perspective commerciale à ce que fait la société.

Il faut dire que l’engin est connu pour être une « vedette » de YouTube et non un best-seller industriel. Depuis que SpotMini a été présenté au monde en juin 2016, Boston Dynamics a produit plusieurs vidéos révélant ses caractéristiques techniques mais aussi ses facultés face à certaines situations, comme l’ouverture de portes ou la poursuite de sa mission malgré certains aléas.

Mais la finalité de Boston Dynamics n’est pas d’engranger des vues sur YouTube, bien que cela l’aide à construire sa notoriété en matière de robotique. L’enjeu pour la firme , qui a été cédée par Alphabet, la maison-mère de Google, à la holding japonaise SoftBank en 2017, c’est de passer de la phase expérimentale et de conception de prototypes à une phase de production pour vendre des robots SpotMini.

Selon CNET, qui rapporte les propos de Marc Raibert, Boston Dynamics a construit dix prototypes. L’objectif est d’en sortir cent des lignes d’assemblage cette année et d’accroitre la cadence l’année d’après. La veille des annonces du patron de la société, celle-ci publiait opportunément un clip montrant ses progrès, avec un robot autonome suivant un chemin semé d’obstacles qu’il évite sans effort.

Ces robots pourraient être employés dans le cadre de travaux publics, afin d’assister les entreprises du bâtiment à suivre ce qui se passe sur un chantier, ou à des fins de sécurité, pour accomplir des rondes afin de surveiller un site, en autonomie ou en accompagnant du personnel. Le robot pourrait alors servir à transporter du matériel. C’est un usage qui avait été envisagé un temps par l’armée américaine.

Partager sur les réseaux sociaux